1. //
  2. // Retraite de Guti

Guti, ce génie

Aujourd’hui, Madrid est en état de choc. Non pas à cause de la hausse de la TVA du gouvernement Rajoy, qui fait tous les gros titres, mais pour une autre raison bien plus importante aux yeux de l’histoire madrilène : José María Gutiérrez, dit Guti, quitte le football. Son jeu unique, sa dégaine unique, ses passes uniques, son professionnalisme unique, aussi. Tout cela, au revoir. Se acabó. Adiós, genio.

Modififié
851 30
La fin

C’est fini. Après l’annonce de l’échec des négociations entre Guti et West Ham, il semble certain que l’on ne verra plus le 14 jouer au football. Ni lui, ni son pied gauche, ni sa vista, ni son look de mousquetaire. Plus rien. Si ce 12 juillet 2012 est certainement un triste jour pour un madridisme forcé de dire adieu à l’une de ses idoles, la tristesse s’emparera aussi des cœurs de tous les amoureux du beau football. Ses airs de rock star auraient sans doute régalé la Premier League, mais non. Déjà, en novembre dernier, El Catorce avait affirmé qu’il n’envisageait plus de jouer en Europe. Il y avait des rumeurs d’offres du Qatar et de la Chine, mais rien de concret.

La retraite de José Maria Gutiérrez sera donc datée du 15 novembre 2011 et son départ d’Istanbul, en plein milieu de la saison, de manière anonyme, le même jour que la Journée mondiale du recyclage. Terrible. Il méritait mieux et il voulait mieux. Il y a deux semaines, le blond avait confié au quotidien madrilène AS : «  Je veux jouer deux années de plus, mais les choses ne sont plus aussi faciles qu’avant... » L’alternative ? «  Je passerai mes diplômes d’entraîneur. Valdebebas (centre d’entraînement du Real Madrid) serait l’endroit rêvé.  » Si l’idée de voir le personnage Guti revenir en costard dans le monde du football est fascinante, cela ne suffira pas pour consoler ceux qui l’ont vu faire des merveilles. Guti était avant tout un joueur de football. Un putain de joueur de football !

Un putain de joueur

Si Guti ne se débarrassera jamais de ce statut de promesse éternelle, il serait malhonnête d’affirmer que le gamin de Torrejón est passé à côté de sa carrière. Sa mèche blonde et lui peuvent quitter sereinement le football, bien accompagnés par leurs trois Ligues des champions, cinq Ligas et 542 matchs joués pour le Real Madrid. Car Guti aura été l’un des plus grands joueurs des années 2000, par moments. L’un des plus fascinants, toujours. On se rappellera évidemment de ses gestes les plus fous. Cette talonnade pour Zizou contre Séville au Bernabéu, candidate au prix de la plus belle assist jamais réalisée. Ou encore le fameux taconazo pour Benzema au Riazor en 2009, surnommé « le talon de Dieu » par la presse madrilène. Guti inventait des gestes et était à lui seul une bonne raison d’aller au stade. Si Vladimir Nabokov écrivait que « le génie, c’est un Africain qui invente la neige » , Guti et ses passes étaient de ces génies-là.

Aux débuts du siècle, lorsque la presse madrilène demandait aux Galactiques quel joueur les avait le plus impressionnés à l’entraînement, tout le monde s’attendait à entendre parler de Zizou, Raúl, Beckham, Figo ou même Owen. Mais non : pour tous, c’était Guti. Et s’il n’a finalement jamais été le grand joueur qu’il aurait pu être, ne participant par exemple à aucune compétition internationale, Guti et son style auront marqué les esprits. En Espagne, lorsque Xavi, Silva ou Iniesta réalisent une passe incroyable, transperçant tout le milieu et la défense adverses, les Espagnols s’exclament tous : « Oh, la passe à la Guti ! » Elle est là aussi, la postérité. Le plus grand passeur de l’histoire du jeu ?

Guti, cette idole

Dans les allées du Bernabéu, quand le sujet Guti ressort entre deux Mahou, le madridiste a l’habitude d’évoquer trois points : ses passes «  à la Guti  » bien sûr, son amour pour le maillot blanc sans aucun doute, mais surtout son don unique d'entrer à l’heure de jeu et de changer le visage de son Real Madrid. En deux passes, le 14 savait organiser le milieu de terrain merengue comme personne. « Ah, si seulement on pouvait encore avoir Guti sur le banc…  » Mais voilà : le fait est qu’il entrait à l’heure de jeu. De toute sa carrière, le blond n’aura joué que 47% des minutes qu’il aurait pu jouer. Son caractère ne plaisait pas à tous, et son style de vie non plus. « Tu veux que j’aille sortir et danser à cinquante piges, avec mes enfants, c’est ça ? » , aimait-il répondre à l’exigence de la presse madrilène. Unique.

Inscrivant son nom parmi les dix joueurs les plus capés du Real, Guti a changé le visage du club à jamais. Car, à Madrid, le 14 n’aura pas seulement laissé la trace d’un grand joueur de football, il aura laissé une façon de penser, un esprit unique, éternel. Sa mère le raconte mieux que personne, avec cette conversation qu’elle aurait eu à maintes reprises avec son fils :
« - Maman, pour bien jouer au foot il n’y a pas besoin de courir tellement de kilomètres sur le terrain. Il suffit de bien se placer sur le terrain et d’être là au bon moment.
- Oui, mais regarde celui-là. Il court, il monte, il redescend, il se bat. Et les gens l’applaudissent dans le stade !
- Oui, mais à la fin du match, il a fait quoi, lui ?
- Il a couru.
- Voilà.
 »
Comme prévu, Guti n’a pas couru autant qu’un Figo, un Raúl ou un Zidane, préférant toujours faire courir la balle. Justement, le monde du ballon rond l’en remercie. Éternellement.

À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com

Markus Kaufmann
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Biggest blowjob ever !
Un must. Tellement une tête de con* aussi.
Quel joueur...
Un bel article, pour un bel hommage
C'est pas une photo d'Iggy Pop?
Pedro_Miguel Niveau : Loisir
Il me semble que la talonnade lumineuse de Guti pour Zidane, c'était contre le Deportivo et non Séville FC.
Bel article, ce type était barré, irrégulier, parfois puant, mais souvent génial...
C'est moi ou Marca n'en parle même pas? A peine un petit article sur AS, quelle honte!
Pedro_Miguel Niveau : Loisir
Autant pour moi je confond avec Guti qui donne a Karim! =)
@Pedro Miguel, talonnade contre Deportivo mais pour Benzema, autre talonnade à Zizou contre Séville.
Parfois je l'ai adoré, parfois je me demandais à quoi il servait.

On ne pas dire qu'il soit complètement passé à côté de sa carrière mais c'est difficile d'imaginer qu'avec son talent il n'aurait pas pu faire mieux.

Il a géré sa carrière comme certains brésiliens, en profitant du foot mais également des à-côtés, sans faire de sacrifices.

La talonnade pour Zidane contre Séville, c'était tellement magique...
Ce joueur pouvait être aussi con qu'il était talentueux..
Dommage qu'il prenne sa retraite, je l'aimais vraiment bien
Un joueur espagnol qui a vécu dans l’ombre de la Roja

Je voulais continuer ma carrière à West Ham a t'il dit maispourtant l’ancien joueur du Real avait dit en Novembre 2011 qu’il mettrait un terme à sa carrière de footballeur à 35 ans, donc voilà il a respecté sa parole... pour une fois lol

Obrigado José María Gutiérrez dit Guti.


http://11to11.net/guti-stoppe-sa-carriere/
aaah, combien d engueulades avec un pote fan du real...c etait une immense arnaque quand on le faisait jouer milieu defensif (histoire de le faire jouer puisqu il y avait zizou). un joueur d un bon niveau quand il evolua plus haut. est ce que cela fait de lui un génie? a mes yeux non apres ce n est que mon avis. (et je le partage)
Markus Kaufmann, MERCI !

En tant que l'un de ses plus grands fans, je ne l'aurais pas mieux écrit moi-même, un vrai hommage sans les éternels "mais".
Guti en plus d'être l'un des joueurs de foot les plus talentueux possible, était aussi un vrai personnage, sa personnalité bridait certainement son football, mais j'adorais son côté génie rebelle incompris (ou par fulgurances).

Guti, el puto amo, genio y figura.
Guti la plus grosse arnaque de l histoire du Real. Le mec faisait 2 gestes de folie dans la saison et le reste du temps il etait a peine mediocre. Si il est reste aussi longtemps au Real c est juste parcequ il etait forme a la maison et que quand il est arrive en equipe premiere il etait presente comme le nouveau crack de l attaque madrilaine. Sauf qu au final celui qui devait etre au meme niveau que Raul arrive en equipe premiere peu avant lui c est averee etre un pietre buteur. Du coup pour pas perdre la face et vendre ce flop on l a fait reculer d un cran, ou il etait un peu meilleur vu qu on lui demandait plus de marquer des buts, mais tellement irregulier. Du coup on l a encore descendu d un cran en 6. Finalement la mascarade n a pas continue sinon Guti aurait fini defenseur central ou gardien.

En tout cas chapeau l artiste parcequ en reussissant 2 matchs par saison et en jouant les autres au niveau d un Meriem il a reussi a faire croire que c etait un as de la passe et qu il aurait merite une belle carriere.
IgorYanovskiTheMachine Niveau : DHR
@ louison: Tu ne vas pas recommencer?!
Un grand joueur assurément ! Je suis encore nostalgique de l'époque Hierro-Helguera-Guti-Raul-Redondo le meilleur Real Madrid pour moi . Bien sûr , le Real par sa politique a "gaché" la carrière de ces joueurs. De "meilleur 6 au monde ( devant Vieira de la grande époque svp) Helguera est descendu d'un cran au côté de Hierro qui lui aussi est descendu d'un cran si je me rappelle bien! Raul lui aussi puis sur les côtés avec sa vitesse !!! eGuti lui est redescendu de deux ! Ces joueurs par amour pour le club ont fait des sacrifices ! Mais ce club ingrat les ont tous jeté comme des malpropres. Le REAL MADRID , le plus grand club au monde ?
Note : -1
Pim pam...
Note : -1
Pim pam...
Mouais...je suis sûr que le mec mérite un tel hommage. Si avoir du talent suffit pour être une star alors OK, mais n'oublions pas que Guti a passé la moitié de sa vie sur le banc à enquiller peinard son salaire, que c'était une grosse feignasse et un gros con.
@Pimousse : tu as une "piètre" orthographe... et ton analyse n'est pas bien brillante non plus.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
851 30