1. //
  2. // Valence/MU (0-1)

Hernandez au bout de l'ennui

Un grand d'Europe, même malade, arrive toujours à s'en sortir. Inexistants pendant les 3/4 du match, les Mancuniens réussissent à repartir de Mestalla avec les 3 points grâce à leur joker mexicain à la 86è. Cruel.

Modififié
0 0
Nous pensions que cette rencontre allait être le bonbon de cette 2ème journée de Champions League. Eh bien, nous nous sommes plantés. Les compos de départ nous donnent clairement le ton : deux 4-5-1 compacts de chez compacts. Sir Alex, cette fois, ne fait cependant pas l'erreur d'aligner les coiffeurs incapables de battre les Rangers. Mais sans Scholes, Giggs et Rooney, l'entraîneur écossais a dû malgré tout bricoler.


Et la bricole a fonctionné pendant les trente premières minutes. Nani à droite se la joue Eto'o version Mourinho, collant au slip de Jérémy Mathieu et Park, côté gauche, suit l'ombre de Miguel. Fletcher et Carrick vissent le tout dans l'axe alors qu'Anderson essaie tant bien que mal d'apporter un soutien au seul Berbatov en pointe. Le Bulgare, dans la lignée de ses dernières performances, est le seul à s'illustrer : un solo classieux ponctué par une frappe de 25 mètres passant à un poil de l'équerre de Cesar (4ème) et un sombrero tout aussi classe pour filer le cuir à Nani dont le centre repris par Anderson au premier poteau met la défense valencianne en alerte (19ème). Mais c'est tout. Ok, MU se positionne très haut en coupant tant que possible les « wings » espagnoles mais à part ça, rien de bien dangereux. Les Red Devils sont venus pour un point, pour se rassurer sans doute après le nul surprise concédé face à Bolton (2-2).


Dans ce canevas, on aurait pu se dire que Valence pouvait en profiter, jouer à la baballe comme en Liga mais non. Incapables de passer proprement le premier rideau, les Valencians arrosent devant. Frisette pour Vidic et Ferdinand. Sur le seul décalage opéré à gauche, Dominguez trouve le crâne de Soldado, qui profite d'une sortie « air-ball » de Van der Sar. Au-dessus (17ème). A partir de la demi-heure de jeu, United va un peu relâcher sa pression mais Valence ne saura pas en tirer avantage, si ce n'est dans l'occupation du terrain, les Espagnols campant dans la moitié de terrain anglaise. On se régalera seulement avec un cadrage-débordement de Pablo Hernandez sur Evra (les Mexicains avaient utilisé la même technique jadis) à la 34ème.



En deuxième période, MU ne fera que subir, et Valence alignera enfin un jeu moins direct. Pablo Hernandez, le Valencian le plus dangereux du match, trouve un peu plus d'espace et allume une première mèche dès le retour des vestiaires (49è). Berbatov, de son côté, poursuit son one-man. Carrick ouvre et Dimitar nous sert un contrôle « porte-manteau » cher à Jean-Mimi avant de buter sur Cesar (55ème). United recule de plus en plus, Van der Sar voit les maillots blancs se rapprocher de sa cage. Miguel dépose un centre dans la surface de United mais Soldado, coupant au premier poteau, décroise trop son coup de casque (74ème). Manuel Fernandes envoie un pruneau de 25 mètres (77ème) mais le portier hollandais joue l'horizontale pour détourner en corner. Chaud, chaud.

Ferguson comprend sans doute que son onze est à la pêche physiquement. Les Mancuniens, avec un jeu ambition zéro, ne pourront pas tenir éternellement face à la pression des locaux. Macheda et Javier Hernandez sont lancés sur la pelouse de Mestalla à la place d'Anderson et Berbatov, complètement rincés. L'effet est immédiat. Manchester remonte ses lignes d'un cran et va donner une première sueur froide à Cesar. Nani élimine enfin Jérémy Mathieu et centre pour Hernandez au deuxième poteau. En taclant, Chicharito trouve le montant de Cesar (84ème). Deux minutes plus tard, Nani accélère une nouvelle fois, transmet à Macheda. Le Rital donne dans le bon tempo à Hernandez. Le reste est limpide : contrôle orienté qui élimine Navarro et frappe croisée enchaînée du gauche. Ficelle. Le Mexicain est un tueur et vient d'abattre quasiment à lui tout seul le FC Valence. Sir Alex est venu pour un nul, il repart finalement avec une victoire heureuse. Valence a fait l'erreur de se mettre au niveau de MU. Espérons ques Ché ne le regretteront pas lorsqu'il sera temps de faire les comptes en décembre.


Ronan BOSCHER

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Eto'o puissance 3
0 0