1. //
  2. // Man City/Liverpool

Hello Carroll

Avec un Luis Suarez qui risque bel et bien de purger huit matches de suspension, l’heure d’Andy Carroll est sur le point de sonner. Dramatique pour Liverpool, persiflent certains. Peut-être oui, mais tout aussi excitant. Car ce gars incarne le vrai foot anglais.

Modififié
6 22

Les Italiens sont un bon révélateur du football anglais en général. C’est face à la Juventus que Liverpool avait précipité toute Albion dans les abîmes, un soir de violence mortelle en mai 1985 en finale de Coupe des clubs champions. C’est face aux Transalpins que les sujets de Sa Très Gracieuse Majesté se sont ensuite cassés les chicos les premières années de leur retour sur la scène continentale. Mais aussi face à eux que Manchester United et compagnie ont commencé à se refaire une réputation, notamment à l’occasion d’une somptueuse double confrontation MU – Juve en demie de Ligue des champions 1999 (1-1 ; 3-2), un soir où Pippo Inzaghi avouait sans honte après avoir inscrit le doublé à Turin pour mener 2-0 : «  Dès qu’ils ont réduit le score par Roy Keane, on a eu peur » .

Quel rapport avec Andy Carroll ? Alors qu’il est de bon ton un peu partout de se payer la tête de l’avant-centre de Liverpool, les Italiens semblent plus nuancés quand il s’agit de juger la grande gigue dégingandée. Ainsi Gigi Buffon qui avait croisé sa route en match amical quand Carroll oeuvrait à Newcastle. « Quelle puissance chez lui ! Il est un de ces joueurs qui, comme on dit en Italie, donnent le dernier coup de pinceau et finissent le travail de leurs coéquipiers » . Dernier coup de pinceau ou dernier coup de marteau, Carroll donnant davantage dans la forge que dans la peinture. Et pour Fabio Capello, l’ancien Magpie incarne celui qui doit conduire l’attaque de l’équipe d’Angleterre avec Wayne Rooney dans les prochaines années. Alors quoi, complètement cons les Italiens ? Parce qu’on se frotte les yeux et on se demande si c’est bien du grand gars complètement empoté qui fait marrer tout le monde dont il est ici question.

La filiation avec Gazza

S’il y a une réelle estime pour le potentiel de Carroll, Capello n’ignore pas non plus les limites du lascar : une hygiène de vie de merde. Quitte même à allumer son joueur en public : « Je pense que s'il veut être un bon joueur, un bon sportif, il a besoin de boire moins. C’est un message d'ordre privé. Je lui ai parlé, c'est une discussion privée entre deux personnes, mais il comprend beaucoup. Il est jeune, nous devons l'aider. C'est un joueur vraiment important. Il doit faire attention, car il est important pas seulement pour l'équipe d'Angleterre mais aussi pour Liverpool. Je pense qu'il comprend ce qu'il doit faire  » . Etre moins anglais ? Car en vérité, c’est un peu de cela qu’il s’agit : Andy Carroll figure une manière de dinosaure, réminiscence d’un football d’un autre âge, celui où on oscillait entre joueur de pub et joueur pro, parfois en passant directement de l’un à l’autre, l’écume du coin des lèvres à la saveur de Guinness.

Un style qui vient de loin quand on sait que Carroll est natif de Gateshead, un bled d’alcoolos dont le plus célèbre représentant reste à jamais un certain Paul Gascoigne. Et évidemment, avec autant de mousses dans le cornet, difficile d’être fit. Difficile aussi d’être irréprochable sur le terrain, comme en dehors. Car comme l’impayable Gazza, Carroll collectionne les incartades en tout genre. A la louche : une agression sur son ex-petite amie, un verre écrasé sur le visage d’un videur de boîte, la mâchoire de équipier fracturée pour une sombre histoire de gonzesse, un tacle d’un autre âge à l’entraînement sur N’Zogbia (parti à Wigan dans la foulée) et surtout un sommet de décadence chez son pote Kevin Nolan (partouze, alcool et drogue) chez qui il s’était installé… pour s’assagir !

Gare à la vérité des chiffres

Tout ça nous ferait franchement marrer si à côté de ça, Andy Carroll ne devait pas assumer aussi un transfert record pour un footballeur anglais (42 patates le salaud), un chiffre qui pousse à se demander si les représentants de Liverpool n’étaient pas aussi biturés que le joueur au moment de le signer l’hiver dernier. Car c’est un fait, nonobstant son style primaire, Carroll n’a pas vraiment fait dans l’efficacité depuis son arrivée (4 buts seulement sous le maillot rouge). Gênant à un tel tarif ? Oui. Mais si l’on met ce chiffre astronomique pour un talent aussi frustre, il convient aussi de ne pas trop juger Carroll sur son nombre de pions. Certes, le gaillard a facturé quelques 17 réalisations lors de la montée de Newcastle avant d’en enfiler 11 autres lors de ses cinq premiers mois en Premier League. Mais un peu à la manière d’un Emile Heskey ou d’un Peter Crouch, deux anciens de la Maison Rouge, on peut penser que Carroll peut aussi apporter dans un travail de l’ombre, un travail de sape des défenses adverses, histoire d’ouvrir les espaces aux autres.

Le hic, c’est que pour l’instant, l’homme au catogan n’a pas encore donné le sentiment d’aller au mastic, semblant parfois même peu concerné. Embêtant quand on n’a pas les pieds de Cristiano Ronaldo. Reste qu’Andy ne va plus avoir le choix avec la probable suspension prochaine de Luis Suarez (huit matches pour avoir dégueulé une mélopée de « Noir » à Patrice Evra). En l‘absence du fabuleux Uruguayen, l’Anglais de seulement 22 ans (il a une tête de daron pourtant) est placé face à ses responsabilités. Et ce soir, chez le leader Manchester City, ce ne serait pas la plus mauvaise idée de commencer à en être digne. Histoire aussi de continuer à effrayer autant que fasciner un autre Italien, Roberto Mancini, devant ce spécimen rare : le dernier vrai footballeur anglais de haut niveau. Pour le meilleur et pour le pire.

Le match en live, ce soir sur sofoot.com


Par Dave Appadoo
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Eh ben So foot, vous oubliez qu' Andy Caroll a été un vrai dingue a Newcastle et il a mis des buts de maboule et très important.
Il ne faut pas parler de lui que depuis son transfert à Liverpool qui a amusé tout le monde et fait beaucoup parler les journaleux...
Il est très fort aussi bien de la tête que dos au but et joue beaucoup pour ses compères de l'attaque, c'est une vraie massue sur la défense adverse.
Franchement, ca fait un peu mal de lire que le dernier vrai footballeur anglais de haut niveau, c'est Andy Carroll.
J'apprécie le joueur, malgré ses frasques, mais il y en a un bon paquet que je place plus haut que lui, à commencer par Rooney, si on ne parle de l'attaque.
Et c'est clair qu'à Newcastle, il a porté l'équipe à lui seul pendant un paquet de temps.
Il est pas aussi mauvais qu'on le laisse entendre. Oui il manque d'élégance, de touché et de précision balle au pied, mais à côté de ça, comme dit dans l'article, il opère un travail de sape (pas tjrs je l'accorde) sur les défenseurs, notamment dans les airs, d'où le nombre croissant de centres venant de la part des joueurs de Liverpool (il suffit de voir Gerrard contre Newcastle qui a pas mal centré pendant ses 30mns de jeu). 'Fin bref, plus il va jouer, plus il sera fit et meilleur il (re)deviendra!
Vous avez sérieusement lu l'article ??

@yodoyo : En quoi l'article dit le contraire de ce que tu dis ? C'est malin de reprendre un article pour redire la même chose...

@keziaflo : Quand il dit dernier joueur anglais de haut niveau il parle de joueur anglais à la Gascoigne, surdoué mais complètement taré, mais le genre de personnalité intéressante, sérieusement tu as lu l'article ou tu saute sur le moindre truc (que tu comprends pas) pour critiquer ?


"Dernier coup de pinceau ou dernier coup de marteau, Carroll donnant davantage dans la forge que dans la peinture."

Ahaha, c'est pour ce genre de phrase que je viens sur SoFoot.fr

Bon les mecs on critique tous assez ce site pour cracher quand il en sort quelque chose de bon, faites un effort quoi, c'est un bon article.
Johnny Dramma Niveau : Ligue 1
Après Legear c'est au tour de Caroll. C'est la journée des articles sur les quiches ?
Très vrai, un article vraiment bien écrit avec une belle recherche, ça mérite d'être souligné!
en gros, Caroll a marqué autant de buts avec les reds que Torres avec les Blues...

des transferts aux prix mirobolants pour finalement pas grand'chose, faut croire qu'il fallait encore blanchir de l'argent d'abramovitch...
Sushi-Rossonero Niveau : District
Contrairement a Torres, Carroll n'a pas joué beaucoup de match !
Bonjour les clichés ! Le footballeur anglais qui boit comme un trou. Si jamais, pour rappel, des Gazza il y en avait qu'un seul.
Tout à coup, l'exception fait loi. Sofoot, quoi !
Caroll c'est un bon joueur pour Stoke City, je sais pas pourquoi Liverpool s'est entiché de ce grand balourd qui certes est bon en pivot, mais c'est tout. Il est dégueu balle au pied, très approximatif techniquement. Et surtout pour 41 M€.

Qui joue avec un pivot de telle sorte dans les grands clubs à l'heure actuelle ?...
@sushi : sur leur première demi saison dans leur nouveau club, c'est vrai.

Mais depuis le début de cette saison, Torres a moins joué que Caroll...

760 minutes pour Torres en 15 apparitions (dont 8 comme titulaire) et 920 pour Caroll en 17 apparitions (dont 10 comme titulaire)

pour 2 buts chacun...
Sweeney todd Niveau : District
Pour la comparaison avec Torres:
Torres : 37 match avec Chelsea, 5 buts.
Carroll : 29 match avec Liverpool, 5 buts.

*Gignac : 51 match avec Marseille, 13 buts.
et dire qu'avant Torres, c'était 65 buts en 102 matchs de PL et Carroll, c'était 31 buts en 76 matchs. ça fait une nette différence pour les deux joueurs!
@Lantar : je dis juste que l'article est bof comme pas mal en ce moment sur Sofoot, c'est dommage de faire du Voici ou du VSD sur Sofoot malgrés leurs grands renforts de phrases choques que j'apprécie aussi.

Si on combine les commentaires suivant cet article oui là on tient un meilleur article:
On a des stats comparé à Torrès, on pourrait en avoir avec d'autres attaquants, on voit aussi qu'il était fort à Newcastle et qu'il les a portés à bout de bras un moment. On pourrait aussi faire un "parallèle" entre le jeu des Magpies et celui des Reds ou peut-être que chez les Reds, les milieux jouent moins pour lui, savoir si il est bon dans le jeu etc....

Au lieu de ça on a son penchant pour la fête, la picole, les bastons, le sexe, comme tout jeune de son âge en fait et ça c'est pour Gala.
C'est juste ça que je reproche à cet article qu'on parle du "sensationnel" au lieu d'avoir fait un vrai taf "d'investigation" et de nous apprendre des vrais trucs, ça on le sait si tu prends tous les articles parus sur Caroll.

J'ai quand mm bien aimé le titre en hommage aux Gladiators !
Vous êtes vraiment très critique sur les articles de SoFoot ces derniers temps.
Je suis d'accord pour que l'on reproche le côté "paparazzi" des photos qui sont mises. Mais pour les articles je suis pas d'accord.
Après, oui, il pourrait y avoir des stats, oui il pourrait y avoir des comparatifs avec d'autres joueurs. Mais on n'est pas non plus sur un article de presse à scandale. Faut pas exagérer.
Créez votre propre site et faites vos articles, qu'on voit ce qu'on est en droit d'attendre d'un site de foot selon vous.
@simz : c'est clair que j 'aimerais être payé pour.
Yodoyo01 : "J'ai quand mm bien aimé le titre en hommage aux Gladiators ! "
+1.

Pour Simz aussi, + 1!

J'espère vraiment que cela va permettre à Carroll de montrer à nouveau toutes les belles choses entrevues quant il était à Newcastle. J'aime bien ce gars.

Sinon moi ce qui me saoule c'est toute ces critiques sur les articles à chaque fois qu'il y en a un qui est publié.
Ils devraient créer un article requête pour certains...
Si avec le nombre d'articles de SoFoot vous ne trouvez pas votre vie, et bien passez votre chemin.
Paul_101_Moro Niveau : District
Calmez vous les gars. J'ai de la famille a Newcastle, et pour y avoir frequente, je peux confirmer la facon dont on decrite le bled de Carroll. L'article, loin de se pencher sur des 'cliches', et plutot precis.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Les vœux de Lampard
6 22