1. //
  2. // Barrage retour
  3. // Greuther Fürth/Hambourg SV

Hambourg, et s'il était temps de descendre ?

50 ans, 267 jours, quelques heures et quelques minutes. Le chronomètre de l'Imtech Arena, stade du Hamburger Sport-Verein, pourrait s'arrêter définitivement ce soir. Hambourg, dernier des dinosaures, joue sa survie en match de barrages contre Greuther Fürth, à l'extérieur. La fin de l'espèce ?

Modififié
0 11
Si le match aller mercredi entre Hambourg et Fürth s'est terminé sur un 0-0, c'est un véritable exploit pour les Rothosen (les « culottes rouges » ). Cette saison, le clean sheet est l'exception et les errements défensifs la règle au HSV. Entre Djourou titulaire en défense centrale, un Adler très moyen et un Jansen qui fait du Jansen, les problèmes ne sont pas étonnants. Mais l'ampleur des dégâts fait date. Parmi les trois divisions professionnelles, en Allemagne, la défense hambourgeoise est officiellement la pire de toute : 75 buts encaissés en 34 matchs de championnat.

Pourtant, le HSV n'a pas fini dernier de Bundesliga. Ni même avant-dernier. Avec sa 16e place, le Dino a même droit à une dernière chance pour se maintenir. Mais cette place de barrage est surtout l'accomplissement des deux trop rares révélations hanséatiques cette saison. Deux hommes de l'attaque : Pierre-Michel Lasogga, prêté par le Hertha Berlin et sélectionné par Joachim Löw en mars dernier, et Hakan Çalhanoğlu, frappeur fou de coups francs directs. Mais deux hommes pour sauver une saison, est-ce bien suffisant ?

La telenovela HSV

Depuis la saison 2009 et la demi-finale d'Europa League perdue contre le grand rival du Nord, le Werder Brême, Hambourg est de toute façon devenu un club chaotique, mal géré et lunatique. Ne réglant jamais ses soucis d'une année sur l'autre, recrutant des noms ronflants à tour de bras, en faisant revenir son enfant adoptif Van der Vaart en 2012 par exemple, le HSV est une somme d'égos impossible à gérer, obligeant un turnover express du staff. Ce mélange explosif conforte les problèmes financiers du club. Sa dette à neuf chiffres continue de se creuser depuis les années en 10 et le board semble incapable d'établir une ligne de conduite claire pour redresser la barre.

Bien entendu, le tabloïd Bild se régale de ces événements « telenovelistes » du grand club de sa ville, et en fait régulièrement sa une. Exemple en début de saison : Thorsten Fink craque une première fois à cause des vacances impromptues de Dennis Aogo à Majorque. Le latéral est suspendu pour le déplacement à Berlin. Le Hertha gagne 1-0. Fink est remercié quelques semaines plus tard, tandis qu'Aogo fait son retour dans le groupe. Van Marwijk récupère la place sur le banc. Mais le Néerlandais ne tient pas longtemps. À la mi-février, Slomka – à peine viré d'Hanovre – s'installe à son tour dans le fauteuil pour un bilan très mitigé : des victoires contre Dortmund et Leverkusen, mais cinq défaites sur les cinq derniers matchs de Bundesliga. Au total, Slomka n'a engrangé que 0,86 point par match, en moyenne. Mais l'essentiel lui a été préservé par ses adversaires directs : une dernière chance, un tour de barrage en aller-retour. Avec une série de défaites aussi désespérante que celle d'Hambourg dans le sprint final, ni Nuremberg ni Brunswick n'ont réussi à rattraper leurs petits points de retard.

Sur la terre du Dinosaure

Cependant, il est temps de mettre fin à l'exception hambourgeoise. Club historique, toujours présent dans l'élite depuis la fondation du championnat de l'Allemagne fédérale, mais surtout mastodonte qui n'arrive plus à marcher droit. Le Dino souffre trop. Un tour au purgatoire ne pourra lui apporter que de bonnes choses : enfin oublier la séparation entre Sylvie et Rafael van der Vaart, éloigner Mama MILF Lasogga, permettre un derby au Millerntor estampillé 2. Bundesliga pour sentir un peu plus de football et moins de faux-semblants. Et pour notre plaisir, revoir Mourinho à la Trolli Arena... Car si on ne peut compter sur Brunswick, c'est au tour de Greuther Fürth et Ilir Azemi d'essayer d'abréger les souffrances du Dino. Alors, avec la fin des turbulences, peut-être que Petit-Pied pourra éclore.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Côme Tessier, si on ne connaît pas bien le championnat allemand on ne comprend pas vraiment tout de qu'est ce que tu racontes...
Message posté par diminou51
Côme Tessier, si on ne connaît pas bien le championnat allemand on ne comprend pas vraiment tout de qu'est ce que tu racontes...

Désolé. :(
Trop rare les articles sur la Bundesliga les amis, hors Bayern et Dortmund, et pourtant il y a tellement de clubs intéressants!
Concernant le HSV il est peut être temps pour eux de descendre, comme le souligne l'auteur de l'article ce club est extrêmement mal géré et ce depuis quelques années, alors qu'avant c'était une sacrée machine. Pourtant quand on voit leur effectif cela paraît invraisemblable que ça ne fonctionne pas, et la mue entamée avec Arnesen et des jeunes de Chelsea pouvait avoir de la gueule, malheureusement Fink n'a pas eu le temps de bosser, de même que Van Marwick après lui
Une petite descente en BuLi 2 leur fera peut être du bien!
Ce club est vraiment desesperant ... J'espere qu'ils vont s'en sortir car Greuther Fuerth et son stade L1 en B1 non merci..
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
Excellent article, on en veut toujours plus des articles de qualité sur sofoot !
louvressac Niveau : DHR
ouf,le HSV est sauvé
nul 1-1 crispant (merci lasogga !)dans le trou du cul du monde
avec un énérvement palpable (c'est un euphémisme) de l'équipe et du banc des visités a la fin du match.....
Message posté par JoséKarlPierreFanFan
Côme Tessier, Ali Fahrat, Charles Alf Lafon... En qualité de fan de Bundesliga, j'apprécie la plume et la connaissance des pigistes de So Foot...

Continuez comme ça!

PS: En même temps vous avez des trucs stylés à traiter, pas comme ce pauvre "LB" qui doit couvrir Bordeaux, et qui exerce sous pseudo


LB s'appelle Laurent Brun et couvre Bordeaux pour d'autres médias.

Bien tenté.
Très bon article bravo.

Un mot sur Laurent Brun : quand on tape son nom dans Google image y'a des résultats curieux...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 11