Grenier, combien de divisions ?

Condamné par le retour de Gourcuff, voire à plier les gaules pour céder la place à Corgnet, il n’a fallu que deux matchs à Clément Grenier pour s’affirmer comme le meneur le plus décisif du moment. Et si après avoir détrôné les héritiers de Juni, c’était lui le meilleur ? Pas si simple…

Modififié
4 18
Il y a encore quelques semaines, on ne donnait pas cher de sa saison. D’un côté, les premières apparitions de Gourcuff qui sentent le retour de flamme et promettent de le scotcher au banc pour les prochains mois. De l’autre, Aulas qui dégaine des noms en guise de monnaie d’échange au moment de boucler une fin de mercato serrée. Si bien que le sien finit par sortir dans le cadre du plus improbable des échanges : avec Jérémy Pied, Clément Grenier fait partie d’un lot destiné à l’OGC Nice pour pouvoir récupérer Fabian Monzon. Si l’affaire semble bien partie pour être bouclée fissa, personne n’a jamais pensé à demander son avis au premier intéressé. En moins de temps qu’il n’en faut pour faire dérailler un scénario bien établi, le jeune milieu lyonnais va reprendre son rôle préféré, celui du boy next door qui vient occuper la place qui était en train de lui échapper.

Ex big thing

Il a d’abord fallu un drôle de coup du destin, celui qui semble s’acharner sur Gourcuff, pour que Grenier gagne le droit de sauver la mise. Ne restait plus ensuite qu’à s’en remettre à son talent pour que le charme opère. A en croire ses lignes de stat’ alignées à chacune de ses apparitions, le garçon n’en manque pas : impliqué sur tous les buts de son équipe face à Troyes et à VA, il a même trouvé le moyen d’y aller du sien, de but, pour plier le match samedi dernier. Pour ceux qui suivent ses performances, le coup d’éclat a tout du prélude au triomphe annoncé. Car Grenier fait bien partie de ces quelques pépites formées au club dont il se dit, à intervalle régulier, qu’elles ont tout pour être "the next big thing". Si Benzema et Ben Arfa furent des sommets du genre, d’autres ont eu depuis toutes les peines du monde à confirmer les belles promesses – on pense à Tafer et Belfodil. Restait encore à savoir ce que le garçon pouvait bien avoir de plus que les autres pour s’imposer au plus haut niveau.

La question s’est d’autant plus posée pour Grenier lors de son passage chez les pros, à tout juste 17 ans. En 2008, Juninho doit tirer sa révérence et l’OL sortir près de 44 millions d’euros pour s’offrir la plus belle collection de meneurs de L1 : Pjanic, Ederson et Gourcuff. Pour les deux saisons à venir, la place de Genier se situe alors au mieux en tribunes, le reste du temps avec la Pro2 en CFA. Pile ce qu’il faut pour s’impatienter et se payer une réputation de sale môme un peu trop sûr de son talent. Le cas de l’apprenti-meneur commencer à diviser au sein du club. D’un côté, ceux qui s’agacent de ses mauvaises manières et de son intermittence. De l’autre, ses formateurs, parmi lesquels Robert Valette : « Dans le jeu, on ne peut pas dire qu’il soit facile techniquement, mais il a cette capacité d’analyse des grands joueurs. (…) Avec l’expérience et la maturation, il ira loin. J’ai vu Toulalan arriver de Nantes avec 150 matchs de L1 derrière lui. Clément, dans un ou deux ans, sera lui aussi incontournable. A Lyon ou ailleurs. » (France Football)

Passe d’accélération

De ce qu’on sait, c’est la même rengaine qui vient de se rejouer en ce début de saison : Aulas prêt à sacrifier Grenier en ralliant ceux qui voyaient davantage Corgnet dans le rôle de la doublure officielle de Gourcuff. Jusqu’à ce que Rémi Garde se fende d’une intervention du genre tranchante, liant la présence de Grenier à son projet pour l’équipe : « Clément est un joueur qui est non seulement identifié au club, mais également à la politique que l’on veut mettre en place. Je l’ai réaffirmé au président, et je n’ai pas eu besoin de la blessure de Yoann pour cela. » Avant de rejoindre les Espoirs, le jeune meneur a eu largement le temps de donner raison à son coach, dans un 4-2-3-1 qui fait la part belle à sa principale qualité : « Si certains sont capables d’éliminer sur un contrôle, moi, c’est la passe. J’essaie de jouer le plus simple possible pour donner de la fluidité au jeu. » (L’Équipe) Un genre d’accélérateur de particules comme le furent en d’autres temps Dhorasoo ou Carrière, l’impatience en plus peut-être qui l’amène à traverser les dix premières minutes face à Troyes comme un spectre, perdant une bonne partie de ses ballons à vouloir faire la différence sur le champ. La suite se passe encore sur courant alternatif, entre inspirations géniales et coups de pompe coupables au fil de la partie. Façon de dire qu’il y a encore de la place pour douter du niveau du joueur chez ses contempteurs. Et de nouvelles opportunités du côté de Grenier pour en venir à bout. Comme une déclinaison sans fin de l’art de la passe.



Par Serge Rezza
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Et si il ne comble pas les espoirs placés sur lui on dira qu'il est vide. Bah oui, un vide-grenier...
yanusdechien Niveau : DHR
"Grenier, combien d'étages ?" aurait été sympa aussi !
corgnet est pas mauvais mais bon, grenier est quand même bien plus talenteux..
sandro l'obèse Niveau : Ligue 1
Mmm attention avec ce genre de joueur, un gros potentiel mais aussi une tendance à l'irrégularité à un poste où c'est le plus important, la régularité.
On a vu le résultat avec Hatem qui peine encore à régler le problème.
Le point positif c'est que ce genre de joueur marche à la confiance de son entraîneur ce qui semble être le cas avec Garde.
En tout cas ça fait plasir de voir sortir des joueurs de ce style, trop rares en France
NikkoFromLyon Niveau : CFA
Chose que j'aime bien chez Grenier c'est un discours assez humble, qui tranche avec pas mal d'histoires (ragots ?) que l'on commençait à entendre sur lui.

Pour le reste il a un réel potentiel mais une irrégularité, voire une indolence qui est assez insupportable; il semble disparaître des matchs pour en ressortir sur un joli coup de patte certes, mais encore bien insuffisant.

Saison de la vérité pour lui, je pense.
Je sais pas pourquoi mais il me fait penser à Anthony Davis... Pas pour le talent, mais pour un attribut physique. Ou à Bosingwa aussi
Delavigne Niveau : DHR
J’adore ce joueur, par son niveau pour son age, par se promesses a venir (ou pas, on verra, mais laissez nous rêver!).
J'étais trop deg de cette rumeur et suis bien content qu'il soit resté!
Il a des qualité indéniables, vous verrez :)
Si seulement lui et Gourcuff pouvaient être alignés en même temps. En mettant Gourcuff en 8, Grenier en 10 et Gonalons en 6. Ca pourrait faire mal. Mais bon il faut que Gourcuff retrouve son niveau du début de saison lorsqu'il reviendra de blessure...
Il est clair que le vendre à Nice pour dégraisser la masse salariale eut été stupide.
chiliconfondue Niveau : District
Gonalons-Gourcuff-Grenier (3G, ha ha ha...), version française de Diarra-Tiago-Juni ?
footchampagne Niveau : Ligue 2
Ne compare pas Juni Diarra et Tiago à ce qu'il y a actuellement (même s'ils se débrouillent pas mal) s'il te plaît.
ça n'a rien à voir.
Je suis vraiment super content qu'il soit resté avec nous.

Ce jeune joueur est vraiment excellent!

On a bien vu le match face a Evian ou il n'etait pas la on avait un jeu collectif proche du neant, n'arrivant jamais a aligner 3 passes d’affilé.

Face a VA il arrive et est directement impliqué sur les 3 buts.

Et lors des matchs precédents il avait deja delivré quelques caviars.

Grenier un futur grand (je l'espere car il en a le potentiel)
Grenier est irrégulier certes, mais je connais très peu de joueur régulier à 20 ans.
De plus, il n'a pas toujours eu sa chance en raison d'une grosse concurrence, blessures ou parce que le contexte ne permettait pas de lancer des jeunes.
Il rate encore beaucoup de chose, notamment des passes un peu trop rapide ou mal dosée mais c'est à chaque fois "bien joué", dans le sens du jeu.
Il ne gagnera en constance qu'en jouant. Il a un mois, un mois et demi avant le retour petit à petit de Gourcuff. Mais s'il arrive à en profiter et à progresser, ça risque d'être tendu pour l'ami Yoann.
Gentil Ghana Niveau : DHR
Il a failli finir à la cave...
Tout ça donne du grain à moudre pour les journalistes ...
Une vie de Grenier en somme.
Son départ aurait été catastrophique. Aulas est vraiment incompétent parfois... (cf Lloris, Rémy..)
Delavigne Niveau : DHR
Je ne suis pas certain qu'on puisse traiter aulas d'incompétent au vue du passé de son club et de ce qu'il en a fait.
Qu'on aime pas l'homme, ok, qu'on mette en doute ses compétences, non. Sinon ca en devient ridicule.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le facteur crête
4 18