1. //
  2. // Anniversaire de Guus Hiddink

Guus Hiddink en dix dates

Gefeliciteerd ! Guus Hiddink fête aujourd'hui ses soixante-dix ans. Sept décennies dont trois à entraîner aux quatre coins du monde, avec des fortunes diverses, entre les réussites hollandaises, les rêves asiatiques et les déceptions espagnoles. Retour sur la carrière de Guus GelukLucky Guus – en dix dates.

Modififié

1 juillet 1970 : transfert au PSV


Avant Hiddink l'entraîneur, il y a évidemment eu Guus le joueur. Après trois saisons passées à De Graafschap, qu'il aura aidé à faire remonter en Eredivisie grâce à vingt-deux buts marqués – pas mal pour un milieu de terrain –, Hiddink quitte son Gelderland natal pour la première fois à vingt-quatre ans à l'été 1970. Direction Eindhoven et son PSV. Si les Boeren terminent quatrièmes du championnat, Hiddink a du mal à s'imposer dans le onze de Kurt Linder et ne dispute que vingt et un matchs. La saison suivante, son temps de jeu est réduit à neuf petites rencontres, l'obligeant à retourner à De Graafschap, puis au NEC Nijmegen, avec deux brèves escales en NASL aux Washington Diplomats et aux San Jose Earthquakes. Une carrière de joueur honorable terminée par une saison 1981-1982 où Hiddink portera la double casquette de joueur et d'entraîneur-adjoint de Huib Ruijgrok, à De Graafschap une nouvelle fois. Comme une évidence. Le meilleur endroit pour enfin mettre en marche la légende.

25 mai 1988 : finale de Coupe des clubs champions face au Benfica (0-0, 6 t.à.b à 5)


En 1984, Hiddink passe une nouvelle fois de De Graafschap au PSV, pour assister Jan Reker. Deux saisons plus tard, Reker est remplacé par Hans Kraay Sr. Mais le courant ne passe pas avec la star boer Ruud Gullit. Bye bye Hans, hello Guus. « Coup d'essai, coup de maître » , « la chance du débutant » : on appelle ça comme on veut, mais au bout de sa première saison pleine à la tête du PSV, l'homme de Varsseveld réalise le triplé Eredivisie–Coupe des Pays-Bas–Coupe des clubs champions au mois de mai 1988, avec en apogée la victoire suprême au Neckarstadion face au Benfica le 25 mai. Le mois suivant, les joueurs composant l'ossature de son équipe – Ronald Koeman, Hans van Breukelen, Wim Kieft, Berry van Aerle – traversent la frontière allemande pour aller battre l'URSS en finale de l'Euro 88. Une moustache est née.

15 novembre 1993 : Renvoyé du Valencia CF


Le 1er juillet 1991, Mestalla voit débarquer un moustachu endimanché comme un membre du Rotary club. Deux saisons plus tard, le Valencia CF de Hiddink termine deux fois quatrième, accroche de facto la C3. La troisième saison est moins reluisante, puisque le coach néerlandais saute en novembre 1993 après un 7-0 contre Karlsruhe... avant d'être rappelé en mars 1994 pour finir la saison. Entre-temps, le club ché a épuisé trois entraîneurs. Hiddink sauve les meubles en faisant passer le club valencien de la treizième à la septième place, puis refuse l'offre de prolongation du nouveau président Paco Roig. Plus que l'expérience sportive, ce passage sur la Costa del Azahar aura apporté une chose à Hiddink : le golf, qu'il pratiquait sur le green attenant à son hôtel. Un vrai mec de Rotary club, donc.

4 juillet 1998 : Quart de finale de la Coupe du monde 1998, Pays-Bas-Argentine (2-1)


Depuis qu’il a embrassé une carrière d’entraîneur, c’est avec des principes fermement chevillés au corps que Guus Hiddink trace sa route. « Le beau football, ce n’est pas seulement d’essayer de marquer des buts, il y a autre chose, exposait-il il y a quelques années dans So Foot. Dans le rythme, le moment où on donne la balle, le moment où l’on fait des appels, la coordination dans le pressing, la seconde où tu vois trois joueurs avancer d’un mètre.  » Cette vision du foot prônée, il l’a sans doute retrouvée dans sa plus belle expression avec les Pays-Bas de 1998. Une génération ébouriffante emmenée par Van der Sar, les frères De Boer, Overmars, Stam ou encore Bergkamp, la plus belle depuis l’époque dorée de Cruijff.


Après un Euro 96 frustrant (quarts de finale) et miné par des tensions internes, le « Sorcier blanc » aplanit les différends, notamment avec Edgar Davids. Grâce à une méthode empreinte de souplesse et d’autonomie, il fait des Oranje la plus belle équipe de la Coupe du monde en France. Séduisant, offensif et harmonieux, le ballet néerlandais ne touche pas terre. Avec comme symbole le plus prégnant, ce but irréel de Bergkamp dans les dernières secondes contre l’Albiceleste en quarts de finale passé depuis à la postérité. La chute, toutefois, sera brutale avec une élimination contre le Brésil aux portes de la finale (1-1, 4 t.a.b. à 2). « Les Pays-Bas sont l’adversaire le plus difficile que nous avons rencontré depuis le début de la compétition » , confiera d’ailleurs Mario Zagallo, le sélectionneur auriverde. Un hommage qui fait office de triste lot de consolation pour Hiddink, incapable de remporter le moindre trophée malgré un groupe d’une qualité exceptionnelle.

Youtube

31 mai 2000 : Renvoyé... du Betis Séville


Après l'aventure mitigée du Valencia CF, Hiddink tente à nouveau sa chance en Espagne à la sortie du Mondial 1998. Difficile de refuser le Real Madrid, qui cherche à remplacer Jupp Heynckes, en même temps. Hiddink ne parvient pas à faire jouer ensemble le conglomérat de stars pré-Galacticos du club madrilène (Seedorf, Redondo, Raúl, Morientes, Suker, Mijatović, Hierro) et concède dix défaites avant de se faire virer en février 1999. ¿ Adiós ? Pas tout à fait... Un an plus tard, le Batave revient en Liga, à la tête du Betis cette fois-ci. S'il parvient à sauver les Verdiblancos de la relégation, son aventure sévillane s'arrête le 31 mai suivant. L'Espagne, ce n'est décidément pas la gagne pour Guus. C'est aussi l'exception qui confirme la règle : il y a bien des Néerlandais qui n'apprécient pas les villes côtières espagnoles.

22 juin 2002 : Quart de finale du Mondial 2002, Corée du Sud-Espagne (0-0, 3 t.a.b. à 5)


Quatorze années ont passé. Mais, encore aujourd’hui, la Corée du Sud constitue sans doute le plus beau chef-d’œuvre dans le copieux parcours du Guus. Parce que l’entraîneur batave a réussi à hisser une sélection dépourvue de références internationales à des hauteurs insoupçonnées. Jusqu’en 2002, les Guerriers Taeguk n’étaient pas parvenus à accéder au-delà du premier tour en cinq phases finales de Coupe du monde. Avec le thaumaturge néerlandais, ils vont faire des miracles en allant jusqu’en demi-finales du Mondial organisé chez eux et au Japon. Au départ, pourtant, la presse sud-coréenne se montre sceptique quant à l’investissement du natif de Varsseveld. Des doutes qu’il éteint rapidement grâce une victoire charnière obtenue contre le Portugal (1-0) de Pauleta et Figo, l’un des favoris de la compétition.


La suite de l’épopée n’a été qu’un doux rêve éveillé. Jusqu’à son élimination en demies contre l’Allemagne, l’escouade de Park Ji-sung réalise l’impensable et écarte successivement l’Italie (2-1 featuring l'arbitre Byron Moreno), puis l’Espagne dans des circonstances encore controversées à cause d’un arbitrage jugé plus que tendancieux. Qu’importent ces polémiques, Hiddink a désormais acquis le statut d’immortel au pays. Pour ses faits d’armes, le gouvernement sud-coréen l’a fait citoyen d’honneur, lui a offert une villa privée à Jejudo sans oublier de nombreux avantages comme les vols gratuits à vie avec les compagnies aériennes Korean Air et Asiana Airlines. Le must reste sans doute l’enceinte Gwangju World Cup Stadium, là où la formation asiatique a validé son billet pour le dernier carré, qui a été rebaptisée Guus Hiddink Stadium en son honneur.

Youtube

16 avril 2006 : 34e journée d'Eredivisie, NAC Breda-PSV Eindhoven (2-6)


De 2002 à 2006, l’homme aux sortilèges enchanteurs touche le sommet de son itinéraire de coach. De retour aux Pays-Bas dans la foulée du miracle sud-coréen, il endosse à nouveau le costume de boss au PSV Eindhoven. Pour des frissons distillés à foison et à tout-va. Quatre années où il marche sur le pays avec trois titres d’Eredivisie (2003, 2005, 2006) et une Coupe nationale (2005) soulevés. À l’époque, le PSV s’érige en outre comme l’une des équipes les plus sexy du Vieux Continent. Dans un 4-3-3 résolument offensif, Park, Farfán, Cocu, Van Bommel ou encore Alex écrivent lors de la campagne 2004-2005 l’une des plus belles pages de l’histoire du club. En arrivant jusqu'en demi-finales de Ligue des champions – une première pour le PSV depuis le nouveau format de la compétition adopté en 1992 – après avoir notamment battu en quarts de finale l’Olympique lyonnais, le club néerlandais marque durablement les esprits. Hiddink, aussi. Et avec la manière. Avant de prendre la tête de la sélection russe, il boucle une saison magnifique avec un dernier titre de champion et seulement deux défaites essuyées. Ou l’art de soigner sa sortie.

Youtube

21 juin 2008 : Quart de finale de l'Euro 2008, Russie-Pays-Bas (3-1 a.p.)


Hiddink l'a toujours dit : « Le football de contre-attaque n'est pas une stratégie dont usent seulement les équipes faibles. On parle de ça comme si le football de contre-attaque était inférieur. Ça n'est pas le cas.  » Le technicien batave en a fait une énième fois la démonstration lors de l'Euro 2008. Sorti seconde de la poule D, sa Russie s'avance en quarts de finale face à des Pays-Bas aux allures d'ogre après avoir roulé sur l'Italie, puis la France. Mais le 4-5-1 tout en possession de Marco van Basten ne peut rien face à la furia supersonique des Russes, symbolisée par Andrei Archavine, qui plantera d'ailleurs la troisième et dernière banderille dans le dos d'Oranje exsangues. Et peu importe si les Aigles dorés chutent face au futur vainqueur espagnol en demi-finale : cette victoire en quarts de finale, c'est indirectement celle du pragmatique PSV face au dogmatique Ajax.

Youtube

30 mai 2009 : Finale de FA Cup, Chelsea-Everton (2-1)


Le regard impavide, la démarche assurée, Hiddink s’avance et pose cette question. Cette seule question : «  Avez-vous encore faim ? » En cette journée de février 2009, le technicien chevronné fait face dans le vestiaire à une équipe de Chelsea totalement ébranlée et prostrée après le mandat cataclysmique de Luiz Felipe Scolari. Par sa finesse et son sens du dialogue, il redonne confiance à des cadres en perte de repères (Ballack, Anelka, Malouda et Drogba). Surtout, il remet les Blues sur de bons rails. D’abord en Premier League où ils signent un parcours proche de la perfection avec onze succès en treize rencontres (soit 2,62 points récoltés par match). Ce qui sera, néanmoins, insuffisant pour ravir la couronne nationale à Manchester United. L’équipe londonienne se rattrape en FA Cup où elle remporte la compétition contre Everton en finale (2-1).


L’aventure aurait même pu être sublimée sans une immense déconvenue rencontrée face au Barça en C1. Mais un arbitrage très controversé, une frappe lunaire d’Iniesta dans le temps additionnel et une célèbre « fucking disgrace » plus tard, le club britannique quitte la scène européenne aux portes de la finale sans même avoir perdu contre le futur lauréat (0-0 ; 1-1). Reste que malgré ce passage éphémère réussi (seize succès en vingt-deux matchs toutes compétitions confondues, soit 73% de victoires au total) et les nombreuses supplications chantées par les fans ( « Guus Hiddink, we want you to stay at Chelsea ! » ), « Golden Guus » s’en va comme convenu pour la Turquie. Le comeback en terre londonienne, en décembre 2015, ne sera en revanche pas aussi réjouissant.

Youtube

29 juin 2015 : Démission de la sélection néerlandaise


Les Oranje et Guus Hiddink, c’est décidément une romance qui n’aura jamais tenu toutes ses promesses. Après un quadriennat aux allures d’échec (1994-1998), l’homme aux lunettes rondes revient en sélection après un Mondial réussi sous la houlette de Louis van Gaal. L’objectif fixé se veut limpide : qualifier les Pays-Bas pour l’Euro 2016. Sauf que ce retour tourne au cauchemar. Malgré un groupe de qualification largement abordable (Tchéquie, Islande, Turquie, Kazakhstan et Lettonie), Hiddink ne parvient pas à élever une équipe confrontée à un creux générationnel entre vieux briscards (Sneijder, Robin van Persie, Robben) et jeunes encore tendres. Après des revers contre les Tchèques (2-1), l’Islande (2-0) et un nul face à la Turquie (1-1), le couperet tombe au cœur de l’été. Et le bilan pour ce qui est jusqu’ici sa dernière expérience s’avère peu flatteur : cinq défaites sur un total de dix rencontres. «  Je suis désolé que les choses aient tourné de cette façon, a-t-il regretté à son départ. C’était un honneur d’entraîner à nouveau l’équipe nationale. Je souhaite à tout le staff, les joueurs et le sélectionneur de participer au championnat d’Europe. » Problème, son successeur Danny Blind ne parviendra pas à redresser la barre et les Pays-Bas regarderont l’Euro à la maison. La première fois depuis 1982.



Par Matthieu Rostac et Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Son PSV 2003-2005 etait sublime et tu sentais vraiment la patte Hiddink. Solide au milieu avec les lascars Vogel Vam Bommel et cocu, et à toute vitesse sur les cotes avec les robben, park, lee, farfan. Le PSV-OL de 2005 est un des matches les plus intenses que j'ai pu voir.
Guy Formici Niveau : Loisir
Alors le début du commencement d'Hiddink pour moi en 1988 est un réel cauchemar. Ce mec, entraineur d'Eindhoven, qui rafle la coupe des champions sans gagner un seul match à partir des quarts : Bordeaux Eindhoven 1-1....0-0 au retour. Demi contre le Réal de la Quinte del Buitre 0 à 0 aux Pays-Bas, 1-1 à Madrid et victoire finale face à Benfica, 0 à 0 et la coupe des champions aux tirs aux buts...
Vu ce qu'a prit l'Inter de 2010 pour avoir bien défendu à 10 contre 11 durant un match, si un club italien avait fait cela, les médias auraient réclamé sa suspension de cinq ans de coupes d'Europe!
Il y avait même un contrat sur Tigana, c'est expliqué en détail dans cet article de Old School Panini: http://www.oldschoolpanini.com/2011/02/ … ntrat.html

Il faut quand même souligner le contraste de ce PSV 1987-88 en coupe d'europe et en championnat, où les joueurs se sont baladés en plantant des valises à base de 6-0, 6-2, 7-0, 9-1 etc. et finir avec 117 buts inscrits en 34 matchs ! Koeman plantera 21 buts en position de défenseur et très peu sur pénalty, c'est dire.
C'est bien détaillé sur cette page : http://www.mondedufoot.fr/clubs/psv-eindhoven/1988/3/
3 réponses à ce commentaire.
Les frissons sur ce but de Bergkamp...
T'as beau connaître l'action par cœur, c'est toujours aussi beau.

D'ailleurs pourquoi Hiddink n'a pas été reconduit pour l'euro 2000 à domicile ?
C'est lui qui voulait partir ?
Parce que bon, il restait sur une belle coupe du monde, avec un groupe encore jeune ! (Kluivert & Ssedorf 24 ans, Davids 27).
J'adorais cette équipe, le maillot orange avec le col en V et les manches noirs... splendide !
Non il avait deja fait 4 ans et avait signé au Real avant la CM 98
Le maillot bleu, porté dans le 1er match du mondial contre la Belgique au stade de France, était encore plus stylé je trouve.
3 réponses à ce commentaire.
Ca me fout la gerbe cette Coree du sud 2002... Un scandale...
True Grit Niveau : DHR
Guus Hiddink, lorsqu'il est arrivé à la tête de la sélection turque en 2010, j'étais émerveillé : c'était celui dont je rêvais, son approche convenait en théorie parfaitement à cette équipe au vu de ce qu'il avait accompli auparavant avec la Corée du Sud et l'Australie, notamment produire de beaux collectifs avec des moyens limités ou pas très connus.

Quelle immense déception donc d'avoir constaté son fiasco avec la Turquie ! Les joueurs étaient complètement démotivés sous son mandat, j'ai le souvenir d'un jeu stérile, et pire encore, la sensation que Hiddink n'était absolument pas impliqué dans son rôle de sélectionneur, toujours absent, jamais en tribunes à observer les joueurs, et apparaissant sur le banc de touche l'air complètement perdu et sans lien avec les joueurs : c'était à se demander ce qu'il faisait de son temps libre !

Son échec et son manque d'implication m'ont profondément navré car j'attendais beaucoup de lui, depuis je le considère un peu dépassé...
Hier à 21:45 FIFA : Bild ouvre le rapport Garcia 30
Hier à 19:29 Boca et le souvenir de la D2 7 Hier à 14:45 Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) Hier à 13:45 Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 7 Hier à 12:25 Bagarre générale lors d'un match de charité 35
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:36 La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 10
dimanche 25 juin Sergio Ramos acrobate en vacances 4 dimanche 25 juin Pogba marque en dabant 59 dimanche 25 juin Le central de Kansas met une bicyclette 6 dimanche 25 juin Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 9 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 11 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 19 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42