1. //
  2. //
  3. // Olympiakos-Arsenal (0-3)

Giroud qualifie Arsenal !

Emmené par un Olivier Giroud en mission, et auteur d’un triplé, Arsenal n’aura tremblé qu’une vingtaine de minutes avant de prendre le dessus sur l’Olympiakos (3-0) et se qualifier pour les huitièmes de finale.

Modififié
1k 108

Olympiakos Le Pirée 0-3 Arsenal FC

Buts : Giroud (29e, 50e, 67e)

« Je pense que Giroud se débrouille très bien. Maintenant, est-ce que vous pouvez gagner le championnat avec lui ? Je ne le crois pas. » La déclaration est signée Thierry Henry, le 27 avril dernier, au sujet d’Olivier Giroud. Arsenal n’a évidemment pas été sacré champion depuis. Mais alors qu’il fallait un petit exploit aux Gunners sur la pelouse de l’Olympiakos pour espérer se qualifier - une victoire par deux buts d’écart ou avec trois buts inscrits -, les supporters pouvaient trembler à la vue de la composition, avec les absences conjuguées de Cazorla et Sánchez dans le secteur offensif. Mais voilà, ce soir, les Gunners tenaient malgré tout dans leurs rangs un héros en puissance. Un héros moins flamboyant que Cristiano Ronaldo ou que Messi peut-être, mais un héros au mental d’acier. Un sauveur nommé Giroud. Auteur d’un triplé d’attaquant pur, Olivier Giroud, qui en a profité pour dépasser Denis Bergkamp au nombre de buts inscrits pour les Gunners en Ligue des champions, a qualifié les siens, fait taire ses détracteurs, et s’est fait une belle place dans le cœur des supporters au passage. Une soirée à conjuguer au plus-que-parfait pour lui, et pour les Londoniens.

Lala la lalalala lalalala…


Le coup d’envoi est donné dans un Karaïskaki chaud bouillant, et chantant. D’entrée de jeu, les Grecs, qui jouent une qualification historique ce mercredi soir, pressent haut, et montrent qu’ils sont loin d’être là pour faire de la figuration. À la suite d'un premier coup franc dangereux pour les locaux, Fortounis récupère le ballon, s’infiltre dans la surface et tombe, mais l’arbitre n’est pas dupe, et avertit le numéro 7 grec. Si les Gunners sont dos au mur, ce sont les locaux qui entament le match de la meilleure des façons et, sur un centre d’Ideye Brown, la défense des Gunners doit se dégager précipitamment. Gênés par la tactique mise en place par Marco Silva, les hommes de Wenger multiplient les imprécisions, et Ramsey écope logiquement d’un jaune sur une intervention en retard. Et alors que les Gunners peinent toujours à entrer dans leur match, Sebá se procure la première grosse occasion de la rencontre, mais sa frappe à l’entrée de la surface passe de peu au-dessus de la barre de Čech. Mais voilà, si les Gunners mettent du temps à mettre le feu, la première étincelle provient des pieds de Mathieu Flamini, dont la reprise du droit, déviée, échoue sur la barre de Roberto Jiménez. Une action qui réveille quelque peu les Londoniens, puisque sur un petit ballon en profondeur, le gardien espagnol de l’Olympiakos doit mettre les poings pour éloigner le danger. Un danger qui ne tarde pas à revenir, puisque deux minutes plus tard, Giroud surgit sur un centre venu de la gauche pour mettre sa tête et ouvrir le score, tout en remerciant Roberto pour sa grossière faute de main (0-1, 29e). Le rythme retombe quelque peu, et les fautes se multiplient sur la pelouse, même si Walcott tente une frappe à ras de terre, sans succès. L’Olympiakos tente de réagir, mais la frappe de loin de Masuaku est facilement captée par Čech. Avec la moitié du travail effectuée malgré une entame de match compliquée, les Gunners rentrent au vestiaire.

… Giroud !


La seconde période semble débuter par une mauvaise nouvelle pour les Gunners, puisqu’Olivier Giroud paraît touché à la cheville, mais le Français se relève finalement en grimaçant. Et grand bien lui prend, puisque quelques secondes plus tard, il est à la finition d’une superbe action lancée par Özil, et magnifiée par un superbe décalage de Campbell (0-2, 50e). Un but qui qualifie virtuellement les Gunners à ce moment de la rencontre. Un but qui change donc tout également, et qui permet aux hommes de Wenger de faire tourner, et de conserver le ballon. Sur un beau centre venu de la gauche, Mertesacker est un peu court, Walcott récupère, mais sa frappe fuit le cadre. Dos au mur désormais, les Grecs se décident à réagir, mais la frappe enveloppée de Fortounis est parfaitement détournée en corner par Petr Čech. Les joueurs de Marco Silva sont loin d’abandonner, et sur un bon ballon donné dans la surface, Ideye Brown, au point de penalty, manque son contrôle, au grand dam des 33 000 spectateurs transis. Les Grecs poussent, à l’image de Kasami, qui voit sa belle demi-volée parfaitement captée par le vétéran tchèque des Gunners, impeccable. Dans la foulée, les Gunners vont à 100 à l’heure et Giroud centre pour Monreal dans la surface, qui voit sa frappe détournée par le bras d’Elabdellaoui. Un geste qui n’échappe pas à l’arbitre, et qui siffle un penalty parfaitement transformé par Giroud (0-3, 67e). Si le rythme retombe logiquement après ce but qui qualifie presque à coup sûr les Gunners, Özil ne se fait pas prier pour alerter Roberto Jimenez sur un coup franc à l’entrée de la surface. Après une double ovation pour Campbell et Giroud, l’arbitre siffle la fin de la rencontre, et envoie définitivement les Gunners vers un huitième inespéré.


Par Paul Piquard
Modifié

Dans cet article

roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Karim who?

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lyon sauve l'honneur
1k 108