En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Handanovic, The Wall

Ce n’est jamais facile de compter le nombre de points qu’un gardien fait gagner à son équipe, mais une chose est sûre : sans Handanovič, l’Inter ne serait pas troisième.

Il a toujours cet air désabusé, cette démarche lente, cette impassibilité sur le visage. Comme s'il n'était qu'un joueur comme les autres. Mais personne n'est dupe : Samir Handanovič est un rouage essentiel de cet Inter-là. La preuve depuis le début de la saison. Troisième journée du championnat et deuxième minute de jeu, c’est le derby de la Madonnina. Bien servi par Bacca, Luiz Adriano a un bon ballon à jouer, seul face à Samir. Mais le Slovène sort trop vite et permet aux siens de continuer à jouer dans la sérénité.



À la 57e, Guarin lâche une grosse frappe et donne l’avantage à l’Inter. En fin de match, Balotelli tente de lui répondre sur coup franc, mais tombe sur un homme qui donne l’impression d’avoir dû arrêter des ballons Corner toute sa vie. Les Nerazzurri tiennent leur derby et les trois points.



Huitième journée et 47e minute de jeu contre la Juve. Handanovič s’impose face à Cuadrado. L’Inter conserve le point du match nul face au champion en titre. Dixième journée et dernière seconde de jeu contre Bologne, les hommes de Mancini sont à dix depuis l’expulsion de Felipe Melo. Destro hérite d'un bon ballon dans la surface et frappe de volée. Pour lui, le but est inévitable, mais le bras du Slovène traîne par là. Un miracle. C’est déjà la cinquième victoire 1-0 de l’Inter.



Une semaine plus tard, pour Halloween et la onzième journée du championnat, c’est l’affiche de la journée entre la Roma et les hommes de Mancini. Medel ouvre le score et, derrière, Handanovič ne réalise pas une, pas deux, mais au moins cinq parades de grande classe. Les Romains sont écœurés. Et ils ont de quoi.



Une semaine plus tard, rebelote contre le Torino. Samir est impassable ce jour-là. Même avec des crampons dans la gueule. Une vraie forteresse.

Duel de titans


Le mois de décembre est plus tranquille pour Samir. Juste un pénalty arrêté face à la Lazio et ce petit plongeon face à Zlatan en amical. Histoire de garder la forme.



Mais depuis la nouvelle année, il a repris son rythme. Face à Empoli déjà, où il permet à son équipe d'établir un record avec son neuvième 1-0. Et puis aussi contre Sassuolo, où il évite à l'Inter de prendre l’eau. Et finalement, encore face à l’Atalanta, où il donne littéralement le point du match nul à Mancini sur un arrêt spectaculaire.



À la louche, ça fait au moins une dizaine de points sauvés par Samir Handanovič depuis le début de saison. Et il n'y a qu'à regarder le classement pour comprendre son importance : avec dix points en moins, l'Inter ne serait pas troisième, mais au moins neuvième, à proximité de la Lazio et d'Empoli. Ce qui serait bien évidemment plus compliqué à gérer pour Mancini. D'ailleurs, en conférence de presse après le match face à l'Atalanta, Roberto ne veut pas trop l'avouer, mais il lui doit une fière chandelle : « Le gardien est là pour faire des arrêts et il a été excellent sur deux ou trois occasions. » Ce qui équivaut à un remerciement de grande envergure dans la bouche du Mancio.

Ce n'est pas pour rien non plus que les dirigeants interistes négocient depuis plusieurs semaines avec le Slovène pour le faire prolonger. Chose qu'il vient d'ailleurs de faire. Il a signé pour trois années supplémentaires. Et ce, alors que l'intérêt de certaines grosses écuries européennes se faisait de plus en plus pressant. Non, l'Inter préfère définitivement ne pas trop faire parler de son gardien. Ce serait attirer la curiosité, faire monter les enchères et, clairement, ils ne peuvent pas se passer de lui. Surtout ce soir, en quarts de finale de Coppa, face au sur-confiant Gonzalo Higuaín, meilleur buteur du championnat avec 20 pions, plus que jamais, l'Inter aura besoin de son mur slovène. Le duel s'annonce déjà mémorable.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


il y a 38 minutes Dupraz quitte le TFC 19 il y a 1 heure Robinho en route vers Sivasspor 8
il y a 4 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 14
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7