Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Saint Eitenne/Lyon

Gourcuff attend le départ

Véritable phénomène médiatique et sportif en 2009, Yoann Gourcuff a depuis disparu de la circulation. Que reste-t-il du joueur qui amena Bordeaux au titre de champion ? Pis, quel avenir sportif pour le milieu de terrain ? Et si c'était le fiasco le plus terrible du football français...

Modififié
Il y a trois ans, la France tombait amoureuse de Yoann Gourcuff. A l'époque, le minot jouait aux Girondins de Bordeaux. Il marchait sur l'eau. Yo' enquillait les buts et les passes et rendait facilement accroc. Yoann était divin. Comme touché par la grâce. La France pensait avoir trouvé son nouveau génie. Son chouchou. Son bébé. D'autant que Gourcuff a ce quelque chose en plus : il est beau. Il a ce minois de gendre idéal.
Trois ans plus tard, que reste-t-il du phénomène Gourcuff ? Pas grand-chose. Pour ne pas dire plus rien.
Alors que l'OL s'apprête à jouer une partie de son avenir européen contre son voisin stéphanois, Yoann Gourcuff est dans le brouillard. Entre les blessures, les méformes et la concurrence, le Lyonnais n'a jamais percé dans le 69. On parle d'un mec qui palpe plus de 4,4 millions d'euros par an et qui a coûté 22 millions. Forcément, l'investissement est raté. C'est un couac économique, c'est certain, mais également un raté sportif. Mine de rien, en deux saisons dans la capitale des Gones, l'ancien Rennais n'a marqué que cinq fois pour moins d'une dizaine de passe décisives. Pour un milieu offensif, c'est presque ridicule. A Lyon, on ne sait pas comment résoudre ce bourbier. Faut-il persister avec le joueur, quitte à foncer dans le mur, ou le vendre au plus vite pour limiter la casse ? Personne ne sait vraiment.

Lors du dernier mercato, on a parlé de la rumeur Arsenal. Un vent sans lendemain. A ce propos, interrogé sur RMC, son agent, Jean-Pierre Bernès, affirmait qu’un départ n’était pas dans les plans de son protégé et que seul un voyage à l’Euro 2012 le préoccupait : « La situation est toujours inquiétante à partir du moment où le joueur ne joue pas. Depuis quelque temps, Yoann n’a pas été épargné par les pépins physiques Ce sera une course contre la montre pour participer à l’Euro. Ce qui est l’objectif du joueur. Yoann ne m’a jamais demandé de quitter Lyon. Lyon, c’est un grand club français et européen après il faut voir les opportunités. Après, ce n’est pas l’objectif. Le but premier, c’est de le rétablir » . On l'a compris, Bernes arrose partout. Il ne ferme aucune porte. Ce qui n'est le cas de Paolo Maldini qui s'était fait un malin plaisir à dégommer le Français dans L'Equipe en 2010.

Même Maldini s'y met


Et dans le verbatim, le défenseur est sans pitié. « Gourcuff au Milan s'est trompé à 100%. Son problème ici, c'était son comportement. Il ne s'est pas montré intelligent dans la manière de se gérer lui-même. (...) Lorsqu'il jouait ici, il n'avait pas envie de se mettre à disposition du groupe. Il ne s'est pas mis à étudier l'italien tout de suite. La tactique, il ne voulait pas la travailler. Il n'était pas toujours à l'heure. Il s'est passé beaucoup de choses  » . Là, Gourcuff est à terre. Et Paolo l'achève dans la foulée : «  A Milanello, au lieu de faire une feinte et de passer le ballon, il en faisait quatre. C'est normal qu'à la troisième ou quatrième tu prennes un coup. Quand il entrait en jeu, il ne se donnait pas à fond. Des joueurs moins talentueux ont gagné le respect au Milan parce qu'ils donnaient tout. Lui, il ne l'a pas fait. Et ça, il le sait. Au bout d'un moment, il était devenu un corps étranger au groupe » . Les mots sont durs. Pourtant, l'affaire ne fait pas grand bruit. On a très vite dégonflé le bazar. On suppose que si la même histoire arrive à Benzema ou Ben Arfa, d'aucuns seraient tombés les pieds joints sur le coin de la gueule des deux joueurs. Là, rien. Quasiment inaperçu, comme une lettre à la poste. Certes, le milieu de terrain doit supporter le prix de son transfert, l'attente populaire entourant son supposé niveau de jeu et endosser ce rôle de Messie qu'on a voulu lui filer. Dans cette histoire, lui est (trop) souvent resté calme. Discret. Distant. C'est son caractère. Un trait qui aide à entretenir le mystère autour du mec. Même quand Grenier, Ederson ou Pied lui sont préférés dans le onze, il ne pipe mot.

Les médias, dans leur ensemble, l'ont très vite porté au firmament de son sport après une seule saison au top. Oubliant vite son passage prometteur à Rennes et son échec milanais. Au final, on a voulu faire de ce môme de 25 ans une star. L'habit était trop grand pour lui. Il l'est encore aujourd'hui. Alors, le numéro 8 lyonnais doit se retrouver. A Lyon ou ailleurs. Plutôt ailleurs, même. Parce qu'en France, son crédit est pour le moment épuisé. Mais comme nous sommes versatiles, il lui suffira de quelques bons matches en Premier League par exemple (Arsenal, Newcastle, Tottenham) pour se retrouver sur le devant de la scène. Et ainsi retrouver l'amour. D'ici là, il va devoir être patient. Et regarder l'Euro sur son canapé. De titulaire indiscutable en 2010, Gourcuff se retrouve aujourd'hui dans l'antichambre des Bleus. Il n'existe plus. Prononcer son nom dans la même phrase que "les Bleus" en est presque gênant. Il doit donc se faire violence. Et redevenir le joueur qu'il était en 2009. Montrer qu'il n'était pas seulement de passage. Actuellement, le doute est permis. On se pose des questions sur sa force mentale, sur son physique, et sur son réel niveau de jeu. Comme un symbole, il était de la partie miraculeuse de l'OL à Zagreb. Comme titulaire. Bizarrement, il n'est impliqué sur aucun des sept buts...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68