Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Sélection
  2. //

Hitzfeld et le burn-out

Modififié
La tentative de suicide de l’arbitre allemand, Babak Rafati, le suicide de Gary Speed, autant d’évènements tragiques qui relancent le débat sur ce qu’on appelle le « burn-out » .

Le burn-out, où l’épuisement mental dû au travail touche de plus en plus le monde du sport. Joueurs, arbitres, entraîneurs, aucune catégorie n’y échappe. Le sélectionneur de l’équipe nationale de Suisse, Ottmar Hitzfeld a reconnu à Sport1.de qu’il était tout proche du burn-out à l’été 2004, à la fin de son premier passage à la tête du Bayern Munich.

« Cela a été un soulagement pour moi lorsque le Bayern a dit que nous mettions un terme à notre relation d’emploi. Je n’aurai jamais eu la force de partir moi-même » . Pourtant le bilan de Hitzfeld à Munich était de quatre championnats et d’une Ligue des Champions. La cause du burn-out est à chercher ailleurs. Pour l’ancien du Borussia, elle est toute trouvée : « Ces six années en Bavière ont été comme si j’avais entraîné pendant 20 ans une autre équipe de Bundesliga » .

Evidemment, c’est la pression mise quotidiennement sur le coach qui est en cause. Dans la foulée, la fédération allemande lui avait proposé la sélection nationale mais Hitzfeld a refusé ne se sentant pas en capacité de réussir : « Si on n’a pas la force, on ne peut pas avoir le succès. Et si on n’a pas le succès, on peut se ruiner la santé » . Ainsi, on peut constater que les résultats peuvent influer sur la santé physique et mentale. Inquiétant au moment où la pression sur les entraîneurs ne cesse d’augmenter.


Quatre ans plus tard, Ottmar Hitzfeld a rejoint la Suisse. CQFD.

CG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Un club normand change de maillot pour soutenir les gilets jaunes 9 il y a 5 heures Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 90
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
il y a 11 heures Les trophées 2018 de SO FOOT !
À lire ensuite
Joyeux anniversaire Manita