1. //
  2. //
  3. // Bordeaux/Lyon

Henrique d'indésirable à indispensable

Intermittent des pelouses de Ligue 1 depuis son arrivée en Gironde, Henrique est aujourd'hui devenu un élément indispensable du Bordeaux version Francis Gillot. Rugueux, instinctif, fragile : les qualificatifs ne manquent pas pour caractériser ce Brésilien qui espère en avoir terminé avec ses problèmes d'adducteurs. Portrait en trois temps d'un mec attachant qui se mue vite en défenseur méchant une fois arrivé sur le rectangle vert.

Modififié
0 3
Le Bon

Ce beau colosse (1m88 pour 78kg) aux pieds d'argile est surtout un footballeur très fragile. Henrique connaît l'infirmerie du Haillan par cœur, il enchaîne les pépins physiques depuis son arrivée sur les bords de la Garonne. Plusieurs saisons difficiles avant la grosse tuile de 2010 : une douleur aux adducteurs contractée lors d'un tennis avec des potes au Brésil. Des coups droits qui auront de malheureuses conséquences puisque cette petite blessure se transforme vite en déchirure. Bilan : neuf mois aux soins, entrecoupés de quelques allers-retours sur les plages de Rio. Carlos Henrique est au placard mais pas encore à la cave. Le Brésilien revient au premier plan en début de saison contre Lorient le 13 août dernier. En une titularisation, il accumule autant de minutes que sous la période Tigana. Un pion dans les arrêts de jeu face aux Merlus lui permet de draguer Francis Gillot. L'Auriverde devient quelques semaines plus tard un taulier de l'arrière-garde girondine. Un retour au premier plan dû en partie à une foi non dissimulée, lui « ce chrétien depuis tout jeune qui se tourne vers la Bible à chaque moment difficile de sa vie, en feuilletant un passage au hasard » . Avé Henrique.

La Brute

Les supporters bordelais restent toujours énigmatiques au sujet de Carlos Henrique. Le Brésilien, plus ancien joueur de l'effectif formé hors du Haillan, fait partie des meubles en Gironde. Irrégulier avec Ricardo, remplaçant sous l'ère Laurent Blanc, à l'infirmerie pendant l'intérim Tigana, Henrique est aujourd'hui indéboulonnable sous les ordres de Francis Gillot. Titulaire lors des neuf dernières journées de championnat, il symbolise le renouveau des Marine et Blanc. Le poste de stoppeur dans une défense à 5 lui va à ravir, lui le type un peu rude pas forcément à l'aise avec ses pieds. Son rôle ? Encaisser le moins de buts possible, quitte à casser du petit bois. « Je suis là pour détruire, pas pour faire des passements de jambes, exprimait le Sud-Américain dans les colonnes de Sud Ouest il y a quelques semaines. Des gars comme moi, il en faut dans toutes les équipes, même les plus grandes, pour aider les plus techniques à exprimer leurs qualités. » Le Gernot Rohr des temps modernes.

Le Truand

Le Brésilien possède également un côté très sombre, il déteste se faire marcher dessus. Son émotivité est décuplée lors de certaines rencontres à enjeu. On se souvient tous de sa célébration après son but sur corner en finale de Coupe de la Ligue contre Lyon (1-0). Un coup de casque suivi d'un mime de mitraillette en direction des supporters de l'OL. Ses prises de bec et ses tacles au genou font le bonheur des caméras de Jean-Jacques Amsellem & Co +. Il est comme ça Henrique : entier et parfois violent. Francis Gillot le décrit comme « un défenseur dans l'âme, méchant, sur qui on peut compter » . Mais c'est surtout un mec qui n'arrive pas à se contrôler. Ses 26 cartons jaunes en 96 rencontres de Ligue 1 ne doivent rien au hasard. Le défenseur bordelais multiplie les suspensions, il sera d'ailleurs sur la touche pour les quatre prochains matches de championnat après une altercation avec Florent Sinama-Pongolle le samedi 7 janvier contre Saint-Étienne en 32e de finale de la Coupe de France. Des claques qui lui coûtent plusieurs week-ends de repos. Un souci pour Bordeaux, invaincu en Ligue 1 en 2012, avec son nouveau dispositif. Qu'on se le dise, Henrique cache toujours un pétard sous son maillot marine et blanc.



Par Romain Poujaud
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Les supporters bordelais restent toujours énigmatiques au sujet de Carlos Henrique."

Quelqu'un peut m'expliquer cette phrase ?
Disons que quand on suit Henrique depuis son arrivée, ça fait bizarre de le voir titulaire en puissance maintenant, étant donné qu'avant, on avait plus tendance à en rigoler, voilà l'explication
C'était surtout sur la forme que je m'interrogeais, mais merci ^^
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'Inter face à la crise
0 3