En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Guti dit stop

Modififié
Moment émotion. José Maria Gutierrez, alias Guti, fait ses adieux au Real et à la Liga. Cette fois, c'est sûr, l'éternel joker madrilène n'évoluera plus dans le même monde l'année prochaine. Et c'est encore lui qui l'exprime le mieux.

« Au jour d'aujourd'hui, il n'y a aucune possibilité que je continue au Real. Mon choix est de m'en aller. Ça pourrait être mon dernier clásico. J'ai pris beaucoup de plaisir dans le foot et je veux désormais le faire avec d'autres choses. Il y a d'autres objectifs que de briller sur un terrain de foot. Il arrive pour tout joueur le moment de jouer moins et de prendre sa retraite et comprendre que d'autres de meilleur niveau arrivent. C'est ce qui s'est passé avec Maradona, et c'est ce qui se passera avec Messi » a-t-il lancé au micro d'Onda Madrid.

Avant de rassurer ses fans : « Je vais continuer à jouer au foot. Il me reste encore deux ans. En Angleterre, en Italie ou dans les pays arabes. Tout ce qui consiste à partir d'Espagne est bon pour moi. Je ne veux pas continuer ici. J'ai envie de connaître une autre culture (...). Je serai toujours madrilène, dans tous les cas. Je suis abonné, mes fils aussi et j'aurai mon cœur blanco. Je suis plus lassé de Madrid que du Real » poursuit-il, avant de conclure : « Peut-être que lorsque je ne jouerai plus, j'irai à Bangkok » .


Les passes... vraiment toute sa vie.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
L'imbroglio Vela