1. //
  2. //
  3. // PSG-Marseille

Hatem et l’OM

Ce dimanche soir, même s’il sera sûrement sur le banc, Hatem Ben Arfa va retrouver un de ses anciens clubs, l’Olympique de Marseille. Retour sur un amour vache qui a duré deux ans.

Modififié
487 10
« L'OM, c'est le choix du cœur. C’est un club dans lequel tout joueur rêve d’évoluer par rapport au public, à toute la chaleur autour de ce club. Quel joueur n’aimerait pas jouer ici ? (...) Je ne me vois pas aller à Paris un jour. J'ai envie de viser plus haut. » En 2010, Hatem Ben Arfa portait le maillot de l’Olympique de Marseille et il en était visiblement très fier. Assez pour dénigrer le rival parisien avant un PSG-OM au Parc de Princes. À vingt-trois ans, il ne s’est pas encore brûlé les ailes dans des choix de carrière douteux, il n’a pas encore échoué à Newcastle et à Hull City, il n’a pas encore ressuscité à l’OGC Nice après six mois de chômage, et il n’est pas encore snobé par Unai Emery au PSG, ce club qu’il ne veut pas rejoindre, car il est bien plus ambitieux que cela. Mais Hatem Ben Arfa est déjà l'un des grands espoirs du football français, le plus talentueux de sa génération, et son attitude en fait déjà criser plus d’un. L’aventure marseillaise d'Hatem Ben Arfa résume à elle seule le joueur, entre éclairs de génie et prises de becs.

Les coups de rein


« Vous vous souvenez de ce que vous m’avez dit lors de la signature de mon premier contrat. Que j’étais comme votre fils. C’est comme ça que vous traiteriez votre fils ? » Le moins que l’on puisse dire, c’est que Ben Arfa est motivé à rejoindre l’Olympique de Marseille lorsqu’il balance ces mots à la tronche de Jean-Michel Aulas le 1er juillet 2008, en présence de Pape Diouf et d’une commission juridique de la LFP. De toute son assurance, il vient de mettre fin à un imbroglio qui dure depuis une semaine autour de son transfert, qui avoisine les onze millions d’euros. Mais le forcing a fini par payer. Le président lyonnais a cédé et Ben Arfa est officiellement un joueur de l’OM. Un atout majeur pour Éric Gerets, surtout que l’ancien Lyonnais ne tarde pas à se mettre dans le bain en marquant dès son premier match contre Rennes. Quelques jours plus tard, en Coupe d’Europe, il distille son premier numéro de soliste contre Brann Bergen pour donner une passe décisive à Benoît Cheyrou.


« C’était déjà un très, très bon joueur. Il pouvait gagner un match à lui tout seul. Il est un peu fou, mais dans le bon sens du terme. Avec nous, il a fait la décision plusieurs fois. À l’entraînement, je le chambrais et le comparais à Messi » , se souvient Baky Koné, qui est arrivé à l’OM en même temps que HBA. En deux ans à Marseille, que ce soit sous Éric Gerets ou Didier Deschamps, Ben Arfa fonctionne par cycles. Dans le tas, il sort quelques performances incroyables par-ci par-là, notamment contre Saint-Étienne et le PSV Eindhoven, où il délivre deux passes décisives à chaque fois. Mais son match le plus abouti reste celui contre Valenciennes, le 7 février 2010. Même s’il ne marque aucun des cinq buts marseillais, il est à l’origine de chacun d’eux et martyrise littéralement Rudy Mater pendant 90 minutes. « Rudy est tombé sur un joueur phénoménal, Hatem Ben Arfa, je suis même satisfait qu'il n'ait pas pété les boulons. Quand il est dans cette forme-là, Ben Arfa est l'un des meilleurs joueurs d'Europe » , avait alors déclaré Philippe Montanier.

Youtube

Les coups de gueule


Pourtant, Ben Arfa ne parvient pas à s’imposer comme un titulaire indiscutable. Son irrégularité et sa propension à trop en faire l’empêchent d’accéder à ce statut. Et ça, ça le rend fou. Après deux premiers mois exceptionnels à l’automne 2008, Gerets décide tout de même de le faire commencer sur le banc pour son premier Classico. À la 70e minute, alors que le score est de 2-2, le Belge lui demande de rentrer. Mais HBA, qui boude, refuse. Finalement, l’OM perdra 4-2 après l’entrée de Mamadou Samassa. « Personne n’aime être sur le banc, mais lui, il a vraiment horreur d’être dans ce cas-là » , confirme Bakari Koné dans un sourire. Une explication et une conférence de presse surréaliste viendront calmer tout ça, mais le mal est fait. Ben Arfa se colle déjà l’étiquette du gamin capricieux sur le front. Surtout que tout n’est pas rose dans le vestiaire. En quelques mois, il s’écharpe à l’entraînement avec Modeste M’Bami, Djibril Cissé et Karim Ziani, en venant presque aux mains, à chaque fois à cause d’un tacle trop appuyé à son goût.


« À cette époque, il avait des doutes et n’était pas toujours bien dans sa tête » , tente d’expliquer Édouard Cissé, tandis que Baky Koné défend bec et ongles son ancien coéquipier. « Il y avait une très bonne ambiance dans le vestiaire, ce sont des histoires qui arrivent partout. Il ne faut pas écouter ce que les gens disent. Hatem est un très bon gars, chacun son caractère. Je garde de très bons souvenirs de lui, on était complices, on parlait beaucoup, et il n’a jamais eu de problèmes avec qui que ce soit dans le vestiaire » , assure l’Ivoirien. Si Ben Arfa n’a pas de réelles brouilles avec ses coéquipiers, hormis ces quelques broutilles dues à son caractère de cochon, c’est avec les entraîneurs qu’il a du mal à communiquer, et en particulier Didier Deschamps. Si les choses ont pu être tendues avec Éric Gerets, le Belge était tout de même beaucoup plus flexible. Avec Deschamps, la coupure est immédiate, à tel point que l’OM autorise HBA à chercher un nouveau club pour le mercato d’hiver.

Les coups de cœur


Finalement, il reste assez longtemps pour participer réellement à la conquête du titre de champion de France en terminant bien la saison, mais ne parvient pas à obtenir la confiance de Deschamps. Il est considéré comme un remplaçant de Mathieu Valbuena ou Baky Koné. Un joker de luxe. Une situation frustrante, en atteste son pétage de câble contre le Benfica en Ligue Europa. L’OM étant mené 2-1 dans les arrêts de jeu, il entre pour tenter de changer le cours des choses et est expulsé une minute plus tard pour avoir donné des coups de pied sans raison à son adversaire. Ben Arfa ne se sent plus chez lui à Marseille, et le divorce est inévitable en fin de saison. Hatem Ben Arfa va même jusqu’à quitter l'OM pour s’entraîner seul en région parisienne dans l’attente de la validation de son transfert vers Newcastle, pour forcer l’OM à le vendre. Et il obtient gain de cause. Parfait pour Didier Deschamps qui ne comptait de toute façon plus sur lui. Les histoires d’amour finissent mal en général, et c’est bien dommage.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

bandinidakar2 Niveau : District
Pour ceux qui criaient au scandale de ne pas le voir en edf à l'euro, n'oubliez pas la propension d'Hatem à disparaître un match sur deux voire plus. C'est un peu comme un Iverson, un type qui pour marquer beaucoup de paniers doit en tenter cinq foi plus, aimanter le jeu, et rater beaucoup. Ce n'est pas réellement ce qui est attendu en football d'un joueur. Ajoutez à cela son côté "je m'en bats les couilles" (cf son échauffement la dernière fois!!!) et vous comprenez qu'avec les exigences du foot actuel, c'est mort. A Nice ça passe parce que le club part de loin et s'en contente. Dans les clubs qui jouent la gagne partout, c'est impossible. Simeone n'en ferait rien de plus qu'Emery...
bandinidakar2 Niveau : District
Pourtant on le kiffe, il est attachant. Son début de saison niçois c'est aussi une des périodes où il s'est le plus entraîné alors qu'il n'avait pas le droit de jouer au foot en pro. Quand ces mecs là ont le physique, ils font ce qu'ils veulent. Bielsa a transformé Payet et Gignac. Comment? Le physique!!! Pas de secret. Ibra au top? Ronaldo au top? Le physique... Ne cherchez pas plus loin dans le sport de haut niveau...
"ce club qu’il ne veut pas rejoindre car il est bien plus ambitieux que cela"

Là je vous trouve un peu injuste, parce que 1) à l'époque le PSG était effectivement aux fraises et lui se voyait dans le gratin européen à long-terme 2) on se doute qu'il n'était pas très honnête puisqu'il était un supporter du PSG dans son enfance.

Vous auriez pu mentionner son but au Parc en 2010 d'ailleurs, on leur met un joli 0-3, ça paraît déjà si loin.

Assez triste cet été 2010 où l'OM perd HBA et Niang.
gastongaudio Niveau : Loisir
Unaï, je ne pourrais jamais autant te détester que la fiotte, mais ton attitude envers Hatem me pose problème.
Laisser des miettes de jeu à un joueur dans le doute ne peut que l'enfoncer un peu plus, et, à ce que je sache, Angelo et Loukasse sont loin d'être indiscutables à leur poste.
Malheureusement dans ce pays hanounisé le forme prends le dessus sur le fond, et Hatem sera toujours jugé sur son attitude et sur le buzzdemerde plutôt que sur ses qualités techniques hors norme qu'il ne mettra jamais à profit en se faisant humilier à la 80émé minute de chaque match.
Empereur Palpatine Niveau : Ligue 2
La blague... ben arfa n'arrive même pas à faire une passe à 2m depuis le début de la saison... l'autre fois quand il se fait griller par un defensif nancéen c'était limite gênant

Lucas c'est le 2eme meilleur offensif cette année et di maria pourrait être à 10 passes décisives sans les vendanges de cavani en début de saison...

Ben arfa n'a que ce qu'il mérite... t'arrives pas à ton premier jour de taf à la bourre... lui il arrive gras et montre un niveau pathétique même quand il a joué titulaire...

Emery va le relancer en janvier quand y aura les coupes pour lui donner plus de confiance mais en vouloir à emery c'est de la malhonnêteté intellectuelle
1 réponse à ce commentaire.
Je ne sais plus si c'est la même saison que celle oú il refuse d'entrer en jeu contre le PSG, mais il a eu d'autres faits d'armes sur le banc.

Il y a la fois où il s'apprête à entrer avec un maillot floqué "Niang"... et son changement est retardé de quelques minutes le temps d'aller chercher le bon maillot.
Et une fois oú il s'apprête à entrer avec une espèce de chaîne autour du cou, ce qui est bien sûr interdit... et son changement est retardé de quelques minutes le temps que le staff retire la dite chaîne qui ne s'enlevait pas facilement.

Volontaire ? Peut-être. En tout cas ça confirmerait les propos de Baky Koné quand il dit qu'il avait horreur de débuter sur le banc :)
Pragmatique Niveau : CFA2
"il entre pour tenter de changer le cours des choses et est expulsé une minute plus tard pour avoir donné des coups de pied sans raison à son adversaire."

Hatem Ben Arfaute.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Alcácer, un retour agité
487 10