1. //
  2. //
  3. // Gond-Pontouvre

Gond-Pontouvre et les portes qui claquent

Nouvelle rubrique sur sofoot.com. Chaque week-end, nous nous intéresserons, au hasard (enfin, pas vraiment au hasard, en fait) à un match ou une équipe de football amateur. Cette semaine, rendez-vous à Gond-Pontouvre.

Modififié
3 1
À Gond-Pontouvre, l'ambiance se fait pesante. Depuis quelques semaines, l'équipe de football de la ville, l'Athlétic Club, est au cœur de toutes les attentions. Entre violences, bizutage et démissions des bénévoles, l'institution située en banlieue d'Angoulême est le catalyseur de toutes les divisions. Des divisions nées de l'équipe U15, où deux groupes de parents ont décidé de se faire la guerre après les « affaires » ayant secoué le club. Pire, l'AC de Gond-Pontouvre pourrait se retrouver sans personne pour l'administrer à la fin de l'année, après que les dirigeants actuels ont manifesté leur décision de ne pas poursuivre l'aventure au milieu des tourments. Une situation dramatique pour ce club de quartier normalement sans histoire, qui n'a su échapper à certaines vindictes personnelles.

Baston et biffle


Comment Gond-Pontouvre en est arrivé là ? Sans doute par une succession d'inimitiés et d'évènements qui ont peu à peu plongé le club dans le désarroi. En décembre dernier, c'est une bagarre lors d'une rencontre des U15 face à Montmoreau qui sème le trouble. Un gamin au nez cassé du côté de Gond-Pontouvre, et le club accuse un parent adverse d'avoir porté le coup. Faux, répondent les dirigeants de Montmoreau, qui estiment que l'échauffourée s'est déroulée entre deux jeunes joueurs, celui de Gond-Pontouvre ayant planté la première banderille. Une bagarre comme il en existe des dizaines sur les terrains amateurs, qui arrive toutefois à un moment tendu au sein de l'Athlétic club. Car à l'automne, une autre affaire a déjà éclaboussé le club : « Il y a eu une histoire dans le vestiaire. En fait, ce serait un gamin que ce serait fait biffler dans la douche. Apparemment, le club a essayé de régler tout ça, puis un parent est monté au créneau. Une plainte a été déposée, ça a créé des histoires » explique-t-on à la Charente libre, qui a suivi l'affaire. Francis Michelet, président de Gond-Pontouvre, livre sa version : « On en arrive aujourd'hui à des petites histoires de vestiaire qui auraient pu se passer n'importe où, dans n'importe quel club. Je veux en rester à ce que j'aime, le foot. Après, les gens sont procéduriers. Certains parents étaient contre le fait qu'on garde un gamin dans un club, alors qu'il a été puni. Ou plutôt sanctionné, je n'aime pas le terme punition. Il a pris 3 matchs fermes. Après, qu'est-ce que vous voulez, une décision de justice a été rendue.  » En effet, le tribunal a prononcé un non-lieu dans cette affaire. Ce qui ne calme pas les ardeurs et a conduit à exacerber la situation entre deux clans qui s'écharpaient déjà au sein du club.

Démissions


Francis Michelet explique : « L'année dernière, il y avait deux coachs en U15, l'un qui s'occupait d'une équipe, l'autre d'une autre. Et l'amalgame, c'est que ces deux coachs ne s'entendaient pas, ça a créé deux groupes de parents, qui ne s'entendent toujours pas. On a reconduit une équipe de U15 et on a ouvert la porte à tout le monde, tout le monde pouvait avoir sa place dans l'équipe. Mais certains parents en ont décidé autrement et ont placé leurs enfants ailleurs. C'est leur droit, je ne m'y suis pas opposé, j'ai même remboursé les parents. » Résultat, les deux entraîneurs ainsi que quatre gamins sont partis voir le pré sous d'autres couleurs selon Michelet, quand sur les forums, les parents mécontents avancent un chiffre supérieur à la dizaine. Lassé par les critiques sur la gestion des problèmes, mais aussi par les convocations devant les instances, Francis Michelet a alors décidé de jeter l'éponge : « C'est une raison personnelle, j'arrive à la fin de mon mandat de dix ans. J'ai décidé d'arrêter, je laisse la place à ceux qui veulent reprendre. J'ai 52 ans, un travail qui me tient à cœur et des histoires comme il a pu se passer ou comme je les entend, ça m'agace. Je préfère tourner la page.  » Dans son sillage, ce sont le comptable et d'autres membres du staff originel qui ont également fait leurs valises. Avec les conséquences que cela comporte : «  Il y a des personnes qui étaient là depuis 40 ans au club, mais les histoires, les anciens, ça les écœure plus qu'autre chose. On va finir la saison, pas en déficit, y aura de l'argent au club, on partira la tête haute. Mais on va devoir laisser tomber un loto, un vide-grenier qu'on avait organisé et qui ne se dérouleront pas cette année.  » Toujours est-il que le problème a resurgi lors du dernier conseil municipal où le maire a regretté ces départs annoncés. D'autant qu'aucune personne ne s'est pour le moment manifestée pour reprendre les rênes du club. Ce qui n'étonne pas Francis Michelet : « C'est plus facile de critiquer que de faire quelque chose d'utile. Je suis désolé de le dire comme ça, mais ces parents-là on plus vite fait d'écrire pour la critique que de se mobilier pour remonter le club à terme. Ils font partie du Gond-Pontouvre, c'est dommage. » La vindicte sera peut-être fatale.


Par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

"Un gamin se serrait fait bifler...le club a essayé de régler ça (comprendre:en interne)...un des parents est monté au créneau...que voulez vous les gens sont procédurier..." Connard...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Benfica tue sa bête noire
3 1