1. //
  2. // Anniversaire de Guus Hiddink

Guus Hiddink en dix dates

Gefeliciteerd ! Guus Hiddink fête aujourd'hui ses soixante-dix ans. Sept décennies dont trois à entraîner aux quatre coins du monde, avec des fortunes diverses, entre les réussites hollandaises, les rêves asiatiques et les déceptions espagnoles. Retour sur la carrière de Guus GelukLucky Guus – en dix dates.

Modififié

1 juillet 1970 : transfert au PSV


Avant Hiddink l'entraîneur, il y a évidemment eu Guus le joueur. Après trois saisons passées à De Graafschap, qu'il aura aidé à faire remonter en Eredivisie grâce à vingt-deux buts marqués – pas mal pour un milieu de terrain –, Hiddink quitte son Gelderland natal pour la première fois à vingt-quatre ans à l'été 1970. Direction Eindhoven et son PSV. Si les Boeren terminent quatrièmes du championnat, Hiddink a du mal à s'imposer dans le onze de Kurt Linder et ne dispute que vingt et un matchs. La saison suivante, son temps de jeu est réduit à neuf petites rencontres, l'obligeant à retourner à De Graafschap, puis au NEC Nijmegen, avec deux brèves escales en NASL aux Washington Diplomats et aux San Jose Earthquakes. Une carrière de joueur honorable terminée par une saison 1981-1982 où Hiddink portera la double casquette de joueur et d'entraîneur-adjoint de Huib Ruijgrok, à De Graafschap une nouvelle fois. Comme une évidence. Le meilleur endroit pour enfin mettre en marche la légende.

25 mai 1988 : finale de Coupe des clubs champions face au Benfica (0-0, 6 t.à.b à 5)


En 1984, Hiddink passe une nouvelle fois de De Graafschap au PSV, pour assister Jan Reker. Deux saisons plus tard, Reker est remplacé par Hans Kraay Sr. Mais le courant ne passe pas avec la star boer Ruud Gullit. Bye bye Hans, hello Guus. « Coup d'essai, coup de maître » , « la chance du débutant » : on appelle ça comme on veut, mais au bout de sa première saison pleine à la tête du PSV, l'homme de Varsseveld réalise le triplé Eredivisie–Coupe des Pays-Bas–Coupe des clubs champions au mois de mai 1988, avec en apogée la victoire suprême au Neckarstadion face au Benfica le 25 mai. Le mois suivant, les joueurs composant l'ossature de son équipe – Ronald Koeman, Hans van Breukelen, Wim Kieft, Berry van Aerle – traversent la frontière allemande pour aller battre l'URSS en finale de l'Euro 88. Une moustache est née.

15 novembre 1993 : Renvoyé du Valencia CF


Le 1er juillet 1991, Mestalla voit débarquer un moustachu endimanché comme un membre du Rotary club. Deux saisons plus tard, le Valencia CF de Hiddink termine deux fois quatrième, accroche de facto la C3. La troisième saison est moins reluisante, puisque le coach néerlandais saute en novembre 1993 après un 7-0 contre Karlsruhe... avant d'être rappelé en mars 1994 pour finir la saison. Entre-temps, le club ché a épuisé trois entraîneurs. Hiddink sauve les meubles en faisant passer le club valencien de la treizième à la septième place, puis refuse l'offre de prolongation du nouveau président Paco Roig. Plus que l'expérience sportive, ce passage sur la Costa del Azahar aura apporté une chose à Hiddink : le golf, qu'il pratiquait sur le green attenant à son hôtel. Un vrai mec de Rotary club, donc.

4 juillet 1998 : Quart de finale de la Coupe du monde 1998, Pays-Bas-Argentine (2-1)


Depuis qu’il a embrassé une carrière d’entraîneur, c’est avec des principes fermement chevillés au corps que Guus Hiddink trace sa route. « Le beau football, ce n’est pas seulement d’essayer de marquer des buts, il y a autre chose, exposait-il il y a quelques années dans So Foot. Dans le rythme, le moment où on donne la balle, le moment où l’on fait des appels, la coordination dans le pressing, la seconde où tu vois trois joueurs avancer d’un mètre.  » Cette vision du foot prônée, il l’a sans doute retrouvée dans sa plus belle expression avec les Pays-Bas de 1998. Une génération ébouriffante emmenée par Van der Sar, les frères De Boer, Overmars, Stam ou encore Bergkamp, la plus belle depuis l’époque dorée de Cruijff.


Après un Euro 96 frustrant (quarts de finale) et miné par des tensions internes, le « Sorcier blanc » aplanit les différends, notamment avec Edgar Davids. Grâce à une méthode empreinte de souplesse et d’autonomie, il fait des Oranje la plus belle équipe de la Coupe du monde en France. Séduisant, offensif et harmonieux, le ballet néerlandais ne touche pas terre. Avec comme symbole le plus prégnant, ce but irréel de Bergkamp dans les dernières secondes contre l’Albiceleste en quarts de finale passé depuis à la postérité. La chute, toutefois, sera brutale avec une élimination contre le Brésil aux portes de la finale (1-1, 4 t.a.b. à 2). « Les Pays-Bas sont l’adversaire le plus difficile que nous avons rencontré depuis le début de la compétition » , confiera d’ailleurs Mario Zagallo, le sélectionneur auriverde. Un hommage qui fait office de triste lot de consolation pour Hiddink, incapable de remporter le moindre trophée malgré un groupe d’une qualité exceptionnelle.

Youtube

31 mai 2000 : Renvoyé... du Betis Séville


Après l'aventure mitigée du Valencia CF, Hiddink tente à nouveau sa chance en Espagne à la sortie du Mondial 1998. Difficile de refuser le Real Madrid, qui cherche à remplacer Jupp Heynckes, en même temps. Hiddink ne parvient pas à faire jouer ensemble le conglomérat de stars pré-Galacticos du club madrilène (Seedorf, Redondo, Raúl, Morientes, Suker, Mijatović, Hierro) et concède dix défaites avant de se faire virer en février 1999. ¿ Adiós ? Pas tout à fait... Un an plus tard, le Batave revient en Liga, à la tête du Betis cette fois-ci. S'il parvient à sauver les Verdiblancos de la relégation, son aventure sévillane s'arrête le 31 mai suivant. L'Espagne, ce n'est décidément pas la gagne pour Guus. C'est aussi l'exception qui confirme la règle : il y a bien des Néerlandais qui n'apprécient pas les villes côtières espagnoles.

22 juin 2002 : Quart de finale du Mondial 2002, Corée du Sud-Espagne (0-0, 3 t.a.b. à 5)


Quatorze années ont passé. Mais, encore aujourd’hui, la Corée du Sud constitue sans doute le plus beau chef-d’œuvre dans le copieux parcours du Guus. Parce que l’entraîneur batave a réussi à hisser une sélection dépourvue de références internationales à des hauteurs insoupçonnées. Jusqu’en 2002, les Guerriers Taeguk n’étaient pas parvenus à accéder au-delà du premier tour en cinq phases finales de Coupe du monde. Avec le thaumaturge néerlandais, ils vont faire des miracles en allant jusqu’en demi-finales du Mondial organisé chez eux et au Japon. Au départ, pourtant, la presse sud-coréenne se montre sceptique quant à l’investissement du natif de Varsseveld. Des doutes qu’il éteint rapidement grâce une victoire charnière obtenue contre le Portugal (1-0) de Pauleta et Figo, l’un des favoris de la compétition.


La suite de l’épopée n’a été qu’un doux rêve éveillé. Jusqu’à son élimination en demies contre l’Allemagne, l’escouade de Park Ji-sung réalise l’impensable et écarte successivement l’Italie (2-1 featuring l'arbitre Byron Moreno), puis l’Espagne dans des circonstances encore controversées à cause d’un arbitrage jugé plus que tendancieux. Qu’importent ces polémiques, Hiddink a désormais acquis le statut d’immortel au pays. Pour ses faits d’armes, le gouvernement sud-coréen l’a fait citoyen d’honneur, lui a offert une villa privée à Jejudo sans oublier de nombreux avantages comme les vols gratuits à vie avec les compagnies aériennes Korean Air et Asiana Airlines. Le must reste sans doute l’enceinte Gwangju World Cup Stadium, là où la formation asiatique a validé son billet pour le dernier carré, qui a été rebaptisée Guus Hiddink Stadium en son honneur.

Youtube

16 avril 2006 : 34e journée d'Eredivisie, NAC Breda-PSV Eindhoven (2-6)


De 2002 à 2006, l’homme aux sortilèges enchanteurs touche le sommet de son itinéraire de coach. De retour aux Pays-Bas dans la foulée du miracle sud-coréen, il endosse à nouveau le costume de boss au PSV Eindhoven. Pour des frissons distillés à foison et à tout-va. Quatre années où il marche sur le pays avec trois titres d’Eredivisie (2003, 2005, 2006) et une Coupe nationale (2005) soulevés. À l’époque, le PSV s’érige en outre comme l’une des équipes les plus sexy du Vieux Continent. Dans un 4-3-3 résolument offensif, Park, Farfán, Cocu, Van Bommel ou encore Alex écrivent lors de la campagne 2004-2005 l’une des plus belles pages de l’histoire du club. En arrivant jusqu'en demi-finales de Ligue des champions – une première pour le PSV depuis le nouveau format de la compétition adopté en 1992 – après avoir notamment battu en quarts de finale l’Olympique lyonnais, le club néerlandais marque durablement les esprits. Hiddink, aussi. Et avec la manière. Avant de prendre la tête de la sélection russe, il boucle une saison magnifique avec un dernier titre de champion et seulement deux défaites essuyées. Ou l’art de soigner sa sortie.

Youtube

21 juin 2008 : Quart de finale de l'Euro 2008, Russie-Pays-Bas (3-1 a.p.)


Hiddink l'a toujours dit : « Le football de contre-attaque n'est pas une stratégie dont usent seulement les équipes faibles. On parle de ça comme si le football de contre-attaque était inférieur. Ça n'est pas le cas.  » Le technicien batave en a fait une énième fois la démonstration lors de l'Euro 2008. Sorti seconde de la poule D, sa Russie s'avance en quarts de finale face à des Pays-Bas aux allures d'ogre après avoir roulé sur l'Italie, puis la France. Mais le 4-5-1 tout en possession de Marco van Basten ne peut rien face à la furia supersonique des Russes, symbolisée par Andrei Archavine, qui plantera d'ailleurs la troisième et dernière banderille dans le dos d'Oranje exsangues. Et peu importe si les Aigles dorés chutent face au futur vainqueur espagnol en demi-finale : cette victoire en quarts de finale, c'est indirectement celle du pragmatique PSV face au dogmatique Ajax.

Youtube

30 mai 2009 : Finale de FA Cup, Chelsea-Everton (2-1)


Le regard impavide, la démarche assurée, Hiddink s’avance et pose cette question. Cette seule question : «  Avez-vous encore faim ? » En cette journée de février 2009, le technicien chevronné fait face dans le vestiaire à une équipe de Chelsea totalement ébranlée et prostrée après le mandat cataclysmique de Luiz Felipe Scolari. Par sa finesse et son sens du dialogue, il redonne confiance à des cadres en perte de repères (Ballack, Anelka, Malouda et Drogba). Surtout, il remet les Blues sur de bons rails. D’abord en Premier League où ils signent un parcours proche de la perfection avec onze succès en treize rencontres (soit 2,62 points récoltés par match). Ce qui sera, néanmoins, insuffisant pour ravir la couronne nationale à Manchester United. L’équipe londonienne se rattrape en FA Cup où elle remporte la compétition contre Everton en finale (2-1).


L’aventure aurait même pu être sublimée sans une immense déconvenue rencontrée face au Barça en C1. Mais un arbitrage très controversé, une frappe lunaire d’Iniesta dans le temps additionnel et une célèbre « fucking disgrace » plus tard, le club britannique quitte la scène européenne aux portes de la finale sans même avoir perdu contre le futur lauréat (0-0 ; 1-1). Reste que malgré ce passage éphémère réussi (seize succès en vingt-deux matchs toutes compétitions confondues, soit 73% de victoires au total) et les nombreuses supplications chantées par les fans ( « Guus Hiddink, we want you to stay at Chelsea ! » ), « Golden Guus » s’en va comme convenu pour la Turquie. Le comeback en terre londonienne, en décembre 2015, ne sera en revanche pas aussi réjouissant.

Youtube

29 juin 2015 : Démission de la sélection néerlandaise


Les Oranje et Guus Hiddink, c’est décidément une romance qui n’aura jamais tenu toutes ses promesses. Après un quadriennat aux allures d’échec (1994-1998), l’homme aux lunettes rondes revient en sélection après un Mondial réussi sous la houlette de Louis van Gaal. L’objectif fixé se veut limpide : qualifier les Pays-Bas pour l’Euro 2016. Sauf que ce retour tourne au cauchemar. Malgré un groupe de qualification largement abordable (Tchéquie, Islande, Turquie, Kazakhstan et Lettonie), Hiddink ne parvient pas à élever une équipe confrontée à un creux générationnel entre vieux briscards (Sneijder, Robin van Persie, Robben) et jeunes encore tendres. Après des revers contre les Tchèques (2-1), l’Islande (2-0) et un nul face à la Turquie (1-1), le couperet tombe au cœur de l’été. Et le bilan pour ce qui est jusqu’ici sa dernière expérience s’avère peu flatteur : cinq défaites sur un total de dix rencontres. «  Je suis désolé que les choses aient tourné de cette façon, a-t-il regretté à son départ. C’était un honneur d’entraîner à nouveau l’équipe nationale. Je souhaite à tout le staff, les joueurs et le sélectionneur de participer au championnat d’Europe. » Problème, son successeur Danny Blind ne parviendra pas à redresser la barre et les Pays-Bas regarderont l’Euro à la maison. La première fois depuis 1982.



Par Matthieu Rostac et Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Son PSV 2003-2005 etait sublime et tu sentais vraiment la patte Hiddink. Solide au milieu avec les lascars Vogel Vam Bommel et cocu, et à toute vitesse sur les cotes avec les robben, park, lee, farfan. Le PSV-OL de 2005 est un des matches les plus intenses que j'ai pu voir.
Guy Formici Niveau : Loisir
Alors le début du commencement d'Hiddink pour moi en 1988 est un réel cauchemar. Ce mec, entraineur d'Eindhoven, qui rafle la coupe des champions sans gagner un seul match à partir des quarts : Bordeaux Eindhoven 1-1....0-0 au retour. Demi contre le Réal de la Quinte del Buitre 0 à 0 aux Pays-Bas, 1-1 à Madrid et victoire finale face à Benfica, 0 à 0 et la coupe des champions aux tirs aux buts...
Vu ce qu'a prit l'Inter de 2010 pour avoir bien défendu à 10 contre 11 durant un match, si un club italien avait fait cela, les médias auraient réclamé sa suspension de cinq ans de coupes d'Europe!
Il y avait même un contrat sur Tigana, c'est expliqué en détail dans cet article de Old School Panini: http://www.oldschoolpanini.com/2011/02/ … ntrat.html

Il faut quand même souligner le contraste de ce PSV 1987-88 en coupe d'europe et en championnat, où les joueurs se sont baladés en plantant des valises à base de 6-0, 6-2, 7-0, 9-1 etc. et finir avec 117 buts inscrits en 34 matchs ! Koeman plantera 21 buts en position de défenseur et très peu sur pénalty, c'est dire.
C'est bien détaillé sur cette page : http://www.mondedufoot.fr/clubs/psv-eindhoven/1988/3/
3 réponses à ce commentaire.
Les frissons sur ce but de Bergkamp...
T'as beau connaître l'action par cœur, c'est toujours aussi beau.

D'ailleurs pourquoi Hiddink n'a pas été reconduit pour l'euro 2000 à domicile ?
C'est lui qui voulait partir ?
Parce que bon, il restait sur une belle coupe du monde, avec un groupe encore jeune ! (Kluivert & Ssedorf 24 ans, Davids 27).
J'adorais cette équipe, le maillot orange avec le col en V et les manches noirs... splendide !
Non il avait deja fait 4 ans et avait signé au Real avant la CM 98
Le maillot bleu, porté dans le 1er match du mondial contre la Belgique au stade de France, était encore plus stylé je trouve.
3 réponses à ce commentaire.
Ca me fout la gerbe cette Coree du sud 2002... Un scandale...
True Grit Niveau : DHR
Guus Hiddink, lorsqu'il est arrivé à la tête de la sélection turque en 2010, j'étais émerveillé : c'était celui dont je rêvais, son approche convenait en théorie parfaitement à cette équipe au vu de ce qu'il avait accompli auparavant avec la Corée du Sud et l'Australie, notamment produire de beaux collectifs avec des moyens limités ou pas très connus.

Quelle immense déception donc d'avoir constaté son fiasco avec la Turquie ! Les joueurs étaient complètement démotivés sous son mandat, j'ai le souvenir d'un jeu stérile, et pire encore, la sensation que Hiddink n'était absolument pas impliqué dans son rôle de sélectionneur, toujours absent, jamais en tribunes à observer les joueurs, et apparaissant sur le banc de touche l'air complètement perdu et sans lien avec les joueurs : c'était à se demander ce qu'il faisait de son temps libre !

Son échec et son manque d'implication m'ont profondément navré car j'attendais beaucoup de lui, depuis je le considère un peu dépassé...
il y a 9 heures NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
il y a 7 heures Un match arrêté par des jets d'oeufs 11 il y a 11 heures Des lions sur les murs d'un vestiaire 30
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 21:30 La belle ouverture du score de Liverpool 16 Hier à 17:57 Macron s'est invité à la Commanderie 29
Hier à 11:20 Un mercato raccourci en Premier League ? 26 Hier à 11:16 Gignac donne son nom à un tigre 22 Hier à 08:48 Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 41 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6