1. //
  2. // Petite finale
  3. // S. Hiroshima-Guangzhou E. (2-1)

Hiroshima accroche le podium !

Au terme d’une partie plutôt vivante, les Japonais du Sanfrecce Hiroshima ont pris le meilleur sur leurs homologues chinois de Guangzhou (2-1). Un résultat mérité et obtenu dans la difficulté, jusque dans les dernières minutes grâce à un Douglas on ne peut plus efficace.

Modififié
102 2

Sanfrecce Hiroshima 2-1 Guangzhou Evergrande

Buts : Douglas (70e, 82e) pour Hiroshima // Paulinho (3e) pour Guangzhou

Même si le Mondial des clubs est largement moins suivi que la Coupe du monde que chacun connaît, il reste une compétition internationale reconnue que les participants veulent jouer à fond. Et si, entre Japonais et Chinois, la victoire finale était à oublier depuis leur élimination en demi-finales – Hiroshima par River et Guangzhou par Luis Suárez –, il restait une place sur le podium à glaner. Place que Guangzhou avait loupée de très peu en 2013. Mais les hommes de Scolari n’ont pas retenu la leçon. Opportunistes en première mi-temps, devant au score pendant les trois quarts du match, ces derniers ont perdu une fois de plus au pied du podium, la faute à un très bon Douglas, auteur d’un joli doublé.

Paulinho et Mei Fang casques d’or

Ce dimanche, pour la petite finale du Mondial des clubs, les deux équipes sur la pelouse du Nissan Stadium, au Japon, étaient frustrées. Frustrées de ne pas avoir pu atteindre la grande finale de la compétition, la faute à un Barça injouable pour Guangzhou et à un River Plate trop fort dans sa tête pour Hiroshima. En somme, il fallait en vouloir plus que l’autre pour accrocher une médaille au terme de la partie. Et, dès les premières secondes de jeu, ce sont les visiteurs qui s’installent dans le camp japonais. Une domination qui ne met pas longtemps à se concrétiser au tableau d’affichage. 3 minutes exactement. Le premier corner de la partie en faveur de Guangzhou est joué à deux, et centré sur le crâne d’Elkeson. Problème, le portier japonais repousse le cuir plein axe, frappé de nouveau par Gao Lin, directement sur la tête de Paulinho (3e).

Le coup de massue est donc très rapide pour Hiroshima, qui ne perd pas le nord pour autant et se rue à l’attaque pour égaliser. Par Mikić d’abord, très actif sur son côté droit, mais aussi et surtout par Satõ, qui manque de marquer d’un coup de casque sur un bon centre de Shimizu, la faute à une détente parfaite d’Hayashi (22e), avant de frapper des deux pieds, imprécis (23e). Mais la plus belle occasion des locaux intervient juste avant la pause. Marutani reçoit un amour de passe d’Aoyama dans la zone décisive, crochète un joueur et se retrouve seul face au gardien. Battu. Mais le dernier rempart n’est pas toujours celui qu’on croit, puisque c’est Mei Fang qui bondit sur sa ligne pour dégager la sphère et sauver son camp de la tête. Guangzhou se fait très peur et fait tourner jusqu’à la mi-temps.

Avant Douglas

À la pause, les joueurs de Guangzhou le savent, ils ont été réalistes et chanceux, mais le score n’est pas réellement mérité. En effet, la tête de Paulinho est restée comme leur seule occasion franche de la première moitié de la partie. Conscients que leur salut passe forcément par des efforts supplémentaires offensivement, les Chinois se mettent au travail rapidement et sont tout proches de marquer une seconde fois. Ricardo Goulart est présent pour reprendre le centre de Linpeng de la tête, mais manque le cadre (52e). Mais les Japonais sont au-dessus sur l’ensemble de la partie et sont récompensés à vingt minutes de la fin. Sur corner, eux aussi. Douglas, entré en jeu peu de temps auparavant, reprend, tout heureux, le centre de Chajima au milieu d'une défense absente.

À partir de ce moment, les Japonais sentent que la chance est en train de tourner, enfin, et décident de tout donner pour forcer le destin à leur accorder cette troisième place tant désirée devant leur public, très fervent en tribunes. Kashiwa, entré lui aussi en jeu en seconde période, fait profiter son équipe de sa forme. Après un dribble efficace et un très bon centre, c’est Asano qui reprend la balle du front, qui s’écrase mollement sur la barre transversale de Li Shuai, mais revient dans l’axe. Douglas joue de sa taille et se mue alors définitivement en héros, propulsant le cuir dans le but, une fois de plus de la tête. La suite et fin de la partie confirmera l'avantage pris par Hiroshima. Les Japonais s’imposent au mérite et peuvent sortir du tournoi la tête haute, en battant la meilleure équipe d'Asie.


Par Maxime Nadjarian
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

denis la malice Niveau : Loisir
Hiroshima peut bomber le torse après avoir fini 3ème.
Les mecs sur Tele Cinco on annonce " officiellement " Pep à City, alors on bouge ses fesses de devant la finale et on va vérifier cette info.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
102 2