1. //
  2. //
  3. // Ce qu'il faut retenir

Grand soleil sur Lille

L'OM revient, Rennes s'incruste, Aulas kiffe et Paris commence sa chute. Le tout sous le regard de Lillois toujours aussi costauds. Quel temps fait-il en France ?

Modififié
0 1
Grand soleil

Lille

Les Lillois connaissaient les scores de leurs concurrents. Alors forcément une victoire contre Toulouse était la bienvenue. Résultat, un succès logique et solide (2-0) pour la 500ème de Landreau en Ligue 1. Sans être géniaux, les Dogues ont assuré l'essentiel. De Melo s'est même payé son but dans le money time. Une habitude. Les ouailles de Rudi Garcia continuent leur échappée solitaire et semblent de plus en plus crédibles dans leur liquette jaune. Pour une fois, Moussa Sow s'est raté dans le dernier geste. Même pas mal.

Températures idéales

Lyon

JMA est passé des larmes au rire en 90 minutes. Lorsque son équipe se retrouve menée à Geoffroy-Guichard, un supporter des Verts vient lui offrir une Playstation en tribune. Une boutade. Sauf que Jean-Mimi se fait dessus en pensant à un objet contondant. La frayeur passée, JMA se délectera du show délivré par les siens. 4-1, soit la plus probante victoire au cours d'un derby dans le Chaudron et surtout, des petites vannes bien senties en fin de rencontre. Oui, Jean-Michel s'est payé une érection présidentielle en mimant le score du match en tribune. Filou. Lyon revient fort, très fort.

Rennes

Le Stade Rennais a beau ne pas planter beaucoup de pions et posséder une infirmerie XXL (Kembo, Mangane, Marveaux, Dalmat, Apam, Mandjeck...), il est actuellement le dauphin du Roi lillois. En s'imposant deux fois à la maison en une semaine (1-0 contre Paris, 2-0 contre Nice), les Rouge et Noir ont envoyé un message à la concurrence. Il faudra compter sur eux. Surtout, la marge de manœuvre des Bretons est considérable compte tenu des joueurs sur le carreau et du calendrier allégé (ils n'ont plus que la Ligue 1 au menu). En attendant, Nicolas Douchez réalise des miracles dans les bois et ça suffit pour mener la meilleure défense du pays (17 buts encaissés) dans les hautes sphères nationales.

Beau temps annoncé

Marseille

André-Pierre Gignac affirmait que 2011 serait son année. Et force est de constater qu'APG tient ses promesses (cinq buts depuis le 1er janvier). Dans le Doubs, face à la meilleure équipe à domicile du championnat, l'OM s'est adjugé les trois points. Une victoire signée Dédé, auteur d'un doublé salvateur. Une frappe enroulée en dehors de la surface et un amour de volée décontractée sur un caviar de Loïc Rémy, le numéro 10 a vidé son barillet. L'avant-centre solide, physique et flingueur retrouve le rythme au meilleur moment. Surtout, en étant efficace sur le front gauche de l'attaque olympienne, Didier Deschamps a gagné son pari. Rooney peut crâner avec sa bicyclette, APG a répondu dans la foulée.

Grisaille en vue

Paris

A force de crier, tout le monde commence à entendre. Apoula Edel, gardien du Paris-SG, souhaite prolonger son bail avec son club. Un contrat qui arrive à échéance en juin. Seulement le portier est une tanche. Contre Lens, le mec en liquette violette n'a effectué aucun arrêt (à sa décharge, Lens n'a cadré aucune frappe). Pour autant, Apoula s'est payé une sortie schumacheresque en démâtant son coéquipier Sylvain Armand en première période. Histoire de faire parler de lui. Encore. Victime d'un léger traumatisme facial, le défenseur central s'est douché plus tôt. Edel n'a toujours pas sorti un seul gros match en championnat. Au classement, ça se ressent. Paris s'est fait jarter du podium. Moche et prévisible.

Temps de merde

Bordeaux

66, le chiffre du mal. C'est la minute à laquelle Yoan Gouffran a décidé de se séparer de sa malléole droite contre le Stade Malherbe. Pourtant, l'ancien Caennais pensait avoir redonné l'avantage à son équipe contre ses anciens collègues. C'était sans compter sur un hors-jeu litigieux sifflé par le corps arbitral. Forcément, les Girondins s'en sont pris à Saïd Ennjimi que Jean-Louis Triaud a qualifié de « désastreux » . Une colère qui en ferait presque oublier l'essentiel. Bordeaux a encore losé et pointe à une peu reluisante neuvième place.

En bref

Monaco – Lorient, un match, deux bijoux. La toile d'Audard et la lunette de Gameiro. Plaisir. Enfin, Auxerre s'enfonce sans crier gare dans les méandres du classement après sa gifle reçue à Nancy. Une équipe lorraine retrouvée sous les crampons d'un Féret décidément très talentueux. L'AJA est dix-septième et reste sur quatorze matches sans victoire. SOS.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1