En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finale aller
  3. // Juventus/Inter

Hernanes, de Prophète à boulet

Les mots sont forts, mais témoignent d'une situation pourtant bien réelle. Depuis son départ de l'Inter et sa signature à la Juve en toute fin de mercato estival, Hernanes a troqué son costume de Prophète pour celui de bouche-trou d'Allegri. Un rôle ingrat, presque gênant, pour l'ancien patron de la Lazio reconverti en bouffon du roi.

Modififié
Jeudi 30 janvier 2014, centre d'entraînement de Formello, Rome. Après une séance somme toute classique à trois jours d'un déplacement à Vérone, Hernanes s'engouffre dans sa Volvo blanche, boucle sa ceinture de sécurité et commence à quitter le centre sportif laziale. Quelques mètres plus loin, une poignée de tifosi l'attendent, écharpes autour du cou et appareils photo en main. Tout sourire, le Prophète s'arrête. Juste avant, il venait de s'entretenir avec le directeur sportif de la Lazio. La suite, filmée par un supporter, a fait le tour du monde. Après trois photos, le Brésilien se décompose, baisse les yeux et fond en larmes derrière son volant. Dix secondes plus tôt, un tifoso sommait le Prophète de ne pas partir, de ne pas les abandonner, là, maintenant. Parce qu'avant d'être le bouc émissaire du Juventus Stadium, Anderson Hernanes a été aimé, pour de vrai, par des supporters laziali à qui il a beaucoup donné durant trois saisons et demie. Et qu'il n'aurait probablement jamais dû quitter, du moins pas de cette manière, en sachant ce qu'il allait perdre, mais pas ce qu'il allait gagner.

Au mauvais endroit au mauvais moment

Quand il signe à l'Inter Milan pour 18 millions d'euros à l'hiver 2014, le milieu brésilien n'est assuré de rien. Alors coaché par Walter Mazzarri, le club lombard sort de cinq matchs sans victoire et pointe à une délicate sixième place après le 3-1 concédé à Turin. Mais ça, le Prophète s'en fout. S'il a rejoint l'Inter, c'est parce que « les perspectives y sont plus élevées » , dit-il en conférence de presse. Ce qu'il sait moins, en revanche, c'est qu'après un départ canon, les Nerazzurri vont piétiner et finir la saison cinquièmes, à 42 points de la Juve de Conte. Sans billet pour la Ligue des champions donc, et encore moins de Scudetto. Mais qu'importe. Après tout, le club est en reconstruction, et Hernanes a signé pour trois ans et demi.

En remportant la Coupe d'Italie l'année d'avant, le Brésilien s'est senti pousser des ailes. Ainsi, en signant dans la grande Inter, Hernanes se prend à rêver des titres que la Lazio ne semblait pas en mesure de lui offrir. Au moment de justifier son départ, l'intéressé se fend d'une déclaration choc sur les ondes de la radio locale : « Quand je suis arrivé à Rome, je voulais tout gagner. Je rêvais même de remporter le Scudetto. En mai dernier, nous avons gagné la Coupe d’Italie face à la Roma, un moment inoubliable. Mais j’ai compris que ce trophée était le maximum que je pouvais espérer ici. » Deux ans après cette diatribe, Hernanes ronge désormais son frein sur le banc de la Juventus. Les tifosi ne le somment plus de rester au club, et les titres, eux, se font toujours attendre.

Juste une photo de moi

Ce 30 janvier 2014, le Brésilien a dû pas mal le ressasser depuis son départ de la Lazio. Car depuis, la réputation du Prophète a pris du plomb dans l'aile. À l'Inter – sous les ordres de Mazzarri d'abord, puis de Mancini ensuite –, Hernanes peine à convaincre malgré un temps de jeu honnête et un repositionnement salvateur en trequartista. Les séquences décisives se font rares (10 assists en 50 matchs), les buts encore plus (7 en 18 mois), mais le moral reste au beau fixe. À un match du terme de la saison, alors que l'Inter est empêtrée à la 8e place, Hernanes, droit dans ses bottes, se livre à la Gazzetta dello Sport : « Je n'ai aucune intention de partir avant d'avoir une photo de moi en train de soulever un trophée. » Encore une occasion manquée de se taire puisque, comme on le sait, le Brésilien s'engage pour trois saisons avec la Vieille Dame quelques heures avant la clôture du dernier mercato estival. Les tifosi bianconeri attendaient Draxler ou Götze, ils auront finalement Hernanes et Lemina. Une manière comme une autre de boucher les trous.

Voir Turin et mourir

Depuis le 31 août, le natif de Recife est donc un joueur de la Juventus. Un choix qui a surpris tout le monde, à commencer par le Prophète lui-même, qui se voyait continuer son aventure à l'Inter. À Turin, c'est peu dire que l'annonce du transfert d'Hernanes a jeté un froid. Car pour pallier les départs de Pirlo et Vidal, les tifosi s'attendaient à peu près à tout sauf à voir débarquer un trentenaire sur le déclin moyennant 11 millions d'euros. Sans surprise, les débuts sont chaotiques pour Hernanes, pour ne pas dire calamiteux. Depuis son premier match face au Chievo le 12 septembre dernier, l'ancien laziale a déjà été blessé un mois, expulsé une fois et laissé sur la touche à neuf reprises. Le reste du temps, il a alterné entre prestations moyennes, ballons perdus et frappes dans les nuages. Si bien qu'après cinq mois passés au club, le Brésilien fait figure de mouton noir dans un effectif où même Mario Lemina s'est montré plus à son aise. Ce mercredi, la Juve reçoit l'Inter pour la session aller des demi-finales de Coupe d'Italie. En l'absence de Khedira (laissé au repos), Lemina et Pereyra (blessés), et alors que Marchisio est sous la menace d'un carton, Allegri pourrait laisser les clefs du jeu à l'international brésilien. Histoire de rappeler, à ses anciens et nouveaux coéquipiers, qu'il n'y a encore pas si longtemps, Hernanes était bel et bien Prophète dans ce pays.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88
À lire ensuite
Liverpool tient sa finale