1. // Euro 2012
  2. // Belgique/Autriche

Hazard, perdu dans son jardin

Après un début de carrière en boulet de canon, Eden Hazard coince. Le magicien belge, sur le banc lors des deux dernières sorties du LOSC, a été spectateur lors de la victoire 2-0 des Diables Rouges au Kazakhstan. La rançon de la gloire ?

0 2
Le feuilleton Hazard a débuté timidement en Ligue 1. Mais lorsque celui-ci a traversé la frontière en passant de Lille à Bruxelles, il a pris des proportions phénoménales. Quand on lit l'article publié sur le site de la RTBF "Leekens n'aime-t-il pas les artistes ?"*, on croirait lire "J'Accuse" de Zola. Pourtant, Eden Hazard n'a rien d'Alfred Dreyfus. Le talentueux Belge connait simplement une période de stagnation dans sa fulgurante progression. Médiatisation exacerbée, attentes trop importantes, Eden paye aujourd'hui sa précocité. Et c'est tout un pays qui tremble.

« J'aime bien Eden, il a beaucoup de qualités, mais il doit davantage travailler. Pour l'instant, il est dans le flou à Lille où il est souvent sur le banc. On lui donne les atouts pour retrouver son niveau de l'an dernier. Maintenant c'est à lui de travailler physiquement et mentalement. Je ne suis pas là pour faire des cadeaux. Je suis là pour le motiver, car la Belgique a besoin d'un grand Eden » . Ces propos de George Leekens, sélectionneur des Diables Rouges, ont suffi à alimenter une polémique qui n'en avait pas besoin. Le conflit ouvert entre le prodige du LOSC et l'entraineur belge fait couler l'encre dans le Plat Pays et si la presse a choisi son camp en défendant son petit génie, les motifs d'insatisfaction du sélectionneur ne sont néanmoins pas totalement infondés.

« Un futur crack »

Meilleur espoir de Ligue 1 en 2009 et 2010, Eden Hazard a fait preuve d'une maturité épatante. Afficher comme il le faisait, à seulement 18 ans, une telle régularité dans ses prestations avait quelque chose d'inhumain. Quand à cet âge-là, les Ben Arfa, Nasri ou autres Benzema ne brillaient que par intermittence, Hazard scintillait sans jamais vraiment s'arrêter. Suffisant pour attirer les convoitises de l'OL, du Real Madrid, et bien sûr d'Arsenal, mais aussi les compliments de Zinedine Zidane himself, qui adoubait son successeur dans les colonnes de Marca : « C'est le crack du futur. Il est très rapide, très habile et peut devenir un grand footballeur. Je l'engagerais au Real les yeux fermés » . Tout ces compliments, mérités, Eden semble les digérer avec la même humilité que celle qu'il affiche sur le pré. Pourtant, la saison 2010-2011, qui sonnait comme celle de la confirmation et qui devait lui servir de réel tremplin pour sa carrière ne démarre pas sous les meilleurs auspices.

« Il faut que tu bosses »

Titulaire indiscutable sous les couleurs de Lille, Eden a été relégué sur le banc lors des deux derniers matches des Dogues pour des raisons sportives. Seulement un but en huit matches et surtout une influence moins importante sur le jeu lillois ont amené l'expérimenté Rudi Garcia à préserver son poulain. Normal. Mais le « cas Hazard » devient un réel problème lorsqu'il dépasse les frontières. Si la relation entre Eden et Garcia a tout d'une relation père-fils, celle que le natif de La Louvière entretient avec son sélectionneur s'apparente plus à celle d'un mari et de sa belle-mère. Hypocrisie et coups bas par presse interposée, les deux zigotos filent droit dans le mur. Conscient du talent d'Hazard, Leekens regrette toutefois son manque d'investissement : « Tu as le plus beau métier au monde ! Remercie Dieu d'avoir tellement de talent. Mais il faut que tu bosses aussi » . Comme souvent dans ce genre de situation, c'est le mari qui trinque. Dans les tribunes au Kazakhstan, Hazard a peu de chances de jouer ce mardi face à l'Autriche. C'est en tout cas ce que laissent penser les récentes déclarations du coach belge : « Il a reçu une petite claque. Je veux l'aider à lui faire retrouver son niveau de l'an passé. S'il craque, c'est qu'il n'est pas assez fort » .

Rudi Garcia le sait, son Eden ne craquera pas: « Eden n'a que 19 ans. Je pense qu'on attend trop de lui, et trop vite. Je ne suis pas en train de le complimenter mais on a dit trop de choses sur lui, il faut calmer le jeu » . Fils d'un père footeux et d'une mère enseignante, le petit Hazard en a dans le ciboulon. Nul doute qu'il saura s'appuyer sur ce passage à vide pour mieux rebondir et retrouver au plus vite - dès mardi face à l'Autriche ? - le chemin de son jardin.

Swann Borsellino

* Lire l'article de la RTBF

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
J'ai déjà critiqué un ou deux articles qui pour moi étaient bâcles mais ici, je dois admettre que cet articles est remarquablement bien écrit.

Je suis belge, donc j'ai eu écho en détail de l'histoire et elle est parfaitement retranscrite ici.

good job!
J'ai déjà critiqué un ou deux articles qui pour moi étaient bâcles mais ici, je dois admettre que cet articles est remarquablement bien écrit.

Je suis belge, donc j'ai eu écho en détail de l'histoire et elle est parfaitement retranscrite ici.

good job!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Garder les Rennes
0 2