1. //
  2. // Hanovre/Stuttgart

Hanovre, la résurrection

Focus sur l'une des bonnes surprises en Bundesliga cette année. Traumatisée toute la saison dernière en raison du suicide de son gardien Robert Enke, Hanovre semble avoir fait son deuil, et est en course pour la qualif' à l'Europe.

Modififié
0 0
08 mai 2010, RevierPower Stadion. Hanovre 96 vient de s'imposer 3-0 sur la pelouse du VfL Bochum. D'un côté, les fans de l' « Ostkurve » de Bochum, dont la défaite condamne le club à jouer en 2ème division l'an prochain, sont dépités; certains arrachent des sièges, brûlent des maillots du club, tandis que d'autres essayent d'envahir la pelouse, sans franc succès.

De l'autre côté, "Hannover" jubile. Aussi bien les joueurs que les supporters venus en masse (10 000, dans un stade pouvant en contenir 30 000). Grâce à cette victoire, Hanovre reste en 1.Bundesliga, et n'aura pas à passer par la case des barrages pour tenter de se maintenir. C'est le soulagement, la saison est terminée, une saison plus que chaotique. Des banderoles rappellent l'événement : « Robert R.I.P. » , en référence au suicide du gardien Robert Enke, ce 10 novembre 2009.



Une machine à gagner


Sept mois après, Hanovre est méconnaissable. Dans le bon sens du terme. Quatrièmes au classement, les joueurs de l'équipe de Basse-Saxe font la nique au Bayern, à Hambourg, au Werder ou encore à Wolfsburg. D'où vient cette métamorphose ? Selon Volker Wiedersheim, journaliste à la Hannoversche Allgemeine Zeitung (HAZ), cela ne date pas d'hier : « C'est une dynamique que l'entraîneur Mirko Slomka a mise en place et qui a commencé à porter ses fruits fin avril-début mai » . C'est ce qui a donc permis à l'équipe de se maintenir. Et de continuer sur sa lancée durant cette première partie de championnat, avec un effectif en partie renouvelé, un effectif qui en veut : « Les joueurs de Hanovre sont des joueurs qui n'ont pas encore atteint le sommet de leur carrière. Ce sont des joueurs qui ont faim, des joueurs qui se donnent à 110% » , dixit Wiedersheim.



Enke, la source de motivation


Des joueurs qui ont faim, mais qui ne se jettent plus n'importe comment sur le terrain. Autrefois, c'était dans le dernier quart d'heure que l'équipe perdait ses matchs. Aujourd'hui, Hanovre gagne ses matchs après la 75ème minute. Là encore, le mérite en revient au coach : « Mirko Slomka a réussi à imposer cette rigueur tactique qui a longtemps manqué à Hanovre. Ici, nous n'avons pas de stars, mais une équipe qui est très attentiste, qui joue très compact et qui évolue en contre-attaque. Par ailleurs, nous avons eu de la chance d'affronter des équipes au moment où elles étaient le plus mal, comme Schalke, le Werder ou encore Hambourg » . La réception de Stuttgart (ce soir à 20h30) vient donc à point nommé: une équipe en mal de points qui se retrouve obligée d'attaquer : que du bon pour Hanovre...

Et Robert Enke dans tout ça ? Que reste-il de la tragédie de l'an dernier ? Pas grand-chose, ou presque, selon Wiedersheim : « Les joueurs ne sont plus vraiment affectés par cette histoire. D'un côté, les amis de Robert Enke (Balitsch, Stajner, Bruggink) ne sont plus au club; de l'autre, on peut malgré tout dire qu'il reste une influence; mais elle est positive. La tragédie de l'an dernier a mené l'équipe dans les bas-fonds du classement, les joueurs ont dû se battre jusqu'à la fin pour le maintien. Cette année, les joueurs ne veulent plus revivre ça, alors, ils font de leur mieux pour gagner le plus de matchs possibles » . Stuttgart est prévenu...


Hanovre-Stuttgart, 20h30, Orange Sport


Ali Farhat

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Arrivederci la grève
0 0