1. //
  2. //
  3. // Créteil-Lens

Grande nouvelle : le RC Lens va bien !

Incroyable mais vrai, le dépressif RC Lens, en arrêt maladie depuis un paquet de temps, réapprend à sourire et à danser la vie. Le voilà même qui retrouve de l’ambition en se trouvant à 2 points du podium grâce à une série de 10 matchs sans défaite. L’extrasportif ? Là, en revanche, c’est une autre histoire…

Modififié
601 16
La Ligue 1 est fade cette saison. Si, vraiment, il manque un truc : le RC Lens. Pas celui tout moribond, tristoune et inutile de la saison dernière, qui n’aurait d’ailleurs jamais vraiment dû retrouver l’élite et qui n’a fait que passer. Non, le vrai RCL, dans son vrai stade, avec son vrai public de tarés de la trompette, son beau maillot sang et or sans référence à l’Azerbaïdjan dessus, ses petits jeunes qui cartonnent, son ambition d’aller titiller les puissants. Comme si le pot de mayo était vide et qu’il fallait faire sans au moment de déguster sa barquette de frites. Merde alors, ça ne goûte pas pareil. Et si Kombouaré le bosseur dévoué a finalement décidé de rester cette saison pour s’occuper de l’équipe première redescendue fort logiquement en L2, il n’était cette fois plus vraiment question d’ambitionner la remontée en élite, en tout cas pas à court terme. Objectif 2017, tel semblait être le mot d’ordre dans les travées du nouveau stade Bollaert-Delelis, et le début de saison n’incitait guère à plus d’optimisme, loin de là : une place de relégable après 6 journées, une première victoire au bout de la 8e journée seulement… La crise extra-sportive, latente et inquiétante depuis qu’a filtré l’information selon laquelle le propriétaire Hafiz Mammadov avait de gros soucis financiers, se doublait d’une nouvelle crise sportive. Non seulement il ne semblait plus question de viser une promotion, mais il s’agissait en fait carrément d’essayer de sauver sa peau dans cette deuxième division si homogène et piégeuse… Une grande fébrilité, tel était l’état d’esprit général du côté de Lens jusqu’au milieu de l’automne.

Une équipe besogneuse, un public qui kiffe


Mais depuis, tout a changé et les Sang et Or se sont mis à retrouver de l’ambition et ont cessé de regarder dans le rétroviseur. L’équipe n’est pourtant pas soudainement devenue une impressionnante machine à écraser ses adversaires, mais du moins elle ne perd plus, et elle gagne même le plus souvent. Difficilement, certes, presque toujours, mais elle prend les points. Le changement est spectaculaire. De la 1re à la 10e journée, le bilan était le suivant : 10 points pris, seulement 2 victoires, 4 défaites, 7 buts marqués, 13 encaissés. De la 11e à la 20e journée disputée le week-end dernier, le calibre a totalement changé : 22 points pris, 6 victoires, pas une défaite, 14 buts marqués, 7 encaissés. En gros, c’est plus que deux fois mieux. La grande force de ce RCL, ce n’est pas tant son jeu – qui ne rivalise pas avec les cadors de la L2 cette saison que sont Nancy et Dijon –, mais son état d’esprit irréprochable. Une abnégation qui lui a encore permis de gagner à l’arrache samedi à Beauvais face au Red Star, un concurrent direct, avec le but de la gagne marqué dans les arrêts de jeu (2-1). Au concours du maillot mouillé, les Lensois jouent l’écharpe de vainqueur et le public adore. Ils étaient près d’un millier de supporters à avoir fait le déplacement pour ce match face aux Franciliens, de loin la meilleure affluence des visiteurs pour un match en France ce week-end, L1 et L2 confondues. Ce RCL besogneux, à l’ancienne, plaît. Il n’y a peut-être pas dans l’effectif actuel de nouveaux Aurier, Varane ou Kondogbia, partis trop tôt exploiter leur talent faute de pouvoir les retenir, mais la jeunesse du moment répond présent : Bourigeaud, Cyprien ou le petit dernier Simon Banza. Si Chavarría, Autret and co savent se montrer encore plus réalistes offensivement et si la défense continue de faire preuve de plus de solidité, il n’y a plus aucune raison de ne pas jouer le podium. Il n’est plus qu’à 2 points pour une équipe actuellement classée en sixième position, son plus haut positionnement de la saison.

Youtube

Une remontée immédiate, cadeau empoisonné ?


D'ailleurs, les adversaires ne s’y trompent pas. Après le dernier match de l’année 2015 et la victoire 2-0 des locaux à Bollaert, l’entraîneur de Bourg-Péronnas Hervé Della Maggiore avait déclaré : « Je trouve qu’ils ont vraiment pris leur rythme de croisière. Ils vont lutter pour la montée et le méritent amplement. » À très court terme, il reste tout de même à bien gérer ce mercato hivernal que Kombouaré exècre et qui pourrait déstabiliser le bon équilibre d’équipe du moment. Le départ de l’échec Bekamenga vers Metz était prévu, il pourrait permettre de recruter un joueur offensif (Augustin du PSG et Aristeguieta de Nantes ont été sondés). L’espoir Wylan Cyprien est courtisé, notamment en Italie (Palerme). Lens pourra-t-il le retenir ? Sa trésorerie reste fragile et c’est tout le problème de la formation artésienne à moyen terme : elle ne sait pas encore bien de quoi son avenir sera fait. Il doit logiquement se préparer sans Hafiz Mammadov, propriétaire vendeur d’un club dont il a acquis les parts en 2013. Sauf que le repreneur le plus intéressé, l’homme d’affaires belge Grégory Maquet (Century 21 Benelux), désespère de pouvoir présenter son projet de reprise au businessman azéri. Au point de se lasser et de laisser tomber l’affaire ? Ce n’est a priori pas d’actualité, même si l’éternel président Gervais Martel a laissé entendre ces derniers jours qu’il aurait sous le coude un plan B avec un intérêt d’un groupe américain. Tout ceci reste flou et ce n’est pas pour rassurer la DNCG, qui auditionnera encore scrupuleusement les comptes du club en fin de saison, peu importe ce que le verdict sportif aura livré. Dans ces conditions, est-il vraiment si raisonnable d’espérer remonter tout de suite en Ligue 1 ou faut-il préférer retrouver un peu de stabilité à l’étage en dessous et faire preuve de sagesse, pour une fois, en gardant l’objectif de promotion en 2017 ? La question mérite d’être posée…


Par Régis Delanoë
Modifié

Dans cet article

Merci pour le titre. J'imagine que c'est un hommage. René on t'aime <3
Un exemple à prendre pour une équipe sudiste en pleine déroute ?...
Pas certain que la montée directe soit une bonne chose. Si c'est pour faire l'ascenseur tous les ans... Mais la L1 à Bollaert, putain.
Note : 1
Ca fait plaisir pour Antoine Kombouaré, je l'aime beaucoup ce coach !
autant Kombouaré faisait des choix plus que discutables en début de saison (N'Daw les plus mauvais joueur de foot de tout les temps) autant depuis fin octobre l'équipe tourne super bien et c'est grace a lui donc un GRAND merci AK et aux joueurs de mouiller le maillot!!
Message posté par festen
Pas certain que la montée directe soit une bonne chose. Si c'est pour faire l'ascenseur tous les ans... Mais la L1 à Bollaert, putain.


Perso, je préfère monter puis redescendre plutôt que de ne pas remonter rapidement et d'enchainer les saisons dans le ventre mou de la L2, c'est là où l'ambition risque de s'amenuiser au fur et à mesure.
alors oui sur le plan sportif ça va mieux, la série en cours permet de croire au podium. l'équipe est à l'image de Kombouaré, combative et solide, elle lache rien comme la victoire dans le temps additionnel le week end dernier. Apres tant que mamadov sera dans les parages, et que Martel nous fera miroiter monts et merveilles (ah lui il a toujours quelqu'un sous le coude !) le club ne retrouvera pas de stabilité à long terme.
On dit artésienne et non artoise !!!
Régis Delanoë Niveau : DHR
Merde, oui, coquille scandaleuse. Je corrige.
Dans le sujet on parle de la DNCG mais le ressenti que j'ai c'est qu'on l'impression que les dirigeants n'ont plus trop peur de passer devant la DNCG.

Concernant le début de saison qui était à chier, on voit une amélioration notable des résultats mais le jeu est toujours hyper limité. La ligue 1 j'en rêve, mais ça risque d'être compliqué quand même! Après pourquoi pas quand on voit Caen et Angers cette saison...
En même temps les lensois peuvent se focaliser sur le sportif, ils auront beau avoir un actionnaire fantôme, une trésorerie digne d'un kebab de province et une gestion de famille américaine surendetté, les institutions (collectivités et Etat) continueront à maintenir le club à flots.
Message posté par boyoflens
Dans le sujet on parle de la DNCG mais le ressenti que j'ai c'est qu'on l'impression que les dirigeants n'ont plus trop peur de passer devant la DNCG.

Concernant le début de saison qui était à chier, on voit une amélioration notable des résultats mais le jeu est toujours hyper limité. La ligue 1 j'en rêve, mais ça risque d'être compliqué quand même! Après pourquoi pas quand on voit Caen et Angers cette saison...


Merci de ne pas comparer Lens avec Caen et Angers, surtout si vous travaillez à SoFoot, vous devriez pouvoir remarquer le monde qui sépare le RCL de ces deux clubs qui travaillent remarquablement bien depuis plusieurs années.

Lens, c'est un ogre historique mais une petite souris aujourd'hui dans le paysage sportif français. Son public lui permet néanmoins de garder la tête hors de l'eau et c'est cela qui pourrait permettre à quelque entreprise de reprendre ce club qui ne cesse de faire de mauvais choix depuis la descente en 2008, à la dernière journée.

Lens est (malheureusement) extrêmement loin de Caen et Angers. À Lens cela fait bien des années que l'on ne parle que "d'argent", comme si le foot était uniquement la conséquence d'une "budgétisation" réussie en début de saison. Regardez Martel qui a eu les yeux plus gros que le ventre cette fameuse saison noire 2014-2015, 48 millions ? Une blague.

Aujourd'hui le club est dans une merde noire, dans l'attente d'un énième sauveur qui serait capable d'injecter la somme nécessaire, certes, c'est inévitable, mais également de faire des choix sportifs forts. Virer tous ces incompétents, présents dans l'organigramme grâce au copinage politique d'un président dépassé par l'évolution moderne du football.

Oui le peuple lensois se doit d'adorer Martel pour ses actions passées, mais le problème c'est que Martel en est à sa huitième "saison de trop".

Merci monsieur Martel d'avoir amené le racing jusqu'au titre national suprême, d'avoir fait venir la Ligue des Champions à Bollaert, Arsenal, Milan et j'en passe. Oui merci, mais maintenant, lâchez, puisque vous tuez le club.

Lens a les moyens de redevenir une place forte du football français (comme l'a fait l'ASSE au milieu des années 2000) mais pour cela il faut changer les choses.
Organigramme, cellule de recrutement et même la formation (que l'on nous vend comme celle de Lyon, Ah ! Hérésie !) tous cela doit changer.

Prenons exemple sur ces clubs qui se sont concentrés sur le SPORTIF et non sur le FINANCIER. Parce que c'est en réussissant SPORTIVEMENT que l'on réussi ÉCONOMIQUEMENT.

Ps : j'adore votre journal quand même.

T.C
panic-ambiance Niveau : District
Ravi de voir un buts sur un dégagement ou sur des tirs contrés, le but sur CSC
panic-ambiance Niveau : District
Aarf mon message s'est envoyé alors que je ne l'avais pas fini alors je recommence.

Je suis ravi de voir un article sur la bonne forme de notre club mais il faut savoir que nous avons actuellement beaucoup de réussite, pour ne pas dire de chance. En effet, sur la série de 10 matchs sans défaite, nous n'en avons gagné qu'un seul par de buts d’écart. Autrement dis, nous avons gagné nos matchs grâce à un dégagement (à Auxerre), d'un CSC (contre le red star) et à plusieurs frappes déviées par des défenseurs adverses.

Surtout on ne pas pas dire que nous ayons un fond de jeu excellent et cela s'ajoute à un recrutement estival en grande partie raté mis à part Autret et dans une moindre mesure Ikoko + Lala.
Message posté par T_Chz
Merci de ne pas comparer Lens avec Caen et Angers, surtout si vous travaillez à SoFoot, vous devriez pouvoir remarquer le monde qui sépare le RCL de ces deux clubs qui travaillent remarquablement bien depuis plusieurs années.

Lens, c'est un ogre historique mais une petite souris aujourd'hui dans le paysage sportif français. Son public lui permet néanmoins de garder la tête hors de l'eau et c'est cela qui pourrait permettre à quelque entreprise de reprendre ce club qui ne cesse de faire de mauvais choix depuis la descente en 2008, à la dernière journée.

Lens est (malheureusement) extrêmement loin de Caen et Angers. À Lens cela fait bien des années que l'on ne parle que "d'argent", comme si le foot était uniquement la conséquence d'une "budgétisation" réussie en début de saison. Regardez Martel qui a eu les yeux plus gros que le ventre cette fameuse saison noire 2014-2015, 48 millions ? Une blague.

Aujourd'hui le club est dans une merde noire, dans l'attente d'un énième sauveur qui serait capable d'injecter la somme nécessaire, certes, c'est inévitable, mais également de faire des choix sportifs forts. Virer tous ces incompétents, présents dans l'organigramme grâce au copinage politique d'un président dépassé par l'évolution moderne du football.

Oui le peuple lensois se doit d'adorer Martel pour ses actions passées, mais le problème c'est que Martel en est à sa huitième "saison de trop".

Merci monsieur Martel d'avoir amené le racing jusqu'au titre national suprême, d'avoir fait venir la Ligue des Champions à Bollaert, Arsenal, Milan et j'en passe. Oui merci, mais maintenant, lâchez, puisque vous tuez le club.

Lens a les moyens de redevenir une place forte du football français (comme l'a fait l'ASSE au milieu des années 2000) mais pour cela il faut changer les choses.
Organigramme, cellule de recrutement et même la formation (que l'on nous vend comme celle de Lyon, Ah ! Hérésie !) tous cela doit changer.

Prenons exemple sur ces clubs qui se sont concentrés sur le SPORTIF et non sur le FINANCIER. Parce que c'est en réussissant SPORTIVEMENT que l'on réussi ÉCONOMIQUEMENT.

Ps : j'adore votre journal quand même.

T.C


Absolument d'accord avec toi.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
601 16