1. // CAN 2012
  2. // Groupe D

Honni soit qui Mali danse !

Un Mali besogneux, qui est venu à bout du Botswana (2-1), sera au rendez-vous des quarts de finale contre l’hôte gabonais ce week-end. La Guinée, malheureuse en diable, échoue au port malgré un nul contre le Ghana (1-1). Les Black Stars affronteront la Tunisie pour l’affiche du prochain tour.

Modififié
3 1
Tout Bamako peut danser. Les Aigles du Mali sont en quarts de finale malgré une sortie laborieuse contre le Botswana (2-1). Ce verdict, même si on l’attendait, ne rend pas justice aux trois matchs livrés par le Syli National guinéen qui n’a pas suffisamment cru en ses chances contre une équipe du Ghana prenable. Triste. Les Black Stars, quant à eux, demeurent insaisissables. Ils passeront au révélateur tunisien en quarts de finale. Zambie-Soudan, Guinée-Equatoriale-Côte d’Ivoire et Mali-Gabon sont les autres rencontres du week-end.

Une volée chirurgicale

Jour 12 à la CAN, celui de la guillotine dans le groupe D, le plus dur. Le Ghana mène la danse avec deux victoires contre une au Mali et à la Guinée et deux défaites pour les Zèbres botswanais. Sauf catastrophe, les Black Stars seront présents en quarts. Le Syli National, étincelant lors des deux premières rencontres, passera quasi-sûr à la trappe s’il ne gagne pas ce soir. Si l’équipe la plus collective et la plus technique de cette CAN disparaissait maintenant, il y aurait de quoi déprimer. L’escadrille de Dussuyer ne fait pas de complexes, elle combine bien mais le début est toujours brouillon. Stefanovic et Dussuyer arpentent l’espace dédié à leurs pas perdus, le regard noir. Bah déborde sur la droite et adresse un centre fuyant que Boye dégage en corner au nez de Bangoura (19è). Pas de quoi s’exciter, à croire que tous les matchs du Ghana suintent l’ennui. Le Mali, de son côté, peine avec le Botswana (0-0). Le Syli s’excite un peu : sur une ouverture lumineuse, Ibrahima Traoré vient tromper d’un tir croisé entre les jambes Larsen Kwarasey (26è). Il est hors-jeu de 30 centimètres. Comme le monde est foutrement injuste, sur un corner, à peine deux minutes plus tard, Emmanuel Agyemang Badu se lève le ballon (ou rate son contrôle) et expédie une volée chirurgicale de vingt-cinq mètres dans la lucarne de Naby Yattara. Le réalisme à la sauce high-life.

L'arbitre gobe les mouches

L’Eléphant guinéen en a pris un coup sur la trompe. Sa défense centrale commence doucement à prendre l’eau. Baldé traîne en route et Gyan est séché par l’ancien du Celtic dans la surface ; l’arbitre gobe les mouches (34è). Bobo remet le couvert avec Zayatte et Inkoom puis Gyan sont à deux doigts de doubler la mise (39è). Et la Guinée dans tout ça ? Traoré dans un premier temps (36è) puis Bangoura peu après (38è) entretiennent l’espoir. Le temps additionnel coule lentement quand on en est à se dire que le Syli n’est guère chougnard. Alors, Abdoulaye Camara s’énerve sur le côté gauche, à la lutte avec Paintsil, et envoie un centre qui devient en cours de route un tir et arrive dans la lucarne opposée (1-1). Une fois de plus, Kwarasey, le gardien de Stromgodset IF, est aux fraises sur un ballon aérien. Une fois de plus, le Ghana, sans être transcendant, porte le fer dans la plaie au moment opportun.

Un ange passe

Tout reste à faire. A Libreville, au repos, le Mali n’a pas réussi à faire la différence contre le Botswana (0-0). Le match repart plus en rythme : Traoré sur une frappe de peu à côté (48è) et une combinaison Feindouno-Bangoura échoue sur Kwarasey (). A Libreville, cinq minutes de folie font vaciller l’humeur guinéenne. Ngélé trompe Sissoko sur un centre de Moatlhping pour les Zèbres avant que Dembélé n’égalise de près après un superbe travail sur le côté gauche de Traoré. Un ange passe et Michel Dussuyer tire la tronche. Comme (presque) toujours. Le Mali a peu d’occases mais il les concrétise. Coulibaly délivre un missile sur la barre de Marumo (70è) avant que Seydou Keita ne s’arrache à l’entrée de la surface, loin de l’élégance barcelonaise, pour donner le score au Mali (74è). A Franceville, Dussuyer menace de finir en HP. Les Guinéens donnent toujours mais ne se procurent guère de possibilités de marquer. Course à handicap : Mamadou Bah se fait expulser bêtement (2ème jaune, 70è). Le Syli se hâte de presser lentement. Un deuxième but leur offrirait les quarts de finale. Cinq minutes de temps additionnel : Un centre de Soumah ne trouve pas preneur (91è). Ca sent le sapin pour l’équipe la plus flashy de la CAN. Son maillot pimpant, son collectif, sa touche technique ne seront pas au prochain tour. Une Guinée n’en cachera pas une autre. Quelle ’dépite’ !!!!!

Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Triste pour la Guinée mais tellement content pour le Mali. Enfin, un peu d'ondes positives pour une population prise en otage par aqmi et délaissée par ses dirigeants.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 1