Henrietta, reine du foot zimbabwéen

0 0
La fédé zimbawéenne de foot a une énergumène à sa tête : Henrietta Rushwaya.

Élue depuis 2007, Rushwaya collectionne les casseroles. En octobre 2008, elle est mêlée à un scandale sexuel. Elle a exigé que l'entraîneur de la sélection libère Benjani avant un match qualificatif pour le Mondial 2010, pour une partie de jambes en l'air. Son appétit sexuel a aussi atteint les journalistes, autorisés à jouer avec Henrietta en échange d'articles élogieux.

En juillet dernier, elle avait fait passer le club local de Monomotapa pour la sélection zimbabwéenne, en déplacement en Malaisie, pour deux matches amicaux estampillés FIFA. Raison invoquée par la principale intéressée : « L'équipe nationale n'a aucun intérêt à disputer ce genre de matches. L'invitation venue de Malaisie est arrivée tardivement et il était difficile dans ce laps de temps de réunir la sélection. Monomotapa pouvait en revanche plus bénéficier de ce voyage en vue de la Champion's League africaine » .

La présidente casse-cou(illes) a fini l'année sur une belle note. Le Zimbabwe Telegraph révèle qu'Henrietta a détourné vers ses proches un don d'équipements alloué par la FIFA pour les jeunes footeux du pays.

Cette dernière affaire résonne comme un signal d'alarme pour les pontes du foot zimbabwéen, qui ont décidé dimanche de suspendre la présidente lors d'une réunion extraordinaire.


Problème : la procédure n'a pas été effectuée dans les règles et la suspension a tenu deux jours.


Henrietta is back et s'apprête à se représenter pour les prochaines élections fédérales du 27 mars prochain.

RB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0