Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 30 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Monaco-Juventus

Glik, le Toro de Monaco

Avant Monaco, les ambiances feutrées de Louis-II et les paillettes de la Ligue des champions, Kamil Glik a vécu cinq années furieuses et passionnées au Torino, dont il est devenu l'un des joueurs les plus emblématiques des années 2010. Un club où il a aussi appris à haïr la Juve, le tout puissant rival turinois.

Modififié
Vendredi 21 avril, tirage au sort des demi-finales de la Ligue des champions. Alors que Monaco doit se résigner à affronter la Juventus, Kamil Glik, lui, publie une photo sur son compte Twitter. Histoire d'ambiancer l'avant-match. On y voit le Polonais, alors sous le maillot du Torino, dézinguer sans retenue Emanuele Giaccherini lors de son premier derby de Turin en 2012. Un excès d'engagement qui avait contribué à faire monter en flèche sa cote de popularité auprès des tifosi du Toro, ravis de voir l'un des leurs prêt à tout pour ne pas s'écraser devant la Vieille Dame. Et un signe que, malgré son départ de Turin, Kamil Glik entretient un rapport tout à fait particulier avec le Torino et, par extension, avec l'ennemi juventino.

« Au Torino, tout a changé pour moi »


Il faut dire qu'avant de se faire un nom au Torino, Kamil Glik n'était personne ou presque aux yeux du football européen. Au mieux un obscur défenseur polonais qui peinait à s'imposer en Italie, après avoir été prêté par Palerme à l'AS Bari le temps d'une saison. Avant que Giampiero Ventura, qui vient de quitter Bari pour entraîner le Toro, ne fasse du géant aux yeux bleus un de ses hommes de base pour ramener, puis stabiliser les Grenats en Serie A. Un acte de foi qui fait de facto du Torino un club à part pour le néo-Monégasque : « Je n'ai pas eu un chemin facile... De dix-huit à vingt ans, j'ai évolué dans l'équipe B du Real Madrid et à Palerme, où j'ai très peu joué... Puis j'ai rencontré Ventura à Bari et, au Torino, tout a changé pour moi. »


Un club où Glik devient un cadre de l'équipe, mais aussi un marqueur identitaire pour les tifosi locaux. Au début de la saison 2013-2014, c'est lui qui est nommé capitaine après le départ de Rolando Bianchi. Un rôle symbolique fort, puisqu'il lui revient de conduire chaque saison la commémoration du drame de Superga, qui a vu les joueurs du Grande Torino des années 1940 perdre la vie dans un tragique accident d'avion. « Quand je retournerai à Turin, j'irai à Superga pour dire une prière : chaque saison où j'ai dû lire ces 31 noms, j'ai essayé, en tant qu'homme, de restituer une émotion qui ne peut pas être décrite » , avait écrit le joueur dans sa lettre d'adieux aux fans du Toro à l'heure de partir pour Monaco. Avant de préciser que son choix d'évoluer sur le Rocher était motivé par la proximité géographique entre Turin et la principauté. Turin, « une ville qui continuera à faire partie de sa vie et de celle de sa famille » . Pas des paroles en l'air, puisque Glik s’est fait remarquer dans les travées du stade olympique de Turin mi-décembre dernier, lors de Torino-Juve, et s’est fait chaudement applaudir par ses anciens tifosi. Car s'il y a bien un match qui a contribué à construire la légende du Polonais à Turin, c'est bien le derby della Mole et les vieux antagonismes qu'il réveille.

Vidéo

La semaine sainte de Kamil


Lors de ses deux premiers derbys de Turin, Glik dégomme littéralement Emanuele Giaccherini, se chope deux cartons rouges et doit encaisser deux défaites nettes. Mais il gagne déjà un surnom de la part des tifosi du Toro, « Assassin's Glik » , en référence à ses tacles de boucher sur les joueurs de la Juve. Si bien que, fin avril 2013, le Polonais, débarqué au Torino depuis une saison et demie, l'a déjà mauvaise contre la Vieille Dame : « C'est une équipe vicieuse, elle ne me plaît vraiment pas. » Glik ne manque pas une occasion de faire savoir qu'il n'a jamais considéré une seconde quitter les Grenats pour les Bianconeri, alors même qu'il s'imposait comme l'un des tout meilleurs défenseurs de la Botte : « Un transfert à la Juve a toujours été hors de question. Parce que je ne peux pas oublier ces cinq années fantastiques au Toro. Je serai toujours un fan de ce club. D'ailleurs, je regarde toujours leurs matchs aujourd'hui. » Face aux Bianconeri, le Polonais aura tout vécu, de l'humiliation la plus cuisante – « Je n'oublierai jamais ce derby en Coupe d'Italie qu'on perd 4-0 à la maison... C'est un de mes rares mauvais souvenirs de mes cinq années à Turin » – à l'une des plus mémorables victoires de l'histoire moderne du Toro. Le 26 avril 2015, les Grenats, avec Glik brassard de capitaine au bras, remportent leur premier derby depuis vingt ans contre la Juventus. Une forme d'apothéose pour le Polonais, qui parlait de « semaine sainte » pour décrire les quelques jours précédents chacune de ses confrontations avec la Juventus. Deux ans plus tard, rien n'a changé. Ou presque. Et Glik a prévenu la Juve qu'il la défierait « avec le Toro dans le cœur » . Glik, Glik, boum.



  • Profitez de nos bonus et pariez sur le match Monaco-Juventus

    Par Adrien Candau Tous propos issus de la Stampa, le Corriere dello Sport, la Repubblica et la Gazzetta dello sport.
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    il y a 33 minutes Le joli but de Frenkie de Jong avec l'Ajax 1
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 16:30 Les bonnes recettes de la FFF 14