1. // Ancien
  2. // Michel Hidalgo

Hidalgo et le Barça

Modififié
10 16
Addition de talents ne nuit pas. Au contraire. Et en la matière, Michel Hidalgo, ancien sélectionneur de l’équipe de France ne s’y est pas trompé. En marge de la cérémonie donnée pour Alain Giresse (Légion d’Honneur), le coach de la « génération 82 » a établi un parallèle osé, mais pas con du tout…

« La première fois que j’ai sélectionné Alain Giresse et Michel Platini ensemble, la presse française – je le dis bien – m’a attaqué, a-t-il rappelé. Elle m’a dit que l’on ne pouvait pas faire jouer deux numéros 10 ensemble. Ben, on a démontré l’inverse et on en a même mis un troisième, Bernard Genghini, puis un autre, Jean Tigana, tranchait-il même, fermement. Voilà les quatre milieux de terrain… Et que fait actuellement Barcelone ? Ils en ont quatre comme ça, quatre techniciens… »

Un truc que « Platoche » confirmait de son côté. « À l’époque, on ne pouvait soi-disant pas jouer ensemble, parce que nous étions deux numéros 10. Mais le grand talent de Michel Hidalgo, c’est d’avoir mis des gens qui parlaient le même football et qui le jouaient ensemble, témoigne l’ancien de la Juve. Il a réussi à former cette équipe avec des gens qui, au départ, n’étaient pas destinés à jouer ensemble. C’est pour cela qu’on a eu une formidable équipe, basée sur la technique et l’intelligence de jeu. Ce sont des joueurs comme « Gigi » , qui étaient très intelligents, qui pouvaient compléter cette équipe nationale. Au départ, on était dans un monde stéréotypé où il fallait un numéro 6, un numéro 8, un numéro 10… Et Michel a inventé une nouvelle forme de jeu que l’on retrouve un peu, maintenant, du côté de l’Espagne... »

Cruelle désillusion: ce ne sont donc pas les consoles de jeu qui ont inspiré le BarçaLB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je cherche toujours ce que vient faire Anne Hidalgo dans cette article. Si quelqu'un a la réponse...
Beau souvenir que ce mondial 82 en Espagne (malgré l'épique demi finale de Séville), l'équipe était très belle à voir jouer.
Par contre, Jacquet n'aura pas osé Zidane-Cantona-Ginola-Djorkaeff.
On ne peut que lui donner raison au final (puisqu'aucun de ces milieu n'est défensif!) mais putain* quelle gueule ça aurait eu...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Leonardo fait un point
10 16