1. //
  2. // Le joueur de la 10e journée

Gourcuff, un retour discret

Auteur d'un doublé et d'une prestation de haut vol pour sa deuxième titularisation consécutive ce dimanche, face à Montpellier, Yoann Gourcuff pourrait bien être de retour pour de bon. Toujours aussi discret, mais à bloc dans sa tête, le meneur de jeu de l'OL a remporté une bataille, mais pas la guerre.

Modififié
12 27
À une époque où un romantique est soit un ringard, soit un génie, Yoann Gourcuff a réussi l'exploit d'être les deux à la fois. Démodé, le Lyonnais l'a été après avoir fait tourner la machine médiatique à plein régime, elle qui se cherchait un nouveau numéro 10 à aimer et détester. Admiré, l'élégant milieu l'a également été, avant d'être volontairement oublié par ses admirateurs, désireux de ne pas faire de mal à leurs petits cœurs fragiles, en manque de son toucher de balle et, il faut bien le dire, de sa bonne gueule. La vérité, c'est que Yoann Gourcuff est l'ancienne conquête du football français. Une belle histoire d'amour, celle qui brise un cœur. Un lourd vestige du passé que les amateurs de football et de Ligue 1 ont péniblement réussi à oublier avant qu'il ne réapparaisse de ses cendres tel le phénix un soir d'octobre. Ce dimanche soir, sous les yeux conquis d'un Gerland stupéfait, Yoann Gourcuff a montré que son retour sur le devant de la scène relevait bien du domaine de la réalité et non du fantasme. Ce matin, au lendemain d'une soirée que le natif de Plœmeur a illuminée comme tant d'autres auparavant, on a des envies de Jean-Yves Lafesse : « Pourvu que ça dure » .

Le silence n'est pas un oubli


« Yoann est différent. » Gourcuff père l'a clamé haut et fort un paquet de fois lors de la dernière moitié de décennie et le fiston l'a montré une nouvelle fois à la pause de Lyon-Montpellier. Convié à un débrief bronzé avec Laurent Paganelli, le meneur de jeu lyonnais se fend de deux minutes d'une analyse tactique parfaite et lucide avant de rentrer tranquillement aux vestiaires. Yoann vient de Canal+ au chômage pendant quinze minutes, lui dont Paolo Maldini avait pourtant dit qu'il « ne voulait pas travailler la tactique  » . Une affirmation que son paternel s'était empressé de démentir dans les colonnes de L'Équipe. « C'est n'importe quoi, surtout quand on connaît Yoann. Il est passionné de tactique. Je vais vous dire : à Milan, il était tellement préoccupé par le fait de respecter les principes de jeu qu'il en avait même perdu sa spontanéité.  » Parmi les choses que Yoann a paumées en cours de route, on y trouve sa langue. Très peu bavard, même durant sa période de purgatoire passée à l'infirmerie lyonnaise, l'ancien Bordelais entretient malgré lui un mystère autour de son personnage de dernier romantique du football français. S'il avoue « ne pas faire trop attention à ce qu'il se dit » sur lui, gageons que le sourire offert par ses coéquipiers suite à ses deux buts face à Montpellier le confortera dans l'idée que ce retour pourrait être le bon. « J'ai fait une reprise progressive, en respectant les délais, en fonction de mes ressentis » a-t-il également confié en marge de la rencontre de la dixième journée de Ligue 1. Du ressenti pour un footballeur d'instinct, quoi de plus normal. Si les sceptiques se disent que rien n'a changé, ce n'est pas sur le plan physique que Yoann a le plus progressé ces temps-ci. Hubert Fournier parle d'un « garçon qui a muri et s'est blindé à travers ce qu'il a vécu » . Yoann Gourcuff est tout simplement devenu grand. Lui dont on pointait du doigt le mental friable est prêt pour la bagarre. Débarrassé de cette étiquette de nouveau Zidane, Yoann l'a décidé : il n'enfilera pas le costume de nouvel Abou Diaby. S'il doit enfiler un maillot bleu, ce serait celui de Jérémy Toulalan, « un Breton, comme moi. Ce n'est pas un calculateur. » Ni un causeur. Et c'est bien connu, c'est ce qui nous attire. Ou nous fait peur.

Culture de l'instant


Peur comme ces nombres : 24, 13, 18, 18. Soit les matchs joués par Yoann Gourcuff en Ligue 1 ces quatre dernières saisons. Une statistique qui pousse à la prudence et surtout, à l'amour de l'instant présent. Aujourd'hui, on profite de Yoann Gourcuff en espérant que chaque match qu'il dispute ne sera pas celui de la rechute. L'aine, le genou, la cheville, le dos, l'échauffement, la promenade du chien, toutes les situations sont anxiogènes avec Yoann. Pour ses amis, ses supporters, mais également pour ses adversaires. Car l'homme qui est apparu solide sur ses appuis et très bien en rythme face à Montpellier, c'est un joueur capable de faire briller l'intégralité des jeunes joueurs qui l'entourent. Soit un bon paquet d'éléments. Un jour de mise au point avec l'équipe de France, Yoann s'était fendu d'un « J'ai dit que j'étais discret dans la vie, mais que, sur le terrain, j'étais le joueur le plus collectif. Beaucoup de gens parlent de moi, mais ne connaissent pas ma vie.  » Finalement, de Yoann Gourcuff, on ne connaît que le jeu. Et cela suffit amplement. Positionné à la pointe du losange du 4-4-2 de Hubert Fournier, Gourcuff scintille. C'est ici que son aptitude à prendre la bonne décision dans les 20 derniers mètres est la plus menaçante et que son amour du deuxième ballon lui permet de planter des buts. C'est également là, au contact des adversaires, que sa protection de balle et sa technique font des merveilles. C'est dans cette zone de vérité qu'il dessinait à coups de passements de jambe et de râteaux les lettres de noblesse récentes des Girondins de Bordeaux. On dit que le football est un langage universel, alors tant pis si c'est le seul que parle Yoann le discret. Car la vérité, c'est que tant que son corps ne le condamne pas définitivement au mutisme, c'est amplement suffisant pour faire comprendre qu'il n'est pas comme les autres. À tous les sens du terme.

Pour le plaisir :
Youtube


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il est de retour jusqu'à sa prochaine blessure en promenant son chien.
Le pied que ça serait d'avoir une L1 où Pastore, Payet et Gourcuff dicteraient le tempo de leurs équipes respectives. C'est bien parti pour les deux premiers, on attend maintenant que Yoyo confirme sur la durée et qu'il terrasse les renégats marseillais le week end prochain.
Note : 17
Message posté par DjangoRoro
Il est de retour jusqu'à sa prochaine blessure en promenant son chien.


Ahahah, c'est vraiment une bonne vanne !
Message posté par Louison


Ahahah, c'est vraiment une bonne vanne !


J'suis d'accord, blague originale, jamais faite, pleine d'esprit...
ToxikCheese Niveau : Loisir
Et allez, 2 matchs corrects et on a déjà droit à des articles sur Zinedine Diaby...

Oubliez le ! On en reparle quand il aura fait 30 matchs dans une saison.
Note : 23
Merci pour la vidéo. C'est toujours un plaisir de voir Sammy Traoré défendre.
kris prolls Niveau : CFA2
Swann toujours des petites références au rap sa fait plaisir!
Je vais faire la fine bouche mais j'aurais préféré un 1er article sur fékir ou ferri plutot qu'un 50ème sur gourcuff.
la routourne a tourné !
Moi j'ai toujours cru en Gourcuff. Meme Si je n'aime pas son style degueulasse de tirer les corners et coups francs.
luxe, calme et volupté Niveau : National
 //  18:17  //  Amoureux de la VPS
Note : -2
Message posté par ozymandias
Le pied que ça serait d'avoir une L1 où Pastore, Payet et Gourcuff dicteraient le tempo de leurs équipes respectives. C'est bien parti pour les deux premiers, on attend maintenant que Yoyo confirme sur la durée et qu'il terrasse les renégats marseillais le week end prochain.


Tu veux dire, c'est bien parti pour les deux derniers. Pas pour le premier.
C'est conditionné par la blessure pour Payet et Gourcuff.
Alors que Pastore, dès que Ibra, Cavani, Lavezzi et Lucas seront présents, il jouera, au mieux, un match sur deux à mon grand désarroi.
Gourcuff aura les clés quoi qu'il arrive.
Même s'il n'est pas très bon d'ailleurs, car il faudra le vendre.
Ca fait plaisir de le voir à un bon niveau.

Rien à voir.
Ce qui est frustrant, comme chaque année, c'est de voir Lyon et Marseille en feu alors qu'on a Sainté, Lille et Guingamp en EL... Toujours à contre courant cette EL.
Note : 7
Gourcuff en a pris plein la gueule pour ses rechutes de santé à outrance combinées à son salaire, alors que l'un et dans l'autre cas, il n'y est pas pour grand chose il me semble.
Impressionnant qu'à chaque fois qu'il est physiquement apte, ce mec fait la différence mais pas qu'individuellement, lui a une vraie capacité à augmenter le niveau global de son équipe. bis.
Kimka Le Streum Niveau : District
C'est marrant ces articles sur le "retour" de Gourcuff alors que ceux qui regardent les matchs de Lyon ces dernières saisons savent que quand il est pas blessé (ou qu'il ne joue pas blessé), Gourcuff s'est juste le meilleur joueur de Lyon.

En 8 ou en 6 il organise, il presse, il fluidifie le jeu, etc. Ok il flambe moins qu'a Bordeaux mais ça reste du haut niveau.

Franchement s'il avait eu un physique costaud, il serait plus en L1 depuis longtemps (ou alors au PSG)
JohnnyGourcuff Niveau : DHR
Message posté par Judas
Moi j'ai toujours cru en Gourcuff. Meme Si je n'aime pas son style degueulasse de tirer les corners et coups francs.


https://www.youtube.com/watch?v=8F_nphGmy_w

Tu disais ?
pointu_du_gauche Niveau : DHR
C'est agréable de voir un numéro 10 qui organise le jeu et sait conclure les actions. Il semble ne pas se poser de questions et en tout cas fait le métier, n'hésitant pas a prendre ses responsabilités dans le jeu et avec ses petits camarades, comme lorsqu'il laisse un gone tirer un corner. De plus il est toujours bien placé pour ramasser les ballons qui traînent dans la surface, et ça c'est inestimable. Je ne vois pas quel autre 10 a ce profil de finisseur (à la Platoche).
Message posté par Kimka Le Streum
C'est marrant ces articles sur le "retour" de Gourcuff alors que ceux qui regardent les matchs de Lyon ces dernières saisons savent que quand il est pas blessé (ou qu'il ne joue pas blessé), Gourcuff s'est juste le meilleur joueur de Lyon.

En 8 ou en 6 il organise, il presse, il fluidifie le jeu, etc. Ok il flambe moins qu'a Bordeaux mais ça reste du haut niveau.

Franchement s'il avait eu un physique costaud, il serait plus en L1 depuis longtemps (ou alors au PSG)


Déjà qu'il est pas souvent 8, je sais pas où t'es allé chercher qu'il était 6. Gourcuff, c'est un 10 à l'ancienne, technique et bon tireur. Je me rappelle d'une interview où il expliquait en quoi sa confiance était intrinsèquement liée à son physique, et c'est là que tu comprends que quand il est en forme physiquement, il peut être très très fort.
Kimka Le Streum Niveau : District
Message posté par Veyron38


Déjà qu'il est pas souvent 8, je sais pas où t'es allé chercher qu'il était 6. Gourcuff, c'est un 10 à l'ancienne, technique et bon tireur. Je me rappelle d'une interview où il expliquait en quoi sa confiance était intrinsèquement liée à son physique, et c'est là que tu comprends que quand il est en forme physiquement, il peut être très très fort.


Evidemment il fallait lire 10 au lieu de 6. Et oui il n'a pas beaucoup joué 8, mais le peu de fois c'était bien fait, faut le souligner.
Le retour en forme de Gourcuff (en espérant qu'il confirme le reste de la saison) ne peut être qu'un plus pour la L1.
Message posté par Kimka Le Streum
C'est marrant ces articles sur le "retour" de Gourcuff alors que ceux qui regardent les matchs de Lyon ces dernières saisons savent que quand il est pas blessé (ou qu'il ne joue pas blessé), Gourcuff s'est juste le meilleur joueur de Lyon.

En 8 ou en 6 il organise, il presse, il fluidifie le jeu, etc. Ok il flambe moins qu'a Bordeaux mais ça reste du haut niveau.

Franchement s'il avait eu un physique costaud, il serait plus en L1 depuis longtemps (ou alors au PSG)


C'est beau les rêves en quadrichromie...
Madrapour Niveau : DHR
Sans parler de l'article ni de Gourcuff, je trouve qu'"intrinsèquement", sans parler du contexte du match ni quoi que ce soit, ce but est l'un des plus beaux que j'ai vus, voire le plus beau.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
12 27