1. //
  2. // Interview

Guillermo Guiz : « En 2002, les Diables rouges ne rentraient pas en boîte »

Petit nouveau dans la team belge de France Inter, Guillermo Guiz est sans doute l'un des humoristes les plus doués au foot. Passé par le Standard de Liège et Anderlecht, il a craqué physiquement juste avant de pouvoir réaliser son rêve de gosse. Rencontre à Bruxelles autour d'un verre de vin blanc pour parler de sa nuque longue à la Chris Waddle, de ses espoirs brisés, d'Olivier Deschacht, de la traîtrise de Defour, de la lose belge et de la talonnade magique de Guti.

Modififié
Salut Guillermo. Tu as fait beaucoup de foot quand tu étais petit.
J'ai joué de l'âge de 7 jusqu'à 23 ans. J'ai commencé au RWDM à Molenbeek (Bruxelles) puis trois saisons au Standard de Liège, j'ai été transféré à l'Union Saint-Gilloise et Anderlecht est venu me chercher. J'ai joué en équipes réserve, puis je me suis gravement blessé et je ne suis jamais revenu, ça a été une dégringolade par la suite. Quand j'ai arrêté le foot, j'étais en quatrième division belge. Le sommet de ma gloire. Je n'étais pas loin d'être pro.

Ton père était à fond dedans ?
Mon père m'a élevé tout seul. Le fait que je sois un bon petit joueur de foot, je crois que c'était une fierté pour lui, une manière de trouver du sens. Quand j'étais gamin, j'avais du talent, il me suivait afin de me mettre dans les meilleures conditions, alors qu'on n'avait pas financièrement tout ce que les autres avaient, mais il était là. Il a consacré une bonne partie de sa vie à ce que je réussisse dans le foot.


Quand tu étais gamin, tu avais une nuque longue à la Chris Waddle...
Incroyable ou pas ? La vérité, c'est que j'allais chez le coiffeur en disant : « Je veux la coupe Chris Waddle » et pas : « Je veux avoir l'air plouc. » Quand je vois ma gueule comme ça, je comprends pourquoi je n'avais pas de succès avec les filles quand j'étais petit. Du coup, je pardonne plus facilement à celles qui m'ont snobé comme une merde quand j'avais dix ans. Cette photo est touchante et ce n'est pas pour rien qu'elle a fait partie de l'affiche de mon spectacle pendant un moment. Ça a été l'enfant que j'étais, passionné par le foot et, en même temps, je viens d'un quartier populaire. Tu peux pas être un type sophistiqué quand tu viens d'Anderlecht, quoi. Il y aura toujours ce côté-là en moi. J'évolue, je grandis, j'apprends, je me cultive, mais Anderlecht fera toujours partie de moi. Quand je me retrouve dans des quartiers comme ici au Châtelain, dans des endroits bobos, quand je vois passer les gens, je n'arrive pas à me reconnaître, je serai toujours en décalage.


Comment expliques-tu que tu aies manqué la dernière marche ?
À chaque moment clé, j'ai échoué pour plein de raisons... Un exemple. Je jouais avec Gaby Mudingayi qui a évolué à la Lazio, à Bologne, à l'Inter. On était ensemble à l'Union Saint-Gilloise. J'étais sur le point de signer mon premier contrat « aspirant-équipe première » avec l'Union. On avait 15 ans tous les deux. On était dans la même équipe. Et là, Anderlecht nous appelle tous les deux. Ils nous proposent le même contrat, à savoir quatre paires de chaussures, trop bien... (rires) Il y avait les Copa Mundial à l'époque. Gaby reste à l'Union et, l'année d'après, il est en équipe première, file à La Gantoise, et sa carrière démarre. Moi, je signe à Anderlecht, je me blesse et c'est la dégringolade.

T'étais souvent blessé ?
Depuis que j'ai 11 ans, je me suis blessé tout le temps. J'ai grandi hyper vite. Je bouffais de la viande rouge tous les jours. J'y pensais l'autre fois. Avec du recul, pour les fibres musculaires, le steak, ce n'est pas idéal. Je me niquais les muscles chaque saison, j'ai eu des blessures à la rotule... En fait, je suis arrivé avant que le football belge ne prenne conscience de lui-même et se dise : « Ce serait bien qu'on encadre véritablement les enfants. » Tout le monde pouvait être entraîneur à mon époque, on faisait n'importe quoi. Aujourd'hui, c'est devenu plus intelligent.

À quel moment comprends-tu que tu vas passer à côté de ton rêve ?
Ça se fait progressivement, ce n'est pas du jour au lendemain. Tu ne passes pas du jour où t'es un espoir du foot belge, au jour d'après où tu n'es plus rien. Tu descends les niveaux, échelon après échelon et puis tu te rends compte que ça sent mauvais. À la fin, j'étais au White Star, un club de Bruxelles et je suis tombé sur un président qui ne me payait plus, je devais m'entraîner avec des jeunes alors que j'étais en équipe première. C'étaient des mesquineries qui existent au niveau pro, mais que tu encaisses car tu gagnes 25 000 euros à la fin du mois, mais quand t'es dans le foot amateur, ça prend une proportion plus grande. Quand je ne touchais pas mon salaire à ce moment-là, je me mettais réellement dans la merde. Physiquement. Je n'avais plus à bouffer du jour au lendemain. Ces 1 000 balles me payaient mes études et la bouffe. Après, je n'avais pas le caractère adapté au foot. J'étais un peu rebelle, mais sans avoir les qualités footballistiques pour l'être. Je n'avais pas suffisamment d'impact sur le terrain pour faire le type qui faisait la gueule et chier les entraîneurs.

Tu as joué avec d'autres gars qui ont percé ?
J'ai joué trois ans avec Olivier Deschacht à Anderlecht, qui était un horrible type, détestable. Un être humain pas cool. Il avait reçu un Range Rover à ses 18 ans, moi je venais en bus. C'est un gosse riche. Son père a une grosse entreprise de plastique, c'était l'un des principaux sponsors de Bruges. Il était bien quoi. En grandissant, il a mûri, car quand je le vois en interview, j'ai l'impression qu'il est plus intelligent. Et puis, sur le terrain, c'était un super joueur. Il jouait au milieu sur le côté gauche, il avait une vista, tu ne lui prenais pas le ballon alors que c'est devenu un latéral laborieux. J'ai joué aussi avec Luigi Pieroni et Önder Turacı qui a joué à Fenerbahçe.

Vidéo

Aujourd'hui, ça reste gravé en toi, ce rêve brisé ?
J'aurai toujours un trou dans mon cœur par rapport à ça. Je me demanderai toujours : « Qu'est-ce qui se serait passé si j'avais joué devant 80 000 personnes et si j'avais fait un geste incroyable, une passe en profondeur ou une pure inspiration ? » Ça doit être une expérience unique au monde... Je pense que je regretterai toujours de ne la vivre qu'en rêve, car je la vis toujours en rêve. Quand je rêve de foot, j'arrive en retard dans le vestiaire, mes lacets sont défaits, je rentre sur le terrain à la bourre.

Tu n'as jamais joué dans un stade, mais tu montes sur scène. Ça compense un peu cet échec ?
Dans la scène, tu as un côté sport de haut niveau où tu dois être préparé et ça reste un challenge. Quand t'es dans un vestiaire, tu ne sais jamais comment va se passer le match. Si tu rates ta première passe, tu n'es pas en confiance. Sur scène, si tu rates ta première vanne, tu dois te rattraper, tu dois jouer avec le public. Il y a plein de manières de retrouver de l'adrénaline et je pense que la scène en est une. Mais plus que la recherche de l'adrénaline, pour moi faire de la scène, c'est se révéler en tant que personne.


Tu as grandi à Anderlecht, quel est ton rapport avec le plus grand club belge ?
Moi, je suis un produit du RWDM qui est l'anti-Anderlecht, puis je suis passé au Standard qui est l'anti-Anderlecht... J'ai baigné entre mes 7 et mes 15 ans dans « l'anti-Anderlechtalisme » primaire. Ça a toujours été le club de la petite bourgeoisie flamande du Pajottenland, au sud-est de Bruxelles. J'ai toujours eu un mépris pour ça. Pour moi, il fallait être dans un club plus populaire, d’obédience plus ouvrière. À Molenbeek, on crevait la dalle. On était des outsiders, j'ai toujours été de ce côté. Anderlecht, j'y ai joué trois ans, j'ai 35 ans, il m'est arrivé plein de trucs dans ma vie, mais quand j'entends qu'Anderlecht perd, ça peut illuminer ma fin de week-end.

Vidéo

Tu as joué au Standard, puis chez les Mauves, toi aussi tu aurais pu avoir ta tête sur un tifo à la Defour ?
Defour, je militais il y a dix ans pour qu'on lui donne les clefs de l'équipe nationale. Le mec, il a un talent fou, il avait 19 ans, il était capitaine du Standard. Daniel Camus (ancien joueur professionnel et un de ses meilleurs amis, ndlr) qui est fan d'Anderlecht me disait que c'était une merde. Et quand il a été transféré à Anderlecht, j'ai dit pareil et Daniel a commencé à l'aimer. Quand il a signé à Anderlecht, il a cessé d'exister dans mon cœur. Ça prouve juste que c'est chacun pour sa gueule et que t'agis en fonction des circonstances, il n'y a plus d'attachement au club.


Il y a un joueur qui te fait encore rêver aujourd'hui ?
Le joueur pour qui j'ai le plus de tendresse, c'est Iniesta. J'ai fait une chronique sur lui, car je trouve que c'est un poète. Il y a un autre mec qui m'a marqué, c'est Guti qui a fait cinq, six actions de dingue dans sa carrière, et sa talonnade, là, pour moi c'est l'inspiration de la décennie. Il y a 999 joueurs sur 1 000 qui frappent du plat du pied dans le petit filet. Lui, pour la beauté du geste, il fait une talonnade. Sur cette action, Guti m'a emmené dans un univers qui est différent et m'a fait aimer la vie.

Vidéo

Tu as vu des matchs en France ?
Pas encore. Mais j'ai fait le France-Belgique (3-4) il y a deux ans. J'ai une vanne dans mon spectacle qui parle du baby boom en Belgique neuf mois après chaque défaite de l'équipe de France. Moi, j'avais un père francophile, donc cet espèce de contentement que la France ramasse, je l'ai fait en opposition par rapport à mon père. Pas pour coller au troupeau belge. Aujourd'hui, j'ai de la bienveillance pour la France contre les Belges qui sont en mode «  On a une équipe incroyable  » . J'ai un peu un esprit de contradiction. Comme tous les Belges sont à fond pour l'équipe nationale, je ne suis pas totalement derrière. On a une belle équipe, mais qui m'emmerde. Ils ne me font pas rêver. On a l'impression que ce sont un peu des branleurs. À l'Euro, j'ai pris plus de plaisir en regardant la France que la Belgique.


Vous avez mangé votre pain noir pendant quelques années en même temps...
Étant dans un culte de la mélancolie et de lose, j'ai la nostalgie de l'époque où on était des losers en fait. Quand on faisait 0-0 contre le Kazakhstan et qu'on disait : « D'une certaine manière, c'est un bon 0-0... » J'aimais bien notre équipe avec Gert Verheyen et Bart Goor. Quand on était en Corée, on était nulle part. C'était horrible. Ils étaient tous mauvais individuellement, mais on sentait qu'ils avaient une force de survie. Ils étaient laids, tous, il n'y avait pas un beau mec là-dedans. Aujourd'hui, ils sont tous gominés, t'as Hazard, Carrasco, Benteke, ils mettent du champagne sur la table, ils rentrent avec toutes les gonzesses de la boîte. Tu crois qu'à l'époque, Verheyen, Vanderhaeghe, ils pouvaient faire ça ? En fait, les Diables en 2002 ne pouvaient même pas rentrer en boîte (rires). Les videurs ne les laissaient pas entrer, c'est pour ça qu'ils avaient la force de tout donner quand ils étaient sur le terrain.

Guillermo Guiz sera au Point Virgule à Paris pour jouer Guillermo Guiz a un bon fond dès le 28 septembre du jeudi au samedi à 20h. Et à la rentrée sur France Inter dans La Bande originale.



Propos recueillis par Jacques Besnard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

ElNinoFerrer Niveau : CFA2
J'avais vu quelqu'un de ces sketch il est intéressant comme humoriste
il est pas Guez, Guiz
J'aime bien son humour.
mara donna des frissons Niveau : CFA
De toute façon le Châtelain à Bruxelles c'est un quartier où bientôt il n'y aura plus que des français.
Reste un bar merveilleux chez Robert: le Chat Pitre !
crabunjourcrabtoujours Niveau : National
Itv bien sympathique.
J'aime bien ce mec, il est drole et ses chroniques sur Inter sont les meilleurs, vu que Pierre Emmanuel s'est barré
Le royaume de la filsdeputerie respire depuis qqes mois...
JestroGoal008 Niveau : DHR
Je comprends pas comment on peut adorer un mec comme Barré...
J'ai l'impression que toutes ses vannes sont forcées et qu'il essaye d'enchainer le plus vite possible pour éviter le malaise. Après c'est peut-être un style qui m'échappe.
crabunjourcrabtoujours Niveau : National
Note : 1
Je ne sais pas quoi te dire, c'est gore, c'est noire, c'est crado, c'est pipi caca, c'est de l'insulte. Mais perso, certaines de ses chroniques (à feu Canal et à Inter) sont justes à la frontière entre le mauvais gout et le génie absolu.
Pour le coup je conçois qu'il puisse pas plaire à tous le monde, même lui le comprend, et préviens ses spectateurs.
3 réponses à ce commentaire.
ElNinoFerrer Niveau : CFA2
J'avais pas remarqué mais il dit avoir joué avec luigi pieroni ça me rappelle l'AJA de la fin des années 2000 et mes paninis
Fabrizio Salina Niveau : CFA
J'ai bien aimé sa dernière réponse, c'est vrai qu'ils ont une équipe de gominés et de crêteux la Belgique, c'est pour ça que j'ai du mal à les apprécier moi aussi...
Papanowel Niveau : DHR
Pour information le pajottenland se trouve à l'ouest de bxl.
alex_robertson Niveau : District
"En grandissant, il a mûri, car quand je le vois en interview, j'ai l'impression qu'il est plus intelligent."

Waw, ça devait être quelque chose le Deschacht à 18 ans...
Ouais, comme d'hab pour faire son intéressant faut forcément grossir le trait gratuitement.. Ok en 2002 on était pas des peintres mais une équipe solide ca veut pas dire rester à 11 derrière. Wesley Sonck il était horrible? La bicyclette de Wilmots contre le Japon c'était horrible ?
elmazatleco Niveau : DHR
completement d'accord avec toi et ce ptit coup franc de walem et pour finir on sort quand meme la tchequie en barage pour y aller à cette coupe du monde en face c'était du nedved poborsky milan baros et du rosiky donc quand tu vois le match qu'on fait contre le bresil ou on vole notre but, ca jouait au foot mine de rien. et puis mbo mpenza back droit priceless
1 réponse à ce commentaire.
Javier_maté Niveau : District
Moi je la trouve belle cette equipe black blanc beurre roux touffe ninja de belgique.
Il y a tous les profils, des costauds, des petits, des dribleurs, d excellent passeurs, la plupart sont capitaine dans leur club, puis il n'y a pas tellement de probleme extra sportif, contrairement a ce qu'il laisse entendre.

Guiz est juste nostalgique de l'epoque des annees 2000.
Ce commentaire a été modifié.
Peut être pas de soucis extrasportifs mais il y a en tout cas de grosses lacunes au niveau du collectif, de l'envie etc.

Y a de très beaux noms mais pas encore de vraie équipe. Le leadership est trop dispersé. Mais le potentiel, il en manque pas ça c'est sûr.
Ce commentaire a été modifié 3 fois.
L'exemple le plus frappant c'est le premier match de l'Euro de l'an dernier.

Une Italie avec peut être beaucoup moins de talent individuel que la Belgique mais à des années lumières sur le plan mental au niveau de l'engagement, la détermination, la volonté commune et en étant laaaargement au-dessus sur le plan tactique.
Et la Belgique s'était faite manger comme jamais.
Javier_maté Niveau : District
Oui mais wilmots vs Conte a ete la clee.
Cette equipe a au moins eu le merite de faire regarder le foot a ma grand mere, et ca c'est deja beau. Plus que la premiere place fifa.
3 réponses à ce commentaire.
louvressac Niveau : DHR
depuis quelques temps on en revient enfin a cette bonne vieille brusselisation décomplexée (y a qu'a voir les t-shirts superklett ou dikkenek qui fleurissent sur les terrasses) qui fait que dans les 19 communes anderlecht est perçu comme un club belge,alors que le daring (le RWDM,quoi) qui a en gros ses supporters de la porte de Ninove jusqu'a la place de Berchem et l'union ( qui les a de la barriere de st gilles jusqu'a la chaussée de neersdale ) représentent en 2017 la quintescence de la zwanze brusseleir et connaissent une popularité aussi surprenante que bienvenue...madame chapeau a encore de beaux jours devant elle !
Totalement d'accord, je trouve ca toujours désopilant quand j'apprends à des bruxellois qui prétendent supporter Anderlecht "parce que c'est le club de Bruxelles" que déja 70% de leurs supporters sont flamands, en grande partie du brabant, que le CA du club est composé quasi entièrement de flamands, et que les vrais clubs bruxellois sont ceux qui végètent en D3 depuis une décennie.
alex_robertson Niveau : District
Bah pas tout à fait d'accord. C'est normal qu'une équipe qui remporte des titres élargit sa fanbase. Anderlecht a des fans dans tout le pays de la même manière que le Barça en a dans le monde entier. Mais ça n'enlève rien au fait que c'est un club bruxellois attaché à sa ville (et who cares que les dirigeants soient flamands ou francophones?).
Maintenant on est d'accord que si on veut une ambiance bruxelloise au stade, il faut aller à l'union ou à Molenbeek et éviter la cathédrale de St Guidon...
Ce commentaire a été modifié.
Non mais il s'agit pas du tout d'élargissement, historiquement la plus grosse partie des supporters du Sporting vient de Flandre, je peux te l'assurer. D'ailleurs je parlais pas de francophones au dessus, quand je parle de flamands c'est habitants de flandre, pas néerlandophones (ce qui pourtant a l'heure actuelle reste une corrélation rarement mise en défaut).
Bref, "who cares" si une majorité de dirigeants et supporters ne viennent pas de la ville qu'ils sont sensés représenter? A toi de me le dire.
3 réponses à ce commentaire.
Venez tester Real football manager, jeu de coaching gratuit en ligne.
il y a 2 heures Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 75 il y a 3 heures Le rap des ultras de Genk 3
il y a 3 heures Il rentre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 1 il y a 4 heures Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 14 il y a 5 heures Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT)
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 21:45 Le 200e but en Premier League de Rooney 16 Hier à 14:44 Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 Hier à 14:05 Le CSC gênant de Wycombe 12
Hier à 13:44 Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 38 Hier à 10:20 Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 12 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7