Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // Croatie-Portugal (0-1)

Happiness Peperapie

On parle de Renato Sánchez, homme du match, qui fait une belle entrée et amène certainement du dynamisme là où ça dormait. Mais un autre homme a tenu la baraque avant et pendant tout ce temps-là, plus discrètement. Ou pas.

Modififié

Il y a toujours ce vice, on ne s’en débarrasse pas si facilement. Quelques tirages de maillot, quelques jolis mots éparpillés dans les oreilles de certains adversaires, et puis cet espèce de croche-patte à la 82e, sur un Mandžukić transparent. Alors que l’attaquant de la Juventus monte au duel aérien, Pepe s’échappe et le fait basculer, assez violemment, au sol. Au final, Pepe s’en sort sans rien. Il y a aussi eu ce tacle de catcheur contre l’Islande quelques jours plus tôt. Encore un ballon aérien, sur lequel le défenseur portugais trébuche et emporte dans sa chute le pauvre Nordique.


Mais voilà, depuis le début de l’Euro, il n’a pris qu’un seul carton jaune. Pepe est de plus en plus propre et décisif. Surtout, il est le ciment de cette équipe du Portugal qui ne gagne pas, qui gagne désormais difficilement, mais qui ne perd pas. Maintenant qu’on entre dans les matchs couperets, les matchs à élimination directe, les matchs qui se jouent à un détail, les matchs où celui qui ne prend pas de but gagne, il va avoir son importance. Il a déjà largement eu son importance face à la Croatie. Il a éteint Rakitić, Modrić, Mandžukić. Et ça, ce n’est pas rien.

« Pepe is a gigantic dick »


Est-ce qu’il y a quelque chose de changé depuis le début de la compétition ? Pas grand-chose, non. C’est juste que, loin de Sergio Ramos, l’importance du chauve saute aux yeux. Certes, il est toujours ce joueur qui divise, le genre de mec qu'on préfère avoir dans son équipe, que contre. Il énerve encore et toujours ses adversaires dont le sélectionneur de l’Islande, Lars Lagerbäck – « J’aimerais qu’on puisse utiliser la vidéo pour punir rétrospectivement ce genre de choses » –, mais il fait vraiment de plus en plus mal aux adversaires. Peut-être plus que quand il partage les attaquants avec l’Espagnol. Depuis le début de la compétition, c’est seulement quatre fautes pour un maximum de duels gagnés. Et notamment au niveau aérien. Sur 20 ballons aériens en quatre matchs, il est sorti 13 fois vainqueur. Costaud.


Contre la Croatie, notamment, Pepe est encore à 65% de duels aériens gagnés. Il a sauvé deux ou trois situations chaudes et sinon, il s'est concentré à couper l’alimentation en ballon de Mandžukić. Tout simplement. Le Croate n’a touché que 20 ballons en 90 minutes, autant dire que c'est une traversée du désert. Finalement, il ne lui a manqué que de la réussite devant, sur coup de pied arrêté notamment, pour réaliser la partie parfaite. Par deux fois, il a manqué de lucidité et balancé des ballons de la tête, en tribune. En fin de match, dans une sérénité qu'il n'affiche que rarement, Pepe était heureux d'avoir su déjouer les pronostics en direct, à la télévision : « Ce fut un match très difficile. Nous avons travaillé dur pour atteindre les quarts. Les deux équipes ne voulaient pas faire d'erreurs. Il ne faut pas oublier qu'on vient de sortir une équipe qui a battu l'Espagne, championne en titre. Je suis heureux. » Il est donc là, le bonheur.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:17 Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Hier à 18:09 Gervinho vers Parme 16 Hier à 17:00 Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 Hier à 16:30 Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 26
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 13:30 Un match de Liga prochainement joué aux States 63 mercredi 15 août Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 13 mercredi 15 août Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 mercredi 15 août La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 mercredi 15 août Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 mercredi 15 août Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 mercredi 15 août À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5
À lire ensuite
Les notes du Portugal