En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 10 journée
  3. // Les notes
  4. // Marseille/Lyon (1-4)

Gomis Monde, Diawara des pâquerettes

Servis par un Gomis au triple galop et un Réveillière double poney, les Lyonnais ont aussi pu compter sur un Diawara 0% marquage pour mettre une fessée à l’OM sur le champ de patates qui lui servait de pelouse.

Modififié
Marseille :


Mandanda (4) : Prendre quatre buts sans être vraiment fautif, c’est déjà un soulagement.

Fanni (6) : Il était le meilleur joueur marseillais sur le terrain malgré son poste et les quatre buts encaissés, jusqu’à ce qu’il décide de se faire une partie de bowling dans la défense et se fasse expulser par Mister Turpin.

Nkoulou (5) : Était le meilleur latéral marseillais sur le terrain après l’expulsion de Rod Fanni.

Diawara (1) : Souley s’était coincé le nerf du marquage, ce soir, et ses interventions fantaisistes sur les centres lyonnais n’ont rien arrangé. Un point quand même, pour l’exploit de ne pas avoir été remplacé avant la fin du match.

Morel (3) : Pas vraiment capable de gérer une défense centrale, en l’absence de Diawara. Sur la passe en retrait de Réveillère, il était parti cueillir des champignons hallucinogènes pour faire couler la fin de la rencontre.

Barton (3) : Si la série Joey est ce qu’on appelle un spin-off de Friends, Joey était ce soir un spin-off de milieu de terrain. On est quand même content de le voir, mais force est de constater que ça ne sert à rien.

Cheyrou (3) : À un moment donné, il a tiré un corner pas trop mal.

Kabore (2) : Cabourg, sans les côtes.

Valbuena (4) : Petit Vélo a bien pédalé, comme d’habitude, mais se rappellera surtout de son match pour ses masques à la boue en première, puis en deuxième mi-temps. C’est ça, d’être près du sol.

J. Ayew (5) : Un faux tube. Elle est moins facile que pour Grenier, mais elle se tente.

A. Ayew (3) : Apparemment, il se cachait pour qu’on ne lui demande pas de réprimander son frère pour sa coiffure.

Rémy (7) : Actif, buteur. Rémy gaillard, c’est pas n’importe qui.

Abdullah (5) : Quand il a remplacé Kabore, on avait l’impression de déceler une présence au milieu de terrain. C’est déjà ça.

Abdallah (5) : Viens ici.


Lyon :


Vercoutre (6 +2/-2) : Quand on tape « Vercoutre » sur Google, on nous propose « Vercoutre le roi du citron » , mais ça n’a rien à voir. Le portier lyonnais a joué son match en trois minutes : lorsqu’il a sorti un arrêt réflexe dingue sur une tête de Jordan Ayew, puis quand il a foiré son contrôle sur une passe en retrait de Réveillère. Entre les mains et les pieds, il n’y avait pas grand-chose à voir.

Umtiti (7) : Le moment où il a rattrapé la bourde de Vercoutre était presque aussi beau que celui où il a évité la deuxième lame du tacle de Fanni sur Dabo, d’un petit saut de cabri. Un match en dur.

Dabo (6): A un peu vengé Ousmane en mettant une danse à Joey Barton. Usé, le bad boy a dû sortir à la mi-temps.

Biševac (6) : «  Coucou, les Qataris, je vous envoie cette carte postale depuis la place de leader de Ligue 1. J’espère que vous allez bien. Bisou. »

Réveillère (8) : Aucune fausse note en défense, une montée ponctuée d’une passe décisive. Gomis a peut-être mis un triplé, mais l’OL n’aurait clairement pas fait le même match sans Tony l’anguille.

Lacazette (6) : Ou comment être dans l’équipe qui gagne 4-1, faire une passe décisive, puis faire une passe décisive à celui qui fait la passe décisive, tout ça sans avoir l’air de vraiment faire un bon match.

Gonalons (7) : Avec sa dégaine de maigre rapace, Maxime s’est servi de ses crampons aiguisés comme des ergots pour mettre la main d’André Ayew en miettes, puis a fondu en piqué sur Valbuena pour le planter dans le sol. Bref, il a dézingué tout le monde au milieu de terrain.

Malbranque (7) : Tu l’as bien vu, ce but, Dédé ? Non, pas toi, le gros avec une doudoune derrière les panneaux publicitaires.

Grenier (7) : Un vrai tube.

Ghezzal (7) : Ici, l’ombre. Celle de Gomis. Mais une belle ombre portée, quand même. Sorti à la 82e pour faire le plein de Benzi(n)a.

Gomis (9) : Sister Act 3. Autrement dit : Sister Act « Tresses » dans les pays hispanophones.

Par Thomas Pitrel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 35 minutes La double fracture de McCarthy
il y a 1 heure Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 3 il y a 1 heure Un gardien espagnol marque de 60 mètres 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4