Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Milan AC

Guardiola pour une révolution milanaise ?

Le Corriere dello Sport en est certain : du banc aux plus hautes sphères du Milan AC, des changements vont s'opérer. Car en ce moment même, quelque chose se trame via Turati. La condition pour que ça s’accélère : que Pep Guardiola débarque au club. Possible ? Oui.

Modififié
« Pep m'a appelé pour me dire qu'il viendrait me rendre visite bientôt. Je lui ai demandé s'il venait en tant que touriste ou entraîneur, et il m'a dit : "Les deux ! » Carlo Mazzone, ancien coach de Guardiola à Brescia de 2001 à 2003, a lâché cette information un brin nébuleuse le 27 septembre dernier. Impossible, selon certains, que le technicien catalan aux 14 titres en 4 saisons au Barça, sorte de son année sabbatique à New York pour se rendre au chevet d’un club vieillissant, embourbé dans une crise sportive sans précédent sous l’ère Berlusconi. Mais justement, le grand patron rossonero ne compte pas faire les choses à moitié. Et là où la théorie déployée aujourd’hui par le Corriere dello Sport est pertinente, c’est que ce Milan sans stars ni paillettes semble vouloir construire sur l’avenir. De la jeunesse pour réussir en Italie ? Et si c’était ça, le défi qu’attend Guardiola ?

Pep, le point de départ

Avant de s’étaler sur une possible "révolution milanaise", il convient de préciser, d’insister même, sur le fait que tout est conditionné par l’arrivée de Pep en Lombardie. Un technicien qui voit les demandes s’amonceler sur le bureau de sa résidence de vacances, du côté de la Grosse pomme. Les plus grands clubs des plus grands championnats européens l’ont dragué tout l’été, et continuent encore aujourd’hui. Mais le défi le plus intéressant pour Guardiola n’est ni à Chelsea, ni au Bayern. Il est à Milan, un club en crise, qui vient de se séparer cet été de toutes ses stars (des vieux de la vieille comme Nesta, Seedorf ou Gattuso, aux immenses Thiago Silva et Ibrahimovic). Pourquoi ? Parce que Pep a tout à faire, à Milan. Tout est à reconstruire, et le fait de parier sur la jeunesse des joueurs et cadres, ne peut être qu’un argument qui pèse.

OK, le récent recrutement milanais n’est pas bandant, et, à première vue, ne va pas vraiment dans ce sens. On a plutôt tendance à retenir du dernier mercato les arrivées de Traoré ou Constant, des joueurs tout juste honnêtes, qui pour beaucoup n’ont rien à foutre dans un vestiaire qui un an auparavant avait tout de prestigieux. On oublie donc, au passage, que les De Sciglio, Niang et El Shaarawy sont là, eux aussi. L’intention de Berlusconi est donc claire : miser sur des pépites d’avenir. Forcé de changer de politique par les temps qui courent (finis les achats de stars vieillissantes pour des dizaines de millions d’euros), le boss milanais songe à une réorganisation de son organigramme. Pep est l’objectif absolu. Mais il n'y a pas que lui. Et c’est là, que c’est croustillant.

Un jeu de chaises musicales en prévision


En effet, ces changements seraient nombreux. Très nombreux, et très surprenants, aussi. Outre le départ obligatoire du coach Massimiliano Allegri en cas d’arrivée du Pep, on parle d’un coup de tonnerre, qui concerne Adriano Galliani. Le bras droit de Berlusconi (officiellement administrateur délégué) pourrait bien quitter le club, mais par la grande porte et pour un joli poste à en croire le Corriere, celui de président de la Lega Calcio. A sa place serait promue… Barbara Berlusconi. Une Lady B qui possèderait quelques favoris à certains postes stratégiques. C’est ainsi que Paolo Maldini, 44 ans, ancien capitaine et légende du club milanais, serait nommé directeur sportif, en lieu et place d’Ariedo Braida, qui occupe sa fonction depuis dix ans. De la jeunesse pour guider la jeunesse. La logique serait respectée, il faut dire. Passés les noms ronflants et connus, place aux hommes de l’ombre. Galliani parti et BB Blonde en vice-présidente, manque donc un administrateur délégué, un vrai.

Un rôle pour lequel deux prétendants sont positionnés. Le premier, le plus probable pour la succession d’Adriano, serait Claudio Fenucci. Un mec qui occupe actuellement le même poste à la Roma, un autre club en instance de réorganisation. L’alternative à cet ancien directeur technique de Lecce se nomme Giuseppe Biesuz (sacré blase), gestionnaire des transports ferroviaires en Lombardie, qui aurait déjà quelques billes bien placées. Tu m'étonnes... Mais subsiste une question : quand tout cela sera-t-il possible ? Si tout porte à croire qu’un homme comme Guardiola ne débarquerait à Milan que l’été prochain (de son propre aveu, puisqu’il a parlé d’ « une » année sabbatique), quelques éléments pourraient sauter à n’importe quel moment de la saison. Une saison qui devrait donc être la seule d’un Milan faiblard et sans ambition. Derrière les difficultés, la crise sportive et économique, il y avait donc un plan. C'est peut-être ça qui fait qu'un club est grand. Mais en attendant de voir si tout cela se concrétise, reste aux tifosi à serrer les dents, le temps que le changement se produise. Et puis, merde, avant cela, il y a un derby milanais à disputer, dimanche soir. Sans Pep.

Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 8 heures 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
il y a 1 heure Froger vers l’USM Alger
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi
il y a 5 heures Un supporter mexicain fait sa demande en mariage après la victoire 8 Podcast Football Recall Épisode 27 : Neymar boit la tasse, l'Allemagne KO et Thauvin à terre Hier à 21:23 Zuber égalise d'un coup de crâne pour la Suisse 3 Hier à 20:20 Le sublime but de Coutinho face à la Suisse 2 Hier à 17:45 Lozano climatise l'Allemagne 5 Hier à 17:15 Maradona, le cigare et les yeux tirés 57 Hier à 14:58 La liesse des supporters mexicains à Moscou 2 Hier à 13:48 Un fan égyptien en fauteuil porté dans une fan zone 4 Hier à 11:10 Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 15 Hier à 10:33 Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 10 Hier à 08:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes samedi 16 juin Le CSC malheureux d'Etebo 1 samedi 16 juin Le penalty de Cueva qui s'envole 9