En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es de finale
  3. // Tirage au sort

Guingamp-Kiev : Astérix chez les Ukrainiens

Le seul rescapé français en Ligue Europa n'a pas franchement été gâté par Gianni Infantino, le chauve de l'UEFA. Pour les 16es de finale de la compétition, il faudra se coltiner un long déplacement à Kiev pour y affronter le prestigieux Dynamo. La chance des Bretons : leurs adversaires sortiront tout juste d'une longue trêve hivernale qui a déjà commencé.

Modififié
Allez, il faut le dire, il y a eu pas mal de déception côté guingampais lorsque l'adversaire des 16es de C3 est tombé. Ce ne sera pas un représentant d'un des grands championnats continentaux (Everton, Mönchengladbach, Bilbao…), ni un voisin propice à un déplacement massif des supporters (Bruges…), mais bien le Dynamo Kiev, actuel leader du championnat ukrainien. Équipe en forme, club très expérimenté, déplacement de 2700 km au match retour dans le froid de l'hiver continental… Autant d'arguments qui incitent plutôt au désappointement et au pessimisme. Reste que la bande à Gourvennec a montré ces derniers jours qu'elle savait voyager en Europe et qu'elle pouvait rivaliser sur un match avec n'importe quelle équipe. Il faudra garder l'esprit coupe qui l'anime pour dompter cet adversaire que les Bretons vont apprendre à découvrir.

Le parcours de l'adversaire

Qualifié directement pour la phase de poules de cette Ligue Europa grâce à sa victoire 2-1 en mai dernier lors de la finale de la Coupe d'Ukraine face au Shakhtar, le Dynamo Kiev s'est trouvé dans le groupe J en compagnie d'Aalborg, du Steaua Bucarest et de Rio Ave. Le bilan est largement positif, avec 5 victoires pour 1 défaite, un vilain 0-3 concédé le 23 octobre au Danemark face à Aalborg, l'autre qualifié du groupe. Lors des cinq autres matchs, les Ukrainiens se sont montrés très solides défensivement en n'encaissant qu'un seul autre but pour douze marqués. Andriy Yarmolenko s'est montré le plus décisif offensivement, avec trois réalisations à son actif.

La forme du moment

En championnat comme sur la scène continentale, le Dynamo Kiev réalise pour l'instant une très bonne saison, incontestablement l'une des meilleures depuis quelques années. Il a terminé 2014 sur une solide victoire 3-0 contre le Metalurg Donetsk, confortant son titre honorifique de champion d'automne, avec 5 points d'avance sur le Shakhtar Donetsk et 8 sur Dniepropetrovsk, les deux autres prétendants à la victoire finale. Mieux, l'équipe entraînée par l'ancien joueur de la maison et de la sélection Sergueï Rebrov a terminé la première moitié de saison invaincue : 11 victoires, 3 nuls, 0 défaite, meilleure attaque du championnat avec 33 buts pour, meilleure défense avec 7 buts contre. Elle a parfaitement négocié ses deux premiers gros rendez-vous de la saison en dominant 1-0 le Shakhtar le 5 octobre et en infligeant une leçon 3-0 sur la pelouse de Dniepropetrovsk le 2 décembre. Le Dniepropetrovsk, bourreau des Verts de Saint-Étienne. Quant au Shakhtar, quintuple champion en titre, il a une excuse à sa relative méforme cette saison, le club ayant été contraint de déménager provisoirement (?) à Lviv, à l'Ouest du pays, pour échapper aux conflits qui déchire la ville de Donetsk. Le Dynamo Kiev a le mérite d'en profiter. À noter que la trêve hivernale a donc déjà débuté en Ukraine et que le championnat ne reprendra que le week-end du 28 février, soit juste après ce 16e de finale de Ligue Europa. En matière de rythme, ça peut évidemment avoir son importance.

L'expérience européenne

Le CV de l'adversaire des Guingampais a de quoi impressionner, avec deux victoires dans la défunte Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, la fameuse C2. C'était en 1975 (3-0 en finale contre les Hongrois de Ferencváros) et en 1986 (3-0 contre l'Atlético Madrid). Il faut y ajouter une Supercoupe d'Europe (3-0 en deux matchs contre le Bayern Munich en 1975) et surtout trois demi-finales de Ligue des champions. Tous ces exploits européens sont l'œuvre du génial entraîneur Valeriy Lobanovskyi, qui a eu sous ses ordres des génies de la balle, dont les trois lauréats du Ballon d'or Oleg Blokhin, Igor Belanov et Andriy Chevtchenko. À noter que le Dynamo Kiev a disputé une compétition continentale chaque saison depuis 1990 et en a été absent seulement deux saisons depuis 1973 ! Clair qu'à côté, le CV européen des Guingampais avant l'actuelle saison, avec les campagnes d'Intertoto, le but de Wreh à San Siro contre l'Inter et le carton pris contre Hambourg en 2009, tire un peu la tronche…

Les joueurs à surveiller

Contrairement au Shakhtar, le Dynamo Kiev ne s'appuie que très peu sur la filière sud-américaine pour recruter, préférant miser sur un bon réseau en Europe de l'Ouest. Cette stratégie lui a permis de réaliser quelques jolis coups récemment. Les quatre joueurs les plus connus de l'effectif actuel sont Younès Belhanda bien sûr, transfuge de Montpellier, l'international néerlandais Jeremain Lens, le Portugais Miguel Veloso et l'ancienne terreur du championnat belge Dieumerci Mbokani. Dans la délégation étrangère, il faut y ajouter aussi l'excellent défenseur autrichien Aleksandar Dragović, le Croate Domagoj Vida et le Polonais Lukasz Teodorczyk, tous trois internationaux. Et puis forcément chez les « locaux » , il y a la star Andriy Yarmolenko, qui compte déjà 45 capes avec l'équipe d'Ukraine à 25 ans. D'autres cadres de la sélection jouent aussi au Dynamo : le défenseur Khacheridi et les milieux Husyev et Bezus notamment. Mathis, Kerbrat, Beauvue, Giresse et toute la bande sont face à un immense défi. Un de plus.

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 71
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17 mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12