1. // Groupe F
  2. // Nouvelle Zélande/Slovaquie

Hamsik, enfant du 21e siècle

Marek Hamsik a 22 ans et sait déjà tout faire. Idole des supporters napolitains et capitaine de la sélection slovaque, il participe à sa première coupe du monde. L'occasion de voir ce que le garçon a vraiment dans les chaussettes.

0 0
Marek Hamsik est un footballeur de son temps. Capable de défendre, d'attaquer, d'orienter le jeu, de déborder sur les côtés, de servir ses partenaires, et de marquer des buts. Un peu de physique, un peu de technique, un peu de touché. Pour qualifier ces types qui ont décidé d'être polyvalents sur le terrain et de s'adapter au jeu à une touche de balle tout en ne négligeant pas le coup d'épaule bien placé, on a inventé une expression : “joueur moderne”. Synonyme : Daniele De Rossi –d'ici quelques années cependant, quand le Slovaque aura pris du muscle.

Sur le terrain, Hamsik évolue, et se déplace. Il n'est pas vraiment emprisonné par un schéma tactique, ne se laisse pas déstabiliser par les aléas du jeu. Comme un slogan, il s'adapte à toutes les situations, même les plus extrêmes. Avec une préférence, cependant, pour l'attaque, malgré un positionnement initial au milieu de terrain. Cette année, il a marqué 12 buts en 37 matchs avec le Napoli, son Napoli. Celui avec lequel il a prolongé le 10 juin dernier. Celui qui l'a rendu célèbre, aussi. Celui avec lequel il va promener sa crête et ses tatouages tribaux sur les pelouses d'Europe, la saison prochaine. Avant ça, le Slovaque va disputer sa première coupe du monde. Et c'est peu dire qu'on attend beaucoup de lui.

Hamsik est donc un très bon footballeur et, chaque été depuis maintenant trois ans, on l'annonce dans les plus grands clubs européens. La saison passée, l'Inter a bien failli réussir à l'avoir, sur demande de José Mourinho himself. Mais Naples n'étant plus considéré comme un grand d'Italie, et toute l'équipe jouant plus ou moins pour lui, il fait encore figure d'espoir du ballon rond. Et doit encore confirmer au plus haut niveau, notamment international. En réponse, il est devenu capitaine de sa sélection et a promis qu'il donnerait le maximum pour l'amener en huitièmes de finale. Une tâche qui ne lui fait pas peur. Il faut dire que l'homme a le parcours classique du jeune surdoué, et qu'il est habitué à brûler les étapes. Repéré très jeune par Brescia alors qu'il évolue sous les couleurs du Slovan Bratislava, Hamsik découvre la Serie A à seulement 18 ans, lors de l'exercice 2004-2005. Une saison qui compte pour du beurre, mais qui permet au garçon d'apprendre le métier en regardant ses partenaires. Deux saisons de plus à Brescia (dont l'une en Serie B, de quoi transformer un garçon en homme) et Hamsik rejoint le Napoli, à l'été 2007. Avec la Slovaquie, même parcours de virtuose : premier match à 19 ans et si ses coéquipiers peuvent visiter l'Afsud cet été, c'est beaucoup grâce à lui.

L'intéressé s'est quant à lui fixé un objectif personnel : « Mon idole était Pavel Nedved, j'espère profiter de ces mondiaux pour m'approcher un peu de ce qu'il faisait » . Contre la Nouvelle-Zélande, cela devrait être jouable. En attendant la suite de la compétition, et des adversaires à sa hauteur.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Requiem pour l'Afrique ?
0 0