Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10e journée
  3. // West Ham/Chelsea

Hazard et Chelsea, le début de la rupture ?

Meilleur joueur de Chelsea et de Premier League, Eden Hazard ne scintille plus en ce début de saison. Moins fringant, moins inspiré, l'international belge marque le pas actuellement et subit les foudres de José Mourinho. Une première dans la carrière du prodige, pour lequel l'avenir à court terme ne semble plus s'écrire au sein de la formation londonienne.

Modififié
C'est un don unique qui a fini par devenir ordinaire. Depuis sa tendre enfance, Eden Hazard a toujours été en marge de la normalité. Parce que son talent était exceptionnel. Parce que les années s'écoulant au fur et à mesure, le petit Belge parvenait toujours à être au-dessus du lot parmi les grands. Sans forcer, évidemment. « Quand j'ai signé à Tubize, pas très loin de chez moi, je me suis rendu compte que je possédais des dispositions particulières pour le foot. Je devais avoir neuf ou dix ans. À l'époque, ce club évoluait en D3, et les joueurs étaient plus forts qu'à Braine-le-Comte, mais j'étais quand même au-dessus, racontait-il, le regard amusé, au moment de revenir sur ses premiers pas balle au pied. Après, je suis parti à Lille à l'âge de quatorze ans. Je pensais que cela allait être encore plus difficile, mais au bout de six mois, j'étais encore au-dessus de tout le monde. Là, je me suis dit que je pouvais faire une belle carrière. » Ce parcours étoilé, où l'insolence du talent a trop souvent côtoyé la facilité, le milieu de terrain continue de l'écrire. Sauf que pour la première fois en huit ans de carrière, Eden ne survole pas le commun des mortels. Un simple passage à vide ? Sans doute. Mais qui interroge quant à la suite de sa romance avec Chelsea.

Des titres, oui, mais pas toujours du plaisir


Jusqu'ici, Eden Hazard n'a eu cesse de marcher sur l'eau. Arrivé à Londres en 2012, l'international belge s'est immédiatement imposé comme une pierre angulaire. Par sa virtuosité, sa capacité à faire la différence et son influence prépondérante sur le jeu de Chelsea, il met le Royaume à ses pieds. Élu deux fois meilleur joueur de l'année PFA et joueur de l'année de Chelsea lors des deux dernières saisons, l'ancien prodige lillois a été l'un des artisans majeurs de la couronne soulevée à l'issue de l'exercice 2014/2015. Et, aussi, de la League Cup remportée au cours de la même année. Deux titres qui sont venus s'ajouter à la Ligue Europa, gagnée en 2013. En principe, il avait tout pour être pleinement épanoui. Mais depuis le retour en grande pompe de José Mourinho dans la capitale anglaise, il y a deux ans, l'histoire d'amour avec les Blues se révèle plus tumultueuse.

Le 30 avril 2014, au soir d'une frustrante élimination en demi-finale retour de Ligue des champions, contre l'Atlético Madrid, Hazard balance tout ce qu'il pense du style frileux de son manager, qui adopte alors un style défensif et préfère opérer en contre-attaque. «  Je suis triste ce soir, mais la logique est respectée parce qu'ils méritaient de se qualifier. Chelsea n'est pas fait pour jouer au foot, lâchait-il, plein d'amertume, au micro de beIN Sports. On est bons en contre, un peu comme le Real face au Bayern. On l'a bien fait ce soir puisqu'on a marqué. Mais leur but nous a fait mal avant la mi-temps. En seconde période, on n'a pas réussi à faire la différence. On me demande souvent de la faire seul, ce n'est pas facile.  » En guise de réponse à cette sortie médiatique quelque peu déconcertante, « The Special One » dégaine aussitôt en conférence de presse. Et recadre publiquement son joueur : « Que ce genre de commentaires viennent de ce type de joueur, c'est normal car ce n'est pas le style de joueur à se sacrifier pour l'équipe. Eden est le genre de joueur qui n'a pas la mentalité pour regarder derrière et venir aider son arrière gauche et donner sa vie pour lui. Quand vous voyez le premier but de l'Atlético, vous comprenez d'où vient l'erreur et pourquoi nous avons concédé ce but. J'essaie qu'il s'améliore depuis le début de la saison, mais je ne suis pas heureux.  »

« Je ne suis plus intouchable »


Depuis cet épisode, les relations entre les deux protagonistes se sont distendues. Entre Hazard et le Mou, c'est « je t'aime moi non plus » . Reconnaissant le talent hors norme de son diamant, le Portugais n'avait pas hésité à le qualifier de « merveilleux gamin » l'année du titre des Blues avant, en juillet dernier, de le mettre au même rang qu'un certain Cristiano Ronaldo. « La saison dernière, oui, Eden Hazard est selon moi devant Cristiano Ronaldo. En dépit du fait que Ronaldo est fantastique. Il a été fantastique. Il a marqué un nombre incroyable de buts. Je ne dis pas qu'il n'est pas fantastique. Je dis simplement que, de mon point de vue personnel, tous les joueurs de football dans le monde devraient comprendre que l'équipe est prioritaire, martelait le technicien. Eden a été élu comme l'un des dix meilleurs joueurs en Europe l'année dernière. À mon avis, il devrait être dans les trois premiers et non pas dans le top 10. Je pense qu'il est le meilleur joueur dans son pays. Le meilleur joueur en Angleterre.  » Deux mois plus tôt, c'était le Belge qui encensait la méthode de son manager : « Avec José Mourinho, individuellement, on parle, mais il ne vient pas me dire de faire quoi que ce soit. C'est celui qui me donne le plus de libertés, parce qu'il a compris comment tirer le meilleur de ses joueurs. Il sait à qui donner des consignes, à qui il ne faut pas en donner. Il connaît ses joueurs parfaitement, il prend la pression pour lui, et nous, on a juste à être bons sur le terrain. »

Des rêves de Real ?


On pensait les rapports apaisés. La confiance mutuelle retrouvée. Mais le piètre début de saison du champion en titre est venu tout balayer. De ce Chelsea moribond, Hazard est l'un des symboles les plus prégnants. Moins incisif, moins décisif, moins inspiré, il a fini par payer le prix de ses contre-performances (12 matchs toutes compétitions confondues pour 0 but et 3 assists). D'habitude titulaire indéboulonnable, le joueur de 24 ans a débuté sur le banc contre Porto en C1 (2-2, 29 septembre) et n'est entré que pour les dernières minutes face à Aston Villa (2-0), le week-end dernier. « J'ai dit aux joueurs que ce n'était pas le moment de se plaindre ou d'être égoïste. Je continue comme ça (avec Hazard sur le banc, ndlr) ou il avance dans notre direction et essaie de jouer à ma façon » , a justifié au sortir du match Mourinho d'un ton offensif.


Conscient de la période délicate qu'il traverse, le principal intéressé ne s'est pas défilé. Et a pleinement assumé les reproches dont il fait l'objet : « C'est la première fois de ma vie que je me sens autant en difficulté. Je ne peux pas vraiment l'expliquer, ce que je sais, c'est que je dois travailler vraiment dur pour revenir au plus haut. C'est vrai que je ne suis plus intouchable. Vous pouvez l'être tant que vous jouez bien, mais ce n'est pas le cas cette saison. J'ai même été sur le banc à Porto. Je pense que l'entraîneur a voulu m'envoyer un message.  » En public, le discours se veut rassurant. Mais, en privé, le talentueux ne cacherait pas ses envies d'ailleurs. D'après le quotidien L'Équipe, le milieu aurait fait part à ses proches et ses coéquipiers en club et sélection de son doux rêve de rejoindre l'été prochain le Real Madrid. Cette semaine, il a d'ailleurs sur son compte Instagram mis un « like » à propos d'une information l'envoyer à la Casa Blanca. Le temps semble peut-être compté avant qu'Eden Hazard n'aille exporter son talent en Espagne. En attendant, il doit prouver de nouveau qu'il demeure le meilleur parmi les grands.

Eden Hazard est en couverture de So Foot Club #16, actuellement en kiosque

Par Romain Duchâteau Propos d'Eden Hazard recueillis dans L'Équipe, So Foot (n°126) et La Dernière Heure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104