1. //
  2. //
  3. // Man City-Swansea (2-1)

Gomis griffe, mais City gagne

Manchester City a failli voir ses trois points lui filer sous le nez. Laborieux, fébriles, les Citizens s'en sortent sur une frappe déviée de Yaya Touré dans les arrêts de jeu. Quelques secondes plus tôt, Bafé Gomis avait pourtant égalisé.

Modififié
0 8

Manchester City 2-1 Swansea City AFC

Buts : Bony (26e), Yaya Touré (93e) pour les Citizens // Gomis (90e) pour les Swans

90 minutes d'ennui, puis quatre de folie. On se dirigeait tranquillement vers une victoire d'un City fébrile sur Swansea lorsque la Panthère a surgi pour sauver les Cygnes. Dans le temps additionnel, Bafé Gomis a cru arracher le match nul d'une superbe frappe puissante dans la lucarne. Sauf que dans la foulée, une frappe anodine de Yaya Touré, détournée par le dos d'un coéquipier, s'élève dans le ciel de l'Etihad Stadium et retombe dans les filets de Swansea. Ascenseur émotionnel pour des Gallois mal en point en championnat, orphelins de Garry Monk licencié en milieu de semaine. De son côté, City s'est refait les dents sur une bête blessée. Sans Sergio Agüero, les hommes de Manuel Pellegrini se sont contentés du strict minimum, trottinant pendant 90 minutes et se procurant de rares occasions. Mais le plus inquiétant se passe à l’arrière. Face à la 18e attaque de Premier League, la défense de City a tremblé. Fébrile, souvent dépassée ou en retard, orpheline de Vincent Kompany, mais bien soutenue par Joe Hart, plusieurs fois à la parade. Avertissement de travail.

Wilfried Bony, au bon souvenir de Swansea


Garry Monk éjecté, c’est Alan Curtis qui s’assoit temporairement sur le banc de Swansea. Et à peine débarqué, l’intérimaire tente un coup pour relancer son équipe. Il titularise André Ayew à la pointe de l’attaque, sous les yeux de Bafé Gomis sur le banc. Mais c’est Wayne Routledge qui s’illustre le premier. Lancé en profondeur, plein axe, le milieu anglais se retrouve étrangement seul face à Joe Hart, mais perd son duel. Preuve une nouvelle fois que, lorsque Vincent Kompany est touché au mollet, c’est tout Manchester City qui boîte. Sans son capitaine belge, la défense gruyère des Sky Blues est facilement prenable (15 pions encaissés en sept rencontres). Au quart d’heure de jeu, Routledge dépose Gaël Clichy et sert Gilfy Sigurdsson en retrait. Mais Joe Hart est encore à la parade. De l’autre côté du terrain, ce n’est pas vraiment mieux pour Manchester City. La bande à Yaya Touré se complique la tâche, multiplie les touches de balle inutiles, sans jamais parvenir à changer de rythme. Jusqu’à l’appel-contre-appel d’école de Wilfried Bony sur un corner. Le buteur ivoirien se défait du marquage et ouvre le score d’un joli coup de tête au premier poteau (1-0, 26e). L’ancienne idole des Swans ne fanfaronne pas, il vient de toucher une bête déjà blessée. La partie ne s’emballe pas pour autant. C’est au petit trot que City mène à la pause.

La patte de Gomis, la chance de Touré


Et c’est au petit trot qu’elle en revient. Avec Fabian Delph entré en jeu à la place de Raheem Sterling. Une équipe plus défensive, mais qui ne défend pas mieux. Preuve sur la première offensive de Swansea, laborieusement dégagée par Eliaquim Mangala après cafouillage. Ou encore sur la deuxième et même la troisième de Gilfy Sigurdsson. Le temps où l’Etihad Stadium était une forteresse imprenable et où Joe Hart se tournait les pouces pendant les rencontres semble loin. Cet après-midi, le portier anglais joue encore le pompier de service pour venir en aide à une défense au fort accent français (Sagna, Mangala et Clichy titulaires) en difficulté. Au fil des minutes, la pression des Gallois s’atténue malgré les entrées en jeu de Jefferson Montero, très bon cet été, beaucoup moins cet automne, et de Bafé Gomis. Sur son premier ballon, la panthère se heurte à un Joe Hart impeccable. Sur son deuxième, sa frappe rebondit derrière la barre transversale. Sur sa troisième, il envoie un missile dans la lucarne de Joe Hart (1-1, 90e). Le plaisir est intense, mais ne dure qu'un instant. Jusqu'à la frappe détournée de Touré. Manchester City n'a pas été bon, Manchester City a été chanceux, mais ce samedi soir, City est provisoirement en tête de la Premier League.


Par Thomas Porlon
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Armada_bleu_ciel Niveau : District
Quand Kompany se blesse au mollet, c'est tout Manchester City qui boîte...tellement vrai!
Je vais reposer ma question à ruud.
T'es toujours fan de Gomis?
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Message posté par popeye
Je vais reposer ma question à ruud.
T'es toujours fan de Gomis?


Pas fan, il a fait un très bon début de saison, fallait dire qu'il jouait bien!
Maintenant, il est mauvais donc je le trouve mauvais
difficile de distinguer entre versatilité et honnêteté, voilà le paradoxe.
Enfin bref, pas étonné que Gomis soit rentré dans le rang.
Eugène Samonacco Niveau : CFA2
Gomis, c'est un joueur lourd avec de la chance. Tu peux pas compter sur lui toute une saison.
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Message posté par popeye
difficile de distinguer entre versatilité et honnêteté, voilà le paradoxe.
Enfin bref, pas étonné que Gomis soit rentré dans le rang.


Non, j'avais dit que ses premiers matchs de la saison étaient énormes et c'était vrai et indéniable
L'air de rien Iheanacho-man en est à 4 buts et 2 assists en tout juste 300 minutes de jeu. Celui-ci était très chanceux mais il en a marqué un autre refusé pour hors-jeu imaginaire. Bien plus mobile que Bony et participe aussi beaucoup plus aux tâches défensives, j'espère que Pellegrini continuera de l'utiliser après le retour du Kun.

Nasri indisponible au moins jusqu'aux demi-finales, j'imagine qu'il va prendre sa place dans l'effectif de LDC.
Flying salsifis Niveau : District
Ce scénario...Oh que c'est méchant pour Swansea.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8