1. // Insolite
  2. // Statues

Histoires de statues

Après la remise du Ballon d’or à Messi le mois dernier, la statue de Ronaldo, implantée dans la ville d’origine du Madrilène, a été taguée au nom de l’Argentin. Une humiliation pour le natif de Funchal. Mais d’autres histoires de statues de footballeurs ont précédemment fait marrer. Ou pleurer.

Modififié
304 3
  • Cristiano Ronaldo

    Forcément, on ne peut passer à côté de la nature même de cette statue taguée. Inaugurée sur l’île de Madère, devant le musée consacré au joueur, la bête, qui mesure pas moins de 3,40 mètres, en impose. Sauf que tout est disproportionné chez elle. Au-delà des mains de bûcherons, l’organe génital de CR7 semble ainsi très flatteur pour le buteur. Son concepteur a-t-il voulu le montrer en début d’érection ? Ou est-il au courant de certains secrets intimes ? Toujours est-il que le joueur ne fera pas de commentaire sur la chose. Il se dira simplement « fier de cet hommage qui constitue une motivation supplémentaire » . Normal.


  • Alfredo Di Stéfano

    Le Real Madrid a toujours eu un comportement étrange avec ses winners. Ancelotti remercié après une Décima, Del Bosque et Capello virés suite à de bons résultats, Raúl et Hierro jetés sans hommage particulier… Bref, le club espagnol ne fait jamais rien comme tout le monde. Di Stéfano, attaquant emblématique de la Maison Blanche, peut en témoigner. Certes, le terrain d’entraînement du Real est à son nom, et la statue à son effigie a de la gueule. Mais il y a un mais : cette représentation se trouve devant le centre d’entraînement, et pas devant le stade. Une exigence du président Bernabéu, qui n’aurait pas digéré qu’Alfredo finisse sous le maillot de l’Espanyol Barcelone. Quelle aurait été la réaction s’il avait rallié le Barça ?

  • Eusébio

    Pas de vandalisme pour ce Portugais-là. Ultra respecté dans son pays, adulé par beaucoup, celui qui s’est éteint il y a un peu plus de deux ans a vu Benfica dresser une statue à sa gloire pour le remercier des centaines de buts inscrits sous les couleurs des Aigles. Un hommage qu’il n’a jamais vraiment compris : « Ce club en a trop fait pour moi. Seuls les morts méritent une statue. (…) Cette gloire, je l'apprécie, même si je pense qu'elle me dépasse. Le double de cette statue, par exemple, se trouve au musée de Philadelphie, la ville où j'ai fini ma carrière de footballeur et où j'ai gagné autant d'argent en cinq mois qu'en quatre ans à Benfica. » Modeste et transparent. Beau combo.

  • Zidane & Materazzi

    De mauvais goût ? Peut-être. Pourtant, une statue montrant le coup de boule de Zizou sur le torse de Materrazzi a bel et bien été conçue par un artiste franco-algérien, Adel Abdessemed. Problème : quand le Qatar, à qui elle appartient, l’installe sur la Corniche de Doha, elle provoque un scandale. En effet, cette représentation favorisait l’idolâtrie, chose interdite par l’islam, et valoriserait un comportement contraire à l’esprit du sport et à la morale. Par la force des choses, cette œuvre d’art a donc été déboulonnée et récupérée par François Pinaut, le boss du Stade rennais. Qui s’est justifié : « Ce qui m'intéresse, c'est la fragilité de l'homme. Qu'un être comme Zidane, qui a été l'un des plus grands footballeurs français, craque au moment où il ne fallait pas, cela m'interpelle. L’artiste Adel Abdessemed est kabyle, comme lui. Quand il a rencontré Zidane pour lui parler de son projet, ce dernier n’était pas contre. Et puis, quand l’œuvre a été faite, il était moins content, car cela lui rappelle un moment très douloureux. (…) L’artiste n’a pas fait ça pour l’humilier, mais pour laisser une trace de la fragilité psychologique d’un homme. » CQFD.

  • Mario Balotelli

    Super Mario a un talent énorme et un boulard gros comme ça. S’il n’a pas réussi à exprimer le premier, il a en revanche trouvé la manière de montrer le deuxième. Tout simplement en commandant lui-même une statue de sa propre personne. C’est le sculpteur Livio Scarpella qui a annoncé la nouvelle : « J'ai reçu la commission, mais je n'ai jamais rencontré Balotelli, donc je travaille à partir de photos. Je l'ai imaginé comme un athlète antique, et la statue sera un mélange de style classique et pop en bronze patiné avec les yeux en pierres précieuses. » Si on ne connaît pas le prix de la merveille, on sait en revanche comment l’Italien sera représenté : en montrant les muscles, comme lors de sa célébration de but contre l’Allemagne en demi-finales de l’Euro 2012. Magnifique.


  • Thierry Henry

    Titi a de l’orgueil. Titi est un dur. Titi sourit peu. Titi pleure encore moins. Cependant, le champion du monde 1998 ne peut retenir ses larmes lors de son discours pendant l’inauguration de sa statue à Arsenal. Écharpe des Gunners autour du cou, il craque après avoir remercié ses proches et les anciens joueurs du club passés avant lui. « Je ne montre pas beaucoup mon émotion, la presse me l’a souvent reproché » , avoue-t-il. Pauleta aime ça.

    Youtube

  • Pelé

    On ne compte plus le nombre de statues à l’effigie d’O Rei. Alors évidemment, certaines sont sujettes à quelques soucis. La dernière en date devait être installée au stade Maracanã pour la récente Coupe du monde brésilienne. Malheureusement, le retraité de 75 ans est victime de douleurs à la hanche, ce qui l’empêche de se déplacer pour l’inauguration. Celle-ci est donc annulée, et la statue part aux oubliettes. Tout aussi triste, l’homme aux 1000 buts a vu en 2005 une de ses statues, localisée à Salvador de Bahia, se faire couper les mains par des anonymes. Tant que ce ne sont pas les pieds…

  • Tom Lund

    Tom Lund, c’est ce Norvégien qui compte 47 sélections et qui a passé l’intégralité de ses carrières de joueur et d’entraîneur à Lillestrøm. Suffisant pour que les rivaux du club décapitent la statue du monsieur. C’est en tout cas l’avis de Kenneth Kvebæk, le porte-parole des fans de Lillestrøm : « Il n’y a pas besoin d’être Sherlock Holmes pour savoir qui a fait ça. C’est un coup bas de plus de la part des supporters de Vålerenga. Qu’ils aillent aussi bas, je n’aurais pas pu l’imaginer. Leur club va fêter son centenaire cette année. C’est un centenaire de honte. » On sait ce qu'il adviendra de l'éventuelle statuette de Valbuena à Marseille.

    Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    United310 Niveau : DHR
    La plus belle c'est la "holy trinity" à Old Trafford Charlton-Best-Law
    Jimmy Gatete Niveau : District
    Si CR7 (qui n'a meme pas 2 metres, quand meme) a eu droit a une statue de plus de 3 metres, pourquoi preconisez-vous une statuette pour Valbuena?
    Ca fait plaisir de se souvenir de Yazid pour ce qu'il était ; un joueur violent.
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    304 3