En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // SO FOOT #123
  2. // YOANN GOURCUFF
  3. // EN KIOSQUE LE 29 JANVIER 2015

Gourcuff et la génération fantôme

Alors que l'on parle encore aujourd'hui de la génération 87 de Ben Arfa, Benzema, Nasri et Ménez, championne d'Europe des U17 en 2004, on oublie souvent d'évoquer la précédente, celle de 1986, titrée en U19 l'année suivante. Outre Yoann Gourcuff, la star du So Foot #123, on y trouvait Abou Diaby, Hugo Lloris, Yohan Cabaye et bien d'autres. Une promotion dorée victime de sa discrétion ou de sa fragilité physique, voire des deux à la fois.

Modififié
La scène se passe dans les vestiaires du Windsor Park, à Belfast. « Avant le match, Yoann m'avait demandé si, en cas de victoire, je pouvais lui donner une cigarette, sourit Jean Gallice, alors sélectionneur de l'équipe de France des moins de 19 ans. Après le coup de sifflet final, il est donc venu me la réclamer. Alors qu'il se baladait la clope au bec, j'ai actionné la douche et je l'ai inondé. Ce jour-là, il a appris une leçon : on ne fume pas dans les vestiaires. » Ce jour-là, c'était le 29 juillet 2005, et la France de Yoann Gourcuff venait de remporter la finale du championnat d'Europe U19 contre l'Angleterre. Sans forcer. « À la mi-temps, nous étions menés 1-0, mais il n'y avait aucune panique, on sentait la force du groupe, se souvient Cédric Cambon, également de l'aventure. On sentait qu'on allait gagner, on avait le sentiment d'être au-dessus. Au final, on gagne 3-1, parce qu'on était au-dessus. On avait le sentiment que rien ne pouvait nous arriver. C'est lié au fait qu'on avait des joueurs capables de faire la différence, on avait le sentiment d'être intouchables. » Rien que ça.

Où l'on croise Manuel Neuer et Tiburce Darou


C'est que dans leurs rangs, outre Gourcuff et Cambon, les Bleuets disposaient de quelques pépites en devenir : Hugo Lloris, Yohan Cabaye, Abou Diaby, mais aussi Geoffrey Jourdren, Younès Kaboul, Didier Digard, Franck Dja Djédjé, Djamel Abdoun, Moussa Sow, Yoan Gouffran ou encore Frédéric Sammaritano. À la différence de la médiatique génération 87, celle de 1986 n'a laissé personne sur le bord de la route, puisque presque toute la sélection de 2005 a fait son trou dans le foot pro, quand ce n'était pas en équipe nationale. « Cette génération était meilleure que la suivante, assure Jean Gallice, qui l'a suivie en U17, U18 et U19. J'ai eu la chance de tomber sur des gens très réceptifs, avec qui on pouvait discuter. Des joueurs de qualité, jusque dans la discipline. Après la qualification pour la finale, j'ai dû leur dire d'aller s'oxygéner la tête. Ils sont sortis et ils sont tous revenus à l'heure. » Parmi cette troupe de bons petits soldats, un jeune homme déjà timide est considéré comme le leader technique, bien qu'il ne joue pas à sa place.

« Yoann est un numéro 10 et un relayeur, mais là il jouait à droite, ce qui n'était pas son poste de prédilection » , confirme Frédéric Sammaritano, qui côtoyait déjà Gourcuff en centre de préformation. S'il peut se permettre d'excentrer le Breton, c'est que Jean Gallice a l'embarras du choix. « On jouait en 4-4-2, il réclamait d'avoir un rôle entre le milieu défensif et le meneur de jeu, évoque le sélectionneur. Moi, je le faisais jouer sur un côté, parce que, dans l'axe, j'avais déjà Digard et Cabaye, deux clébards. Je le voyais mal se mettre au milieu d'eux. Pour moi, c'est quelqu'un qui pouvait travailler le long d'un côté, et pouvait rentrer à l'intérieur du terrain, conserver la balle. Il avait toutes les qualités pour trouver la solution dans toutes les situations. » Lors du deuxième match de poule contre la Norvège, alors que les Bleuets ont débuté leur compétition par un match nul, Gourcuff sort la sulfateuse : un triplé, pour une victoire 3-1. « Il avait fait un match exceptionnel, sourit encore Sammaritano. Techniquement, c'était impressionnant. Il jouait juste, il avait de la maturité dans son jeu, et au niveau des coups de pied arrêtés, il était très fort. » D'autant plus fort qu'il dispose, en alter ego sur le côté gauche, d'un deuxième phénomène pour équilibrer la balance : Abou Diaby. « Il était monstrueux aussi, siffle Cédric Cambon. Gourcuff et Diaby étaient au-dessus du lot, de loin les meilleurs joueurs du tournoi. » En demi-finale, les jeunes Français avaient pourtant sorti l'Allemagne de Manuel Neuer et Kevin-Prince Boateng.

Génération blessée ?


Malheureusement, presque dix ans plus tard, les deux meilleurs joueurs de l'une des meilleures promotions de l'histoire du foot français sont dans la panade. Pendant que Cabaye et Lloris sont vissés en équipe de France, Yoann Gourcuff enchaîne les forfaits depuis cinq ans à Lyon et Abou Diaby fait de même avec Arsenal, si bien que l'on évoque pour ce dernier une possible fin de carrière. « Les deux cas ne sont pas du tout similaires, s'exclame Tiburce Darou, l'ancien préparateur physique de la Star Ac', qui a ses entrées au club londonien et a suivi Gourcuff pendant ses trois mois de rééducation en 2012. Diaby, c'est une série de blessures graves, et son corps essaie de compenser. Yoann, c'est dans la tête. » Julian Pinard, copain de promo de Gourcuff au centre de préformation de Ploufragan, de 12 à 14 ans, a une autre piste pour expliquer la malédiction. « Il y a quelque chose d'intéressant, c'est que tous ceux de notre génération qui sont passés pro avec ce cursus (préformation, centre de formation, sélection nationale de jeunes, ndlr) ont connu de gros problèmes physiques par la suite, esquisse celui qui a lui-même dû arrêter sa carrière en 2010 après trois ans de blessures et de rechutes. Rien que dans notre promo à Ploufragan, il y a Romain Danzé qui s'est fait deux fois les croisés, Sammaritano qui s'est aussi blessé gravement, Sylvain Marveaux qui est très fort, mais qui est tout le temps blessé, et Yoann c'est la même chose. Abou Diaby, c'est pareil, il a fait l'INF Clairefontaine. Je me demande si le fait de commencer si jeune ne nous a pas affaiblis. » Une piste de plus pour percer le mystère d'une génération fantôme.


Retrouver le dossier complet sur Yoann Gourcuff dans le SO FOOT #123, en kiosque depuis le 29 janvier 2015.


Par Thomas Pitrel / Propos recueillis par TP et Victor Le Grand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 7 heures Barton : « 50% des joueurs parient sur les matchs » 19
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 51 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 60 Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18