Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Pep Guardiola

Guardiola s'arrête, fin de cycle au Barça ?

Le départ du chef est un drame pour le Barça et la Catalogne. C’est son adjoint qui le remplace. Mais il va falloir beaucoup plus qu’un été pour s’en remettre. Le Roi est mort. Vive le Roi ?

Modififié
C’est fait. Dieu est mort. Il va falloir s’y faire. L’homme des 13 titres en 4 saisons, qui a mis le monde à ses pieds, qui a fait de Messi le plus grand et qui a fait de Mourinho un simple parvenu s’en va. La rénovation de Pep était devenue en quelques semaines le secret le mieux gardé de Catalogne. Renouvellera , renouvellera pas ? La question était même devenue taboue en conférence d epresse. Plus aucune question n’était acceptée sur ce thème. Évoquer le thème et la paix civile était menacée. Quand il y a quelques semaines Xavi Hernandez lance un « j’ai confiance en sa rénovation, Pep est plus culé le poteau de corner  » , le monde se calme et la Catalogne referme les yeux. Mais les culés le savaient tous. Plus l’attente était longue, moins la prolongaton était probable. Ce matin le Michel-Ange de Barcelone vient de terminer sa chapelle Sixtine. Il laisse un chef-d’œuvre derrière lui.

Pourquoi partir ? Bien sûr, il y a Tito Vilanova et ses problèmes de santé. Son compagnon de route semblait fatigué de tant de déplacement et de pression. C’est sa parotide qui l’avait retenu en novembre sur un lit d’hôpital. Les proches de Guardiola racontent que c’est ce jour-là que Pep a pris conscience de la fragilité de sa mission au Barça. C’était la première fois que Tito n’était pas à sa droite depuis l’époque du Barça B. Il y a aussi sa petite fille, Valentina, née il y a quatre ans et qu’il n’a pas vu grandir. Et puis surtout il y a son groupe. Petit à petit Guardiola a perdu le contrôle sur ses joueurs. Être Guardiola est exténuant. Car là où la majorité des entraineurs se plaisent à répartir les rôles entres leurs adjoints, Pep lui est à la fois le papa et la maman. Celui qui câline et celui qui sanctionne. Messi est le chouchou, celui qui « décide quand il veut jouer  » répétait Pep. Piqué, lui, est l’un de ses enfants capricieux: « Gérard est quelqu’un d’ouvert et qui s’intéresse à beaucoup de choses qui n’ont rien à voir avec le foot » . De la bouche de Guardiola, qui exige une attention totale et un dévouement complet à sa mission, c’est un péché. Pep est las. Un point c’est tout.

Dès lors, quel avenir pour le Barça ? Le FC Barcelone est un club qui a besoin de figures mythiques. Il y a eu Gamper, Kubala et Cruyff. Défaitiste par nature et pessimiste par essence, le club de presque toute la Catalogne ne supporte pas le départ d’une de ses idoles. Là où le Real est un club qui ne vit que par la victoire et l’épopée, le Barça est une institution qui transcende l’enjeu sportif. La tâche de Vilanova est immense. Car être socio du FC Barcelone a quelque chose d’identitaire. En 1996, la fin de l’ère Cruyff comme entraineur avait généré presque 10 ans d’engueulades, de prises de tête et de lose à la catalane. Malgré les titres (Liga 1998 et 1999), les ballons d’or et malgré Charly Rexach (légende du club et ex-adjoint del Flaco) le FC Barcelone hésitait entre influence hollandaise (Van Gaal, Rijkaard, Overmas, Cocu) et brésilienne (Ronaldo, Rivaldo, Ronaldinho). Guardiola semblait avoir étouffé les guerres de clans et les complexes identitaires. Catalan, Cruyffien et milieu, Pep était plus que le président. Vilanova c’est une idée de Zubizareta. Il sera toujours moins que Pep. Le futur du Barça, c’est Xavi. Mais ça c’est une autre histoire.



Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 151
Partenaires
Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 30 jeudi 16 août Un match de Liga prochainement joué aux States 65