France - Ligue 1 - 16e journée - Reims/Bordeaux

Gillot, par A+B

Note
1 votes
1 vote pour une note moyenne de 3.5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Francis Gillot (Bordeaux)
Francis Gillot (Bordeaux)
FC Girondins de Bordeaux les billets pour le prochain match à partir 7 €
Le père Gillot, il a aimé la qualif’ des siens et des jeunes sortis du centre de formation girondin, en Europa League, mais pas les commentaires qui l’ont accompagnée. Tout ça parce que pour lui, il n’y a pas d’équipe bis.

« Je m’étais mis en colère après Montpellier (perdu 1-0 en Coupe de la Ligue, avec la même politique de turnover, ndlr), mais là, ils ont joué à leur niveau, se défend-il. J’ai pas une équipe A et une équipe B... Dire ça, c’est faire injure à ceux qui ont joué jeudi. Ce sont des joueurs qui font partie de mon effectif, des professionnels. Et j’ai pas mis les 17 ans, non plus ! »

Pas content, le monsieur. « Il n’y a donc aucune raison de les considérer comme des joueurs de seconde zone. Et moi, j’ai pas du tout ce sentiment-là », ajoute-t-il.

Pourtant, dans quelques minutes, à Reims, seuls Saivet et Marange seront titularisés. Comme jeudi soir. Pour Planus, Ben Khalfallah, Biyogo-Poko, Sertic, Bellion et Diabaté, ce sera banc de touche.


LB, à Bordeaux

Parier sur les matchs de Girondins de Bordeaux

 





Votre compte sur SOFOOT.com

1 réaction ;
Poster un commentaire

  • Message posté par momobarca le 09/12/2012 à 19:48
      

    Il a parfaitement raison de réagir comme ça. Sa gestion de l'effectif fait toute la différence. Il fait confiance à ses joueurs et fait tourner quand il le faut, à la différence de Blanc par exemple. L'échec de Blanc s'explique par le fait que le vestiaire avait explosé après la semaine de la finale de coupe de la ligue face à l'OM, match joué (et perdu) par l'équipe-type alors que se profilait un Lyon-Bordeaux en quarts de Champion's League.
    Car faire tourner un effectif, ça sert à mettre au repos les titulaires, certes, mais pas seulement. ça sert aussi à faire en sorte que tout le monde soit mobilisé, et à mettre la pression sur les titulaires, ils savent qu'en cas de mauvais match y en a qui poussent derrière, et ça crée une émulation. Encore faut-il que les remplaçants se sentent concernés. A Bordeaux, ça fonctionne, les joueurs savent qu'ils ont la confiance du coach et que s'ils sont bons, ils auront une chance de jouer en championnat ou en C3. A Marseille, ça marche beaucoup moins, les minots n'y étaient pas jeudi, et comme la victoire appelle la victoire, Marseille perd en championnat derrière...


1 réaction :
Poster un commentaire