En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // BATE Borisov/FC Barcelone

Hleb, le train n'est passé qu'une fois

Il devait être un atout supplémentaire au sein du FC Barcelone de Guardiola, il sera passé comme un fantôme dans l'effectif blaugrana. Arrivé en 2008, Aleksandr Hleb n'aura jamais trouvé sa place chez le Barça à cause d'une histoire d'ego. Dommage.

Modififié
17 mai 2006. Aleksandr Hleb est sur la pelouse du Stade de France pour la finale de Ligue des champions entre le FC Barcelone et Arsenal. Maillot des Gunners sur les épaules, il assiste à la défaite des siens, 2-1. Mais les dirigeants blaugrana l'ont désormais dans leur viseur. Deux ans plus tard, le 16 juillet 2008, le Biélorusse s'engage avec le club catalan. « J'adore ce club, avoue-t-il alors aux médias locaux, le jour même de sa signature. J'ai parlé avec Guardiola et c'est très important de savoir qu'il me voulait. Je donnerai le meilleur pour cette équipe et je veux tout gagner avec le Barça. » Pour 15 millions d'euros et une clause libératoire fixée à 90 millions d'euros, le joueur de 27 ans intègre un club qui s'apprête à rouler sur l'Europe. L'ambition est là, la volonté aussi. Un bon départ.

Caractère de cochon


Fraîchement nommé à la tête de l'équipe A et à la recherche d'un nouvel équilibre, Pep Guardiola décide de revoir son effectif dans les grandes largeurs. Sans scrupule, il montre la porte de sortie au fêtard Ronaldinho et demande à Deco de se trouver un nouveau club. Une fois les deux stars parties, l'heure est aux arrivées : Martin Cacéres, Dani Alves et Gerard Piqué arrivent respectivement de Villarreal, Séville et Manchester United, Seydou Keita et Sergio Busquets viennent densifier le milieu de terrain. Quant à Hleb, il devient une nouvelle alternative offensive. Problème : le secteur des ailiers est déjà bien rempli, entre Lionel Messi, Thierry Henry et Andrés Iniesta. Aleksandr se retrouve donc en quatrième choix. En milieu relayeur, le souci est identique : Xavi, Keita, Yaya Touré ou Iniesta sont aussi candidats.

Forcément, quand on était habitué à se régaler tous les week-ends sur les pelouses de Premier League, la pilule est difficile à avaler. Renfermé sur lui-même, le joueur commence à défier son entraîneur. Dans une interview retranscrite par l'agence de presse russe RIA Novosti en 2012, Hleb se rappelait de son comportement. « J'étais vexé comme un petit garçon, et je le montrais. Parfois, je courais moins aux entraînements, parfois je m'arrêtais. Le coach me donnait une consigne à respecter, mais je faisais autre chose, juste par provocation. C'était digne de la maternelle. Maintenant, je trouve cela ridicule. » Plus les jours avancent, plus le temps de jeu de Hleb diminue. Dommage, puisqu'en 2008-2009, le Barça de Pep réalise le parcours parfait : victoire en Liga, en Copa del Rey et en Ligue des champions. Le train de la gloire vient de passer.

Prêts à foison


Avec une saison en demi-teinte, mais tout de même 36 apparitions chez les Culés, Aleksandr Hleb peut décider de son avenir. Soit se mettre à travailler d'arrache-pied pour obtenir une meilleure place, soit partir pour un autre club. L'ancien Gunner prendra la deuxième option. Un choix amèrement regretté par l'intéressé. « Je n'aurais jamais dû quitter Barcelone. Aujourd'hui, je ferai tout différemment. J'aurais dû me battre pour terminer dans le onze de départ du Barça. » Au lieu de cela, Hleb décidera d'être prêté au VFB Stuttgart, un club qu'il avait déjà connu avant de partir pour Arsenal, entre 2000 et 2005. Sans surprise, il reprend un rôle de titulaire indiscutable en Bundesliga, mais vient de se tirer tout seul une balle dans le pied pour la prochaine saison.


Entre-temps, Pedro s'est affirmé de plus en plus comme un sérieux prétendant à la succession de Thierry Henry sur le front gauche de l'attaque barcelonaise. Hleb sera ainsi de nouveau prêté pour Birmingham City la saison suivante. Nouvelle régression. « Je n'avais pas vraiment compris que c'était le meilleur club du monde. Je voulais être un titulaire dans cette équipe. Messi, c'était une chose, mais qu'en était-il des autres ? Toutes ces pensées ont fini par avoir raison de moi. » Hleb réfléchissait peut-être trop, ou pas assez si l'on observe la trace laissée par le Barça en 2009. Toujours est-il qu'Aleksandr est peut-être passé à côté d'une carrière bien plus prestigieuse. Son contrat est finalement résilié par le Barça avant son terme, en janvier 2012. Et ça, c'est con.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 19:11 Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner Hier à 12:38 Euro Millions spécial : 174 Millions d'€ + 25 Millionnaires garantis !
Hier à 12:17 Un joueur équatorien se défend avec le poteau de corner 15 Hier à 10:05 Football Recall, ép. 7: PSG - OM, Guardiola, la forme des joueurs
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 21 février Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 88 mercredi 21 février Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 20 mercredi 21 février 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 mercredi 21 février BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
À lire ensuite
Lyon, le péril russe ?