1. //
  2. //
  3. // Lorient-Nantes

Harit moi si tu peux

Petit crack du FC Nantes, Amine Harit et sa technique en or massif prouvent que le beau jeu peut encore exister à la Beaujoire. Depuis son club d'enfance dans le nord de Paris jusqu'à la Jonelière, en passant par les facéties avec son kiné de Clairefontaine, retour sur le parcours d'un joueur qui adore toucher le ballon. Peut-être même un peu trop.

Modififié
5k 17
La Beaujoire ne frémit plus beaucoup ces derniers temps. Entre le marasme du début de saison, les matchs imbuvables et les prestations médiocres, le peuple jaune et vert n'a pas grand-chose à se mettre sous la dent. Mais les Canaris ont quand même droit à leur petit frisson, avec l'arrivée dans l'équipe première d'Amine Harit, le joyau que Nantes polissait sagement à la Jonelière depuis 2012. Fin, élégant, excellent dans la conduite de balle et complètement fou techniquement, Harit passe ses matchs à cavaler un peu partout en enchaînant les dribbles de Brésilien. Un profil qu'il entretient depuis tout petit, lors de ces années passées à l'Espérance Paris 19e, l'équipe dans laquelle il a débarqué à six ans en déménageant à un jet de pierre du métro Riquet. Morade Djeddi, le président du club, a été l'un des premiers à le voir à l'œuvre : « Son père l'a emmené pour la première fois en décembre, à une période de l'année où on ne prend personne parce qu'on est blindés. Le coach lui fait passer un essai, et tout de suite on a vu qu'il avait une technique et une maîtrise de balle au-dessus de la moyenne, donc on l'a pris. » La machine est lancée, et Harit fait ses classes au stade Jules Ladoumègue, toujours couvé par un papa poule tendance garde du corps qui ne le lâche pas d'une semelle. « Je ne sais pas s'il a raté un match depuis ses débuts, s'amuse Djeddi, devenu proche de la famille. Quand on voit les photos d'Amine, systématiquement, il y a son père en arrière-plan ! Je n'ai jamais vu Amine même descendre au bac à sable tout seul. » Harit fait les beaux jours de son club, qui le propulse meneur de jeu par évidence et le surclasse assez rapidement. Et les premiers yeux doux de recruteurs ne tardent pas à arriver.

Presque oublié par Clairefontaine


Le premier abordage a lieu en 2007, alors qu'Harit a tout juste dix ans. Ce jour-là, il affronte les gamins du PSG, et prend un sacré bouillon. Morade Djeddi enchaîne : « Je crois qu'on avait pris 6-1, mais Harit était sorti du lot. L'éducateur du PSG lui a proposé de les rejoindre. » Pendant deux mois, son père l'accompagne au Camp des Loges, mais l'expérience tourne court et il revient vite au bercail. « Cette expérience lui a appris à ne pas se presser » , analyse aujourd'hui Djeddi. Harit ne quittera le club que quelques années plus tard, en ayant entre-temps été intégré au centre de formation de Clairefontaine. Harit a quatorze ans, et déjà le statut d'un potentiel futur cador. Son kiné de l'époque se souvient que même lors d'une période de rééducation après une blessure, le minot ne pouvait s'empêcher de montrer ce qu'il savait faire : « On faisait des exercices, des brésiliennes. Il n'arrêtait pas de se foutre de moi parce que je n'arrivais pas à enchaîner autant que lui. Il fixait des règles, ne jouait que du pied gauche, que du genou. » Et pourtant, Harit aurait pu ne jamais filer à l'INF, comme le rappelle Djeddi : « Quand il a passé les tests, les juges ne l'ont pas remarqué. J'ai appelé l'INF pour leur dire qu'il y avait un problème, et qu'ils avaient loupé un gamin inloupable. » L'année d'après, Harit a définitivement fait le tour de son club parisien, vient de passer une saison à jouer en DH avec le Red Star et reçoit un coup de fil du FC Nantes. Matthieu Bideau, responsable du centre de formation des Canaris, n'hésite pas bien longtemps avant de le piocher : « Un de mes recruteurs en Île-de-France l'avait repéré. Je suis allé le voir, j'ai fait une seule observation, puis je l'ai pris. » Le deal semble satisfaire tout le monde, à commencer par papa Harit, heureux de voir Amine rejoindre un club historiquement attaché au beau jeu, dans lequel son dribbleur de fils va pouvoir s'amuser.

Le risque du pétard mouillé


Car l'amour du ballon et du dribble anime Harit comme une clé de voûte de son jeu primesautier. Le problème, c'est qu'il a parfois tendance à trop en faire, quitte à se faire une réputation de tricoteur. Ludovic Batelli, son coach en équipe de France U19 avec qui il a remporté l'Euro, maîtrise parfaitement le grand écart entre les louanges et les avertissements : « C'est un talent fou, peut-être le plus gros talent du groupe de l'Euro. Mais il va falloir qu'il épure son jeu, qu'il le simplifie, qu'il minimalise certaines choses au lieu d'en rajouter. S'il parvient à le faire, il deviendra très bon. Sinon, il va rentrer dans le rang. » Un constat partagé par Matthieu Bideau, qui a eu tout le loisir d'observer Harit à la Jonelière pendant quatre ans : « Techniquement, il n'y a pas grand-chose à lui apprendre. Dribbler, c'est bien, et tout le monde ne peut pas le faire comme lui. Mais il y a des endroits du terrain, et des moments du match où il faut jouer simple. » Cet été, le Bayern aurait aligné 8 millions pour l'enrôler, mais René Girard le voulait dans son équipe première, alors que Der Zakarian ne le faisait pas jouer. Depuis qu'il est nantais, Harit a surtout progressé sur le plan athlétique. « Il manquait de vélocité » , reconnaît Morade Djeddi, mais la suite de son évolution se fera sur sa capacité ou non à ne plus trop squatter le ballon. Batelli est formel : « Comme avec tous les joueurs de ce genre, on place toujours une très grande exigence avec eux. On veut empêcher un éventuel énorme gâchis. On en connaît beaucoup des footballeurs avec un talent gros comme ça et qui ont finalement fait une carrière très moyenne, voire insipide. Le talent, faut le chouchouter. Vous savez, un diamant, tant qu'il n'est pas bien poli, il ne vaut pas grand-chose, mais quand on arrive à bien le façonner, ça devient une pépite de grande valeur. » Remplacer un passement de jambes par une passe à Yacine Bammou, Harit se prépare à vivre un sacré chamboulement.

Par Alexandre Doskov Tous propos recueillis par AD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Harit Ben Arfa 2.0 ?
Ou un futur grand ?
Harit Ben Arfa 2.0 ?
Ou un futur grand ?
Quand je regarde les matchs de Nantes cette saison, j'ai souvent de la peine pour Harit tant ses coéquipiers sont des peintres techniquement. Il a beau faire des merveilles, elles sont toujours gâchées par un mauvais contrôle de Sala, une connerie de Thomsen etc... J'espère juste qu'il prend un minimum de plaisir en jouant à Nantes.
Quand je regarde les matchs de Nantes cette saison, j'ai souvent de la peine pour Harit tant ses coéquipiers sont des peintres techniquement. Il a beau faire des merveilles, elles sont toujours gâchées par un mauvais contrôle de Sala, une connerie de Thomsen etc... J'espère juste qu'il prend un minimum de plaisir en jouant à Nantes.
Bammou, Rongier, Thomasson, Kacaniklic, Gillet et Alegue qui gagne en temps de jeu. Il me semble que ce sont loin d'êtres des "peintres". Je rajouterais volontiers Thomsen d'ailleurs et j'ai hâte de revoir Touré, mais le premier découvre le championnat et le second à débuté la prépa blessé.

Dubois et Lima, y a quelque chose de pas trop dégueu non plus niveau latéraux.

Il faut être patient avec cette équipe, ce n'est pas en une dizaine de match que les mecs vont apprendre à être dans le bon tempo, les bonnes intentions avec leurs nouveaux partenaires. Un petit maintien à acquérir, et c'est l'année prochaine qu'il faudra vraiment se pencher sur cette équipe.
1 réponse à ce commentaire.
Je vais me faire lavocat du diable mais meme si techniquement il est fort surtout au point de vue dribble, je trouve qu'il en fait bcp trop et que cest tres souvent brouillon et inutile...
Il fait pas svt de passes dans le bon tempo et a tendance a courir le nez ds le guidon... Il devrait jouer la tete levé plus souvent... Enfin le mec a bcp de talent, jai juste peur quil fasse une carriere moyenne
Bernardo Fabinho Niveau : District
D'accord avec Cocoreus en voyant Monaco Nantes, j'avais aussi de la peine pour lui. Etre entouré de peintres, ca encourage pas à lacher le ballon.

L'avantage de Nantes c'est qu'il joue. Mais si l'année prochaine, il pouvait aller dans un club où il est pas le seul à savoir jouer au foot, ce serait pas mal.
Andrès escobar Niveau : District
À l'euro U19 quel régal de le voir jouer, pépite pure
Sinon la liste des jeunes que le psg n'a pas détecté ou pas utiliser à bon escient est quand même anormalement longue. Pour au final tabler sur JKA qui, avec tout le respect que Je lui dois, est foncièrement limité
ChaslesDean Niveau : DHR
"Remplacer un passement de jambes par une passe à Yacine Bammou, Harit se prépare à vivre un sacré chamboulement."

Non mais fermez vous gueules putain. Ca se voit que vous n'avez jamais vu jouer Bammou pour pondre une connerie pareille.

Parce que juste au passage, Bammou ça doit être un des joueurs les plus propres techniquement dans l'effectif. Une de ses grosses qualités, c'est la transmission de balle et le jeu entre les lignes...

Balancer des petites phrases pour se croire drôle devant ses potes c'est mignon, mais autant que ça reste au moins vrai...
Bonobossis Niveau : DHR
Techniquement, il est sans doute l'un des deux ou trois joueurs les plus fins depuis qu'il fait partie du groupe pro.
Seulement il a une frappe de balle qui laisse à désirer et c'est une limite qui semble plus évidente que ses qualités si on juste envie de bâcher les mecs gratuitement.
Ceci à ajouter au fait que son poste reste à définir pour qui ne le voit qu'épisodiquement. Attaquant de soutien, neuf et demi? Sans compter qu'il a fait le boulot sur un côté ou au milieu quand on lui a demandé...
Son poste, c'est 8 ou 10.
Entre les u17 et les u19, il a été replacé 8 pour qu'il s’aguerrisse défensivement et qu'il simplifie son jeu parce qu'en u17, il gardait bien trop la balle.
En u19, j'ai souvenir de match où, excepté des dribbles de dégagement, il ne porte quasiment jamais la balle. J'ai tendance à penser que ce qu'on voit de lui aujourd'hui, c'est le juste milieu entre le Harit des u17 et celui des u19.
Et même s'il a parfois tendance à trop porter la balle, il faut garder à l'esprit qu'il n'a que 19 ans et je n'ai aucun doute sur sa capacité à progresser tactiquement, comme il a su le faire entre les u17 et les u19, face à une opposition plus forte. Aujourd'hui, il porte beaucoup la balle parce qu'il faut quand même dire que ça fonctionne, et qu'il fait beaucoup la différence pour le moment. Et quand les adversaires commenceront à l'attendre et à plus axer leur défense sur Harit, je reste persuadé qu'il saura adapter son jeu.

Donc son utilisation, c'est 8, pour utiliser sa capacité de dribble et à se projeter vers l'avant, ou 10 pour la qualité de sa dernière passe
et sa faculté de jouer entre les lignes.

Pour ce qui est de sa frappe, ce n'est clairement pas un problème, des mecs comme Carrière ou Deschamps ont réussi de très belles carrières sans pour autant avoir une grosse frappe. Et puis, j'ai plutôt tendance à penser que c'est un problème d'assurance plus que de technique.
Son poste, c'est 8 ou 10.
Entre les u17 et les u19, il a été replacé 8 pour qu'il s’aguerrisse défensivement et qu'il simplifie son jeu parce qu'en u17, il gardait bien trop la balle.
En u19, j'ai souvenir de match où, excepté des dribbles de dégagement, il ne porte quasiment jamais la balle. J'ai tendance à penser que ce qu'on voit de lui aujourd'hui, c'est le juste milieu entre le Harit des u17 et celui des u19.
Et même s'il a parfois tendance à trop porter la balle, il faut garder à l'esprit qu'il n'a que 19 ans et je n'ai aucun doute sur sa capacité à progresser tactiquement, comme il a su le faire entre les u17 et les u19, face à une opposition plus forte. Aujourd'hui, il porte beaucoup la balle parce qu'il faut quand même dire que ça fonctionne, et qu'il fait beaucoup la différence pour le moment. Et quand les adversaires commenceront à l'attendre et à plus axer leur défense sur Harit, je reste persuadé qu'il saura adapter son jeu.

Donc son utilisation, c'est 8, pour utiliser sa capacité de dribble et à se projeter vers l'avant, ou 10 pour la qualité de sa dernière passe
et sa faculté de jouer entre les lignes.

Pour ce qui est de sa frappe, ce n'est clairement pas un problème, des mecs comme Carrière ou Deschamps ont réussi de très belles carrières sans pour autant avoir une grosse frappe. Et puis, j'ai plutôt tendance à penser que c'est un problème d'assurance plus que de technique.
Son poste, c'est 8 ou 10.
Entre les u17 et les u19, il a été replacé 8 pour qu'il s’aguerrisse défensivement et qu'il simplifie son jeu parce qu'en u17, il gardait bien trop la balle.
En u19, j'ai souvenir de match où, excepté des dribbles de dégagement, il ne porte quasiment jamais la balle. J'ai tendance à penser que ce qu'on voit de lui aujourd'hui, c'est le juste milieu entre le Harit des u17 et celui des u19.
Et même s'il a parfois tendance à trop porter la balle, il faut garder à l'esprit qu'il n'a que 19 ans et je n'ai aucun doute sur sa capacité à progresser tactiquement, comme il a su le faire entre les u17 et les u19, face à une opposition plus forte. Aujourd'hui, il porte beaucoup la balle parce qu'il faut quand même dire que ça fonctionne, et qu'il fait beaucoup la différence pour le moment. Et quand les adversaires commenceront à l'attendre et à plus axer leur défense sur Harit, je reste persuadé qu'il saura adapter son jeu.

Donc son utilisation, c'est 8, pour utiliser sa capacité de dribble et à se projeter vers l'avant, ou 10 pour la qualité de sa dernière passe
et sa faculté de jouer entre les lignes.

Pour ce qui est de sa frappe, ce n'est clairement pas un problème, des mecs comme Carrière ou Deschamps ont réussi de très belles carrières sans pour autant avoir une grosse frappe. Et puis, j'ai plutôt tendance à penser que c'est un problème d'assurance plus que de technique.
Son poste, c'est 8 ou 10.
Entre les u17 et les u19, il a été replacé 8 pour qu'il s’aguerrisse défensivement et qu'il simplifie son jeu parce qu'en u17, il gardait bien trop la balle.
En u19, j'ai souvenir de match où, excepté des dribbles de dégagement, il ne porte quasiment jamais la balle. J'ai tendance à penser que ce qu'on voit de lui aujourd'hui, c'est le juste milieu entre le Harit des u17 et celui des u19.
Et même s'il a parfois tendance à trop porter la balle, il faut garder à l'esprit qu'il n'a que 19 ans et je n'ai aucun doute sur sa capacité à progresser tactiquement, comme il a su le faire entre les u17 et les u19, face à une opposition plus forte. Aujourd'hui, il porte beaucoup la balle parce qu'il faut quand même dire que ça fonctionne, et qu'il fait beaucoup la différence pour le moment. Et quand les adversaires commenceront à l'attendre et à plus axer leur défense sur Harit, je reste persuadé qu'il saura adapter son jeu.

Donc son utilisation, c'est 8, pour utiliser sa capacité de dribble et à se projeter vers l'avant, ou 10 pour la qualité de sa dernière passe
et sa faculté de jouer entre les lignes.

Pour ce qui est de sa frappe, ce n'est clairement pas un problème, des mecs comme Carrière ou Deschamps ont réussi de très belles carrières sans pour autant avoir une grosse frappe. Et puis, j'ai plutôt tendance à penser que c'est un problème d'assurance plus que de technique.
Attends, y a aussi le "beau jeu" réduit à un seul joueur dans l'introduction. Genre, y a un joueur au dessus du lot techniquement dans l'effectif et ça joue bien...La dernière fois qu'on a eu un joueur si fort individuellement, c'était Payet, et le moins que l'on puisse dire c'est que ça ne jouait vraiment pas bien autour de lui...

Aujourd'hui, si Harit arrive à sortir du lot, c'est aussi grâce à ses coéquipiers et à la tactique mise en place, aux consignes de Girard de jouer au sol, de construire correctement et de ne surtout pas allonger et sauter le milieu.

Bref, l'impression que l'article a été fait à la va-vite, presque dans l'urgence parce qu'il faut absolument faire un article du petit jeune qui monte...Pas un mot sur l'évolution de son jeu entre les U17 et les U19 à Nantes, son repositionnement en 8 par Devineau pour l'aguerrir au travail défensif et pour lui faire simplifier son jeu. Parce que sa dernière saison en U19, c'est pas vraiment le même joueur qu'on voit aujourd'hui. Ce qu'on voit de lui depuis le début de la saison, c'est le juste milieu entre le Harit des U17 et celui des U19, qui ne fonce pas tête baissée devant, qui lâche sa balle relativement quand il faut. Et lorsqu'il a tendance à faire le dribble de trop, il faut aussi garder à l'esprit que le gosse n'a que 19 ans et qu'il va encore progresser, et surtout tactiquement.

Pour ce qui est de sa frappe de balle, jugée rédhibitoire pour certains, on s'en fout pas mal. Y a pas mal de joueurs qui n'avait pas de frappe et qui ont fait de très belles carrières, notamment Deschamps ou Carrière...
Attends, y a aussi le "beau jeu" réduit à un seul joueur dans l'introduction. Genre, y a un joueur au dessus du lot techniquement dans l'effectif et ça joue bien...La dernière fois qu'on a eu un joueur si fort individuellement, c'était Payet, et le moins que l'on puisse dire c'est que ça ne jouait vraiment pas bien autour de lui...

Aujourd'hui, si Harit arrive à sortir du lot, c'est aussi grâce à ses coéquipiers et à la tactique mise en place, aux consignes de Girard de jouer au sol, de construire correctement et de ne surtout pas allonger et sauter le milieu.

Bref, l'impression que l'article a été fait à la va-vite, presque dans l'urgence parce qu'il faut absolument faire un article du petit jeune qui monte...Pas un mot sur l'évolution de son jeu entre les U17 et les U19 à Nantes, son repositionnement en 8 par Devineau pour l'aguerrir au travail défensif et pour lui faire simplifier son jeu. Parce que sa dernière saison en U19, c'est pas vraiment le même joueur qu'on voit aujourd'hui. Ce qu'on voit de lui depuis le début de la saison, c'est le juste milieu entre le Harit des U17 et celui des U19, qui ne fonce pas tête baissée devant, qui lâche sa balle relativement quand il faut. Et lorsqu'il a tendance à faire le dribble de trop, il faut aussi garder à l'esprit que le gosse n'a que 19 ans et qu'il va encore progresser, et surtout tactiquement.

Pour ce qui est de sa frappe de balle, jugée rédhibitoire pour certains, on s'en fout pas mal. Y a pas mal de joueurs qui n'avait pas de frappe et qui ont fait de très belles carrières, notamment Deschamps ou Carrière...
7 réponses à ce commentaire.
Ah y a pas à dire, il est au point votre site...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Chine : l’alerte rouge
5k 17