Helena Costa, un coup marketing déjà réussi

En annonçant hier la nomination d'une femme, Helena Costa, pour remplacer Régis Brouard à la tête de son équipe première, Clermont Foot a pris tout le monde à contre-pied. Modernité, défense des droits de la femme et visibilité positive, le petit club de Ligue 2 fait déjà une affaire en or question image.

Modififié
19 31
Najat Vallaud-Belkacem a rapidement dégainé sur Twitter, son secrétaire d'État aux Sports Thierry Braillard a également eu la réaction rapide qui s'impose. Même Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, y est allé de son tweet un chouya plus tard. Ce n'est pas tous les jours qu'une femme devient entraîneur d'une équipe de football professionnelle masculine en France, ni dans le reste du monde d'ailleurs. En 1999, Carolina Moracce avait pris en main le club de Serie C italienne Viterbese Calcio et n'avait tenu que trois mois. En 2012, la Bolivienne Nelfi Ibáñez Guerra prenait en main un club semi-pro au Pérou. En France, aucun antécédent jusqu'à ce mercredi 7 mai 2014.

En signant la Portugaise Helena Costa pour prendre la suite de Régis Brouard, Clermont Foot a réussi un extraordinaire coup médiatique. Les politiques donc, mais aussi les médias ont dû faire de la place à cet habitué du ventre mou en Ligue 2 : presse spécialisée, presse généraliste, et même quelques grands noms étrangers comme le Guardian, le New York Times et la BBC - pour ne citer qu'eux - ont fait du petit club auvergnat le centre du monde le temps d'un article ou d'un reportage. L'exploit n'est pas mince quand, le même jour, Paris s'apprêtait à glaner un deuxième titre de champion d'affilée.

Pour Arnaud Benoît-Cattin, directeur du département conseil et organisation à l'agence de marketing sportif Quaterback, le club de Ligue 2 a visé juste : « Coup de génie, peut-être pas, mais un beau coup de communication déjà : on parle beaucoup du football féminin, de la place que doivent prendre les femmes, donc Clermont se met clairement dans l'air du temps. » Pour Laurent Damiani, président de Sporsora, l'association des acteurs économiques du sport dont la FFF ou l'AS Monaco sont membres, l'intronisation de Costa montre que « Clermont a une vision moderne du sport, il anticipe son évolution. » Clermont Foot aurait donc un temps d'avance, ce que confirment les réactions sur la twittosphère. « Bravo au Clermont Foot de comprendre que donner leur place aux femmes est l'avenir du football professionnel. » Le tweet est signé Najat Vallaud-Belkacem et sa signification est limpide : le club auvergnat sera à jamais le premier à avoir osé confier les clés de son équipe première à une femme, et quoi qu'il arrive, cela restera sur le Wikipédia de l'histoire du foot français.

Mourinho en jupon

« Il y a déjà une dynamique en France autour du football féminin, avec un vrai engouement du public. Cela a souri à Lyon de s'investir dedans. Aux USA, le soccer a été porté par les femmes. La femme, c'est l'avenir du sport. La nomination d'Helena Costa est un signe positif » , estime Laurent Damiani. Pour Arnaud Benoît-Cattin, le recrutement de la « Mourinho en jupon » , son surnom au Portugal, peut être un tournant pour le football hexagonal, surtout si les résultats suivent : « Si elle monte en Ligue 1 ou réussit un coup en coupes, elle peut ouvrir une filière. Ce sera intéressant de voir l'apport de ce management féminin, cela a du sens. Cela va apporter de nouvelles méthodes, un autre regard. »

Pour l'expert en marketing, la Portugaise peut permettre au football français de puiser dans un potentiel jusqu'ici négligé : « On a une génération de joueuses pro françaises qui arrivent en fin de carrière et qui peuvent avoir des choses à apporter. Surtout qu'à âge égal, les joueuses sont plus matures que les hommes. » Un membre de l'entourage de Thierry Braillard, secrétaire d'État aux Sports, se félicite de cette nomination « qui devrait enrichir le panorama du football français et renforcer l'ouverture vers les femmes. Il s'agit d'une bonne chose pour le football français en termes d'images, mais pas seulement. »

« Les syndicats sont encore un peu conservateurs »
Si la nomination d'une femme a été globalement accueillie positivement dans le monde du football et l'ensemble de la société, la plupart des observateurs estiment que le pedigree de l'intéressée fait d'elle bien plus qu'un simple outil de communication. « Elle a plus d'expérience que n'en avait Brouard à son arrivée. C'est une fille à poigne, charismatique. Elle a déjà coaché des hommes au Portugal (ndlr : Cheleirense, en D3 portugaise, avec qui elle a gagné la Ligue de Lisbonne) » , rappelle Arnaud Benoît-Cottin, conquis par le profil de la Portugaise. « Je ne connais pas personnellement la direction du club, mais j'imagine que leur première motivation est technique, car Helena Costa a une réputation internationale » , souligne de son côté Laurent Damiani. Le président de Sporsora ose « espérer qu'elle réussisse » , mais avertit qu'il « ne faudra pas être plus exigeant parce que c'est une femme. » Or, une femme que l'on compare à Mourinho risque de susciter de grandes attentes.

Mais pas besoin pour elle de gagner la Ligue des champions avec Clermont puis Lorient pour que son parcours en France soit une réussite. « Si le club maintient son niveau, ce sera positif en termes d'image » , analyse Arnaud Benoît-Cottin. Formée à l'université, comme José Mourinho, forte d'un CV solide, la Portugaise de 36 ans n'avait-elle pas le profil pour une Ligue 1, réputée plus tactique que la Ligue 2 ? « Cela aurait été compliqué de la prendre directement en Ligue 1, notamment parce que les syndicats sont encore un peu conservateurs » , juge l'expert en marketing.

« Même s'il y aura quelques railleries... »

Encore un peu conservateur le football français, mais pourtant, avec ce recrutement, il pourrait prendre des airs d'avant-gardiste du ballon rond en Europe. Le proche collaborateur de Thierry Braillard rappelle d'ailleurs qu'au sein du cabinet du secrétaire d'État aux Sports, « on espère qu'un jour, la nomination d'une femme à la tête d'une équipe de football masculine en France ne fasse plus le buzz, mais soit regardée comme quelque chose de normal » , ce qui serait la preuve d'une évolution profonde.

Avant même d'en arriver à ce stade, le football français devrait bénéficier de l'effet Helena Costa. Et pour Clermont, les annonceurs pourraient suivre si l'on en croit Arnaud Benoît-Cottin : « La signature de Brouard était déjà un coup de la part de Clermont, car il venait du monde amateur, Quevilly. Avec Helena Costa, pour moi, c'est un beau coup sur tous les plans. Cela peut attirer des sponsors, même s'il y aura quelques railleries. Si je suis annonceur, pas forcément d'une marque destinée aux femmes, je tente un coup avec Clermont, surtout connaissant Helena Costa. Associer son image à Clermont aujourd'hui, c'est être dans la bonne tendance. »

Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Gilles de la Kolo Tourette Niveau : CFA
Elle croyait bosser pour Montclair, voilà pourquoi elle a accepté.
Quoiqu'il en soit respect à Clermont déjà d'y avoir pensé et bien sûr de l'avoir fait.

Hâte de voir ce que ça va donner.
derIngenieur Niveau : CFA
Note : 2
Bon, j'avoue que j'ai cliqué seulement pour pouvoir juger de des atrib...eu de ses compétences.
Anarchitectes Niveau : District
C'est déjà un début de réussite marketing, si ça se passe bien niveau sportif, ils auront comme on dit fait " d'une pierre, deux couilles " avec un entraineur qui est en dépourvu, à priori.

Clermont c'est pas le saint des saints, mais c'est déjà ça pour débuter, et puis qui sait, petit à petit la figure phallocrato-patriarcal ne sera plus la seule sur les bancs de touche. un petit plan -de jeu- élaboré à trois, ou des duos mixtes etc.
2yemklubapanam Niveau : Ballon d'or
Si je suis annonceur, pas forcément d'une marque destinée aux femmes, je tente un coup avec Clermont

j'ai pas pu m'empêcher
desolé

http://www.youtube.com/watch?v=IjSrP7EJC5Y
Clemuntinho Niveau : CFA
Note : 3
J'espère qu'elle a les épaules solides, parce qu'elle risque d'en entendre de belles depuis son banc de touche...
Moi ça me fait penser à Ajaccio et ça ne m'étonnerait pas qu'ils aillent en national l'an prochain.

Les joueurs écoutent difficilement un entraineur qui manque de légitimité. Ils écouteront de manière très différente un discours selon qu'il vienne d'un ex-pro ou d'un gars qui n'a jamais poussé un ballon, et c'est pour ça que l'immense majorité des entraineurs pros sont aussi d'anciens joueurs pro. Or cette femme n'a ni une carrière de joueuse notable, ni un palmarès d'entraineur.

J'aurais été moins sceptique si ça avait été une grande entraineur chez les féminines, du genre à avoir gagné des trucs important.
derIngenieur Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par sissa
Moi ça me fait penser à Ajaccio et ça ne m'étonnerait pas qu'ils aillent en national l'an prochain.

Les joueurs écoutent difficilement un entraineur qui manque de légitimité. Ils écouteront de manière très différente un discours selon qu'il vienne d'un ex-pro ou d'un gars qui n'a jamais poussé un ballon, et c'est pour ça que l'immense majorité des entraineurs pros sont aussi d'anciens joueurs pro. Or cette femme n'a ni une carrière de joueuse notable, ni un palmarès d'entraineur.

J'aurais été moins sceptique si ça avait été une grande entraineur chez les féminines, du genre à avoir gagné des trucs important.


Déja entendu parler de Mourinho ?
Message posté par derIngenieur


Déja entendu parler de Mourinho ?


Oui alors je me doute bien qu'il va forcément y avoir un gros malin pour me parler de Mourinho, et pourtant je l'écris quand même, pourtant?
Trilaterale Niveau : Loisir
"bon alors, 11 joueurs... on va jouer en 4-4-3!"
Gregory Vignal-Qaïda Niveau : CFA2
le message de Valaud-Belkacem est navrant, en quoi est-ce l'avenir du foot pro de confier les rênes à une femme ?
si elle réussit, tous les clubs devront se ruer pour avoir leur femme sur le banc ? si elle se plante, cela voudra dire qu'une femme est incapable de gérer un groupe pro masculin ?

Je vais pas faire mon féministe à deux balles, mais c'est quand même triste que la première remarque de la majorité des personnes soit pour juger son physique non?

Si encore les gens se contentaient de dire "c'est une femme, elle n'y connait rien", ça serait moins rabaissant...
derIngenieur Niveau : CFA
Message posté par sissa


Oui alors je me doute bien qu'il va forcément y avoir un gros malin pour me parler de Mourinho, et pourtant je l'écris quand même, pourtant?


Pourtant pourtant pourtant

Pourtant si tu connais un contre exemple qui a trés bien marché (il y a Villas-Boas aussi entre autres), pourquoi tant de scepticisme ?
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Note : 16
"on parle beaucoup du football féminin, de la place que doivent prendre les femmes"
"Surtout qu'à âge égal, les joueuses sont plus matures que les hommes."
"Bravo au Clermont Foot de comprendre que donner leur place aux femmes est l'avenir du football professionnel."
"La femme, c'est l'avenir du sport."

QU'est ce au'il pas lire sérieux, je suis loin d'être misogyne mais ce féminisme béat est à se pisser dessus
et si elle fait un saison de merde (ce que je ne lui souhaite pas), qu'est-ce qu'on dira?
Estebanana Niveau : CFA
C'est pas du marketing mais de la communication. Voilà.
Message posté par derIngenieur


Pourtant pourtant pourtant

Pourtant si tu connais un contre exemple qui a trés bien marché (il y a Villas-Boas aussi entre autres), pourquoi tant de scepticisme ?


Si tu regardes le parcours de Mourinho, tu te rends compte que :

- il a quand même été brièvement joueur professionnel, il a donc quand même eu un aperçu de ce que signifie jouer un match de grande intensité, et il était donc dans le haut du panier si on considère l'ensemble des pratiquants.

- quand il a commencé en tant qu'entraineur principal, il avait presque 10ans d'experience comme adjoint dans des gros clubs, auprès de deux immenses entraineurs.

En terme de légitimité, il ne lui manque donc pas grand chose. Pour moi Clermont fait de la comm pour la comm, comme Ajaccio avec ses chinois et son ravanelli, et je pense que le résultat sera le même. Si ça avait été sérieux, ils l'auraient pris comme adjoint pendant un moment par exemple.
Rahletace Niveau : DHR
On peut aussi citer la jurisprudence Sacchi. Quand il arrive à Parme en série B, il n'avait joué qu'au niveau amateur (maximum série D avec Bellaria pendant 2 ans), n'avait coaché que des équipes de jeune (Fiorentina et Cesena) et une équipes en 3ème divisions italiennes (Rimini, deux fois 1 ans).
AirForceOne Niveau : CFA2
Je trouve que c'est une très bonne chose c'est vrai qu'au départ elle sera beaucoup critiquée mais je pense qu'elle se fera respecter. Des hommes entraînent des femmes des femmes arbitrent les hommes alors pourquoi pas des femmes qui entraînent les hommes.
Gilles Simon, mon idole Niveau : District
Et sinon avant de se réjouir de ce choix de Clermont, on va peut-être attendre les résultats de l'équipe, nan ?

Les mêmes gens qui reprochent le manque d'ouverture du foot français jugent déjà bonne la nomination d'Helena Costa parce que c'est une femme : c'est rabaisser son talent d'entraineur et ses performances jusque là (ce que je n'ai pas suivi on va pas se mentir). Attendons de voir ce que ça donne et on pourra se réjouir (ou pas) si elle mène bien sa marque, et surtout la juger comme un entraineur à part entière.

Barack Obama n'est pas un bon président parce qu'il est métisse mais parce qu'il a du charisme, du talent, de l'intéligence...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
19 31