En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 31e journée
  3. // Lyon/ASSE (1-2)
  4. // Les notes

Gradel Matador

Dans un 3-5-2 inédit, Saint-Étienne est allé gagner chez une équipe lyonnaise dont n'importe qui aurait pu deviner qu'il manquait du monde (1-2). Et un mec nommé Max-Alain Gradel s'est chargé de poignarder les Gones.

Modififié

Olympique lyonnais


Lopes (5) : Derby ou pas, motivation ou pas, quand on est troisième gardien, au bout d'un moment, ça finit par se voir. Les deux buts, Joël Bats les aurait évités. Avec une écharpe s'il le faut.

Bedimo (6) : On le sent émoussé, mais il se jette encore à corps perdu dans la bataille. Il n'y a qu'une action où il a préféré gérer, l'échappée de Cohade sur son côté pour le deuxième but des Verts. C'est con...

Koné (5) : Il a fait le voyou à la fin avec les Stéphanois. Il aurait été plus inspiré de le faire dans sa surface, lorsqu'Erding s'apprêtait à marquer le premier but...

Gonalons (5) : La preuve qu'être une bonne sentinelle, dure sur l'homme, ne suffit pas pour passer avec succès en défense centrale.

Telisso (7) : Il a mesuré Brandão aux forceps avant de montrer qu'il pouvait aussi être technique. De son match découle une info transfert : le prêt de Miguel Lopes ne sera pas prolongé.

Ferri (4) : Tout le match, il a cherché à foutre un gros tampon, pour se mettre les supporters dans la poche. Mais il était trop lent pour toucher qui que ce soit.

Malbranque (6) : À 34 piges, il a mis un point d'honneur à faire chier les Verts, chez qui il est furtivement passé en 2012. Mais il n'allait pas faire gagner le match tout seul non plus, c'est pas Pirlo, on le sait.

Mvuemba (6) : Un match honnête, avec de belles initiatives en première mi-temps, qui ont presque fait oublier qu'il était le réserviste dont tout Lyon aimait se moquer.

Gourcuff (7) : Un nouveau parcours de croix en guise de match de foot, le pauvre Yoann s'en prenant dans tous les sens. Il a d'ailleurs dû sortir à la mi-temps. Mais avant, il a fait son petit miracle, une talonnade géniale qui lance Gomis pour l'égalisation...

Gomis (7) : Il s'est bien battu, offrant une grosse présence physique devant à son équipe. La violence. Pour ce qui est de l'amour, un rush avec grand pont sur Bayal Sall inclus, puis une passe décisive en cloche parfaite pour Lacazette.

Lacazette (7) : Le Will.I.Am français n'a pas failli à sa réputation. Du but/tube calibré, sans surprise.

Briand (5) : Il a eu la même occase que Gradel. Mais lui ne l'a pas mise. Malin, il a évité de se prendre la tête à deux mains pour ne pas se faire remarquer.

Danic (6) : Il s'entraîne dur pour la nuit des Sosies, il a donc demandé à remplacer Malbranque.

AS Saint-Étienne


Ruffier (6) : Avec son physique et son QI supposé, c'est l'exact opposé de Yoann Gourcuff. Mais à la fin, c'est lui qui gagne. Tirez-en les conclusions que vous voulez.

Trémoulinas (6) : C'est parce que c'est lui le latéral gauche qu'on peut dire que l'ASSE a joué en 3-5-2 et non en 5-3-2. Mais son manque d'agressivité sur le but lyonnais devrait tout de même lui être fatal aux yeux de Didier Deschamps.

Zouma (7) : Il a contrôlé sans mal tous les Lyonnais qui se présentaient face à lui. Même Umtiti et Grenier dans les couloirs du stade après le match.

Perrin (7) : Il avait à disposition deux colosses pour faire régner l'ordre dans sa surface. Force est de constater que Krang le technodrome s'en est plutôt bien tiré, sauf quand il était sans Bebop et Rocksteady face à Gomis.

Sall (6) : La différence entre un boucher et un déménageur, c'est qu'une main dans la surface peut être plus facilement jugée comme involontaire.

Clerc (6) : Il est monté une fois pour mettre une frappe. Ça n'a pas souri, alors il est resté sagement derrière pour anticiper les montées de Bedimo. L'expérience.

Guilavogui (6) : Quelques actions toniques, qui font dire qu'il n'est plus très loin de son meilleur niveau. Pas de quoi donner des regrets à Diego Simeone non plus, faut pas déconner.

Lemoine (5) : Lemoine, ce n'est vraiment pas sexy, dans tous les sens du terme.

Cohade (6) : C'est vrai, le voir porter le numéro 10 est un symbole de ce Sainté pas très glamour. Mais il a couru partout avant d'avoir une idée de génie pour le second but, tirer fort sur Lopes. Il ferait le bonheur de combien d'équipes de Ligue 1 ?

Brandão (6) : En fin de match, il s'est retrouvé avec une balle de contre. Et il a commencé à surprendre son monde en accélérant et filant au but. Ouf, finalement, il a foiré l'occase en supériorité numérique. Brandão reste Brandão. Un mec qui est dans l'équipe qui gagne à la fin, tout de même...

Erding (6) : Il n'avait vraiment rien à se mettre sous la dent. Alors son but, il est allé se le chercher tout seul.

Gradel (7) : C'est un peu le Jimmy Briand des Verts. Logique que ce soit donc lui qui soit rentré pour marquer le but de la victoire des Stéphanois. Une histoire de vengeance. Et de sentiments puisque l'Ivoirien pleure à la fin dans le vestiaire.

Par Romain Canuti
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 10
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 3 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7