Guillaume Borne raconte sa dépression

Modififié
26 11
38% des footballeurs professionnels souffrent de symptômes dépressifs, c'est ce qui ressort d'une étude du syndicat mondial des joueurs. Un chiffre conséquent, mais très méconnu.

Guillaume Borne a 27 ans, cet ancien espoir du Stade rennais a été confronté à la dépression, lorsque ses espoirs de carrière professionnelle se sont envolés. En 2012, le défenseur se retrouve sans club : « Du jour au lendemain, je n'avais plus aucune notoriété. C'est très dur à accepter. Je me suis rendu compte que j'étais un pion, en fait. Quand on a besoin de vous, on est là… Mais quand on ne veut plus de vous, on ne vous calcule plus. (...) On m'avait oublié. En quelques semaines, tu changes complètement de statut. On passe d'une centaine de contacts à une dizaine de potes du foot qui prennent encore de tes nouvelles » , raconte-t-il dans un entretien à Ouest France.

L'homme décide alors de reprendre ses études, il monte son entreprise, Extra Sport Conseil. Pas un hasard si c'est une boîte de conseil aux sportifs. « On accompagne les sportifs dans leur vie quotidienne, afin d'apporter des réponses à leurs problématiques en dehors du terrain, explique le jeune patron. J'ai conscience d'avoir fait de belles choses dans le foot, je n'ai pas réalisé tout ce que je voulais, mais grâce à ma nouvelle activité, je reste dans le milieu du foot. Et je suis heureux. »

Une reconversion réussie pour combien de galères ? FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
C'est vrai que dans le foot, on s'intéresse presque exclusivment à la santé physique des joueurs.

Le fait que le milieu du foot ne s'intéresse que trop peu aux aspects mentales dépasse les Bornes.

Elle était facile celle-là.
Note : 8
Heureusement qu'il ne s'est pas suicidé... Car il était Borne to be alive

C'est par là la sortie ?
Guillaume Borne..

La dépression dans la peau
C'est pareil dans la vraie vie.
Je compatis pour la dépression. Par contre en tant que joueur professionnel ce mec ne valait pas grand-chose.
C'est vrai que l'approche psychologique, j'ai l'impression qu'elle n'est pas considéré comme prioritaire, alors qu'elle a un impact sur la performance physique et sportive absolument phénoménale.

J'ai l'impression que les coachs en font souvent leur "chasse gardée" et refuse qu'un coach mental ou psychologue vienne interférer entre eux et leur joueur.

Moi, si j'étais président de club, avec la valeur qu'on ses joueurs (j'ai failli écrire "actif"), j'y mettrai un psy et un coach mental derrière chaque bonhomme, du centre de formation jusqu'aux pros.
Message posté par Ravage
Heureusement qu'il ne s'est pas suicidé... Car il était Borne to be alive

C'est par là la sortie ?


Surement pas, alors là tu m'as vraiment bien fait rire, merci.
flemmardo Niveau : CFA2
"Quand on a besoin de vous, on est là… Mais quand on ne veut plus de vous, on ne vous calcule plus."

Logique.
souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
Message posté par CARP2015
C'est vrai que dans le foot, on s'intéresse presque exclusivment à la santé physique des joueurs.

Le fait que le milieu du foot ne s'intéresse que trop peu aux aspects mentales dépasse les Bornes.

Elle était facile celle-là.


Après moi : un cheval, des chevaux, un aspect mental, des aspects mentaux.
Epictète Niveau : CFA
Au pays des aveugles les bornes sont rois.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
26 11