Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Gillot, la star du mercato bordelais

Mercredi, les Girondins de Bordeaux ont peut-être réalisé leur meilleur coup, depuis longtemps. À quelques jours de leur entrée en lice en Coupe de France à Châteauroux (L2), les dirigeants aquitains ont prolongé de deux ans Francis Gillot, leur sauveur. Une bonne opération, à bien des niveaux…

Modififié
Pendant de long mois ont régné chaos, hypocrisie, intrigues de vestiaire et secrets de Polichinelle. Bref, c’était morne plaine au Haillan. Un centre d’entraînement de standing animé par des hommes et des femmes qui payaient encore un lourd tribut que celui de l’héritage post titre de champion de France 2009. Soit aussi de l’ère Laurent Blanc. Puis de Jean Tigana. Mais un jour vint le sauveur. Un type du Nord mais arrivé de l’Est : Francis Gillot. Un gars un peu atypique mais qui, paradoxalement, avait le profil pour entrer dans le moule et bien représenter, dans la vitrine du club. Froid et chaleureux à la fois. Pince-sans-rire et sniper au sang glacé. Tendre et ferme, discret et capable de l’ouvrir en grand pour culpabiliser ses joueurs et les réveiller. Un manager, doublé d’un technicien qui méritait d’être plus connu. Soit en gros, la bonne pioche humaine. Et faut croire que M6 et Jean-Louis Triaud ne s’y sont pas trompés puisque, au terme – ou presque – de ses deux premières années de contrat, le coach et son staff ont rempilé pour deux piges supplémentaires. C’était mercredi. Après une période de réflexion familiale, aussi, pour J-Lo. Primordial, décisif. Salutaire ? Probablement, et pour tous.


Gillot un entraîneur qui quitte


Mais c’est étonnant, parce qu’en général, c’est Gillot qui se barre. Comme dans un couple, c’est lui qui très souvent casse le premier. Lens, Sochaux, etc. Un précédent, une jurisprudence. Mais ça, c’était avant. Avant le changement instauré par la triplette Gillot-Lobello-Bénédet, suivie par les autres membres en poste. Parce qu’il a bien fallu se relever et combattre la crise de confiance, ramasser les ego et essorer des paires de chaussettes dans lesquelles le moral était tombé à la suite d'une embellie générée par le titre, et immédiatement suivie par une descentes aux enfers. Quasiment sans précédent dans l’histoire des Marine et Blanc. Retaper les fondations d’un édifice presque en ruine, c’était la mission de ces maçons du cœur. Sixième en 2009-2010, 7e en 2010-2011, et exit les compétitions continentales. Au même instant, Francis et consorts décrochent l’Europe avec Sochaux. Et là, ça titille l’actionnaire de la petite chaîne 0% football. Un bon chirurgien pour relancer le patient bordelais, alors cliniquement mort. Le pari est osé, mais l’audace bientôt récompensée. La « scalpel-ère » s’ajoute au scapulaire pour inciser bien profond. Les très bons joueurs sont partis ; c’est pas grave, on fera avec ceux qui restent !

Bon, le départ escargot offre trois fois la potentielle place de relégable au groupe aquitain. Mais les coachs sont-ils menacés pour autant ? Non. Les dirigeants et les supporters font confiance au staff et patientent. Les joueurs aussi, à l’unisson. Même dans la tourmente. C’est rare, mais bénéfique. La méthode est bonne, les résultats s’améliorent. Puis Bordeaux réalise une remontée de dingue et grille tout le monde pour finir 5e, et européen. Enfin. Gillot est élevé au rang de sorcier, de héros. De star. Ça aussi, c’est rare. Faut juste confirmer. Des promesses, on en a vu d’autres… Mais le travail, la rigueur et le plaisir, ça paye. Gillot, fan du Barça, s’inspire secrètement de la philosophie de jeu catalane pour nourrir la sienne. Toutes proportions gardées, bien entendu. Gouffran retrouve son éclat de buteur, Carrasso multiplie les prouesses, Plašil, bien que fatigué, donne le max. Henrique et Sané sont solides, et les jeunes prennent de l’assurance. Obraniak et Mariano ne sont pas étrangers. Ou si. Ou pas, en fait. Le « 4-4-2 » se mue régulièrement en « 5-3-2 » . Et ça fonctionne. Et le turnover marche.


Lille attendra


Bordeaux tape l’Étoile rouge de Belgrade en barrages UEFA, finit premier de son groupe devant Newcastle, prend du blé au passage, et flirte avec le podium en championnat. Invaincu à domicile, deux défaites au compteur général (personne n’a fait mieux), et pas super fier de son statut de champion du monde des matchs nuls. Seuls Pavon et Ricardo ont fait pire. Un hiver au chaud, quelques joueurs monnayables, et la perspective d’un 16e de finale d’Europa League contre le Dynamo Kiev, en février. Alors, il n’est pas bon ce bilan ? Si, bien sûr. Pas de « Gillotcide » en vue, donc, malgré une élimination prématurée en Coupe de la Ligue, à Montpellier. On garde le mentor. Et on en est fier, soulagé, même, au club. Pas d’ambition, excepté « l’équilibre financier » ? Pas très grave. On s’en fout. Sauf en tribunes… Et voilà, le tour est joué. Le LOSC attendra un peu pour enrôler le fils prodigue. Rudi Garcia aussi. Antoine Kombouaré peut également continuer son tour du monde en mode touriste. Jean-Louis Triaud jubile. Pour une fois, on sent la chose à 100% sincère.

« Le prolonger, c’est une grande satisfaction, Francis a prouvé depuis son arrivée que c’était un grand entraîneur, confiait le président. Il a su régénérer un groupe qui en avait besoin, obtenir des résultats très satisfaisants et, au-delà de ça, montrer des qualités humaines et de personnalité qui sont en adéquation avec le club. C’est un entraîneur talentueux, sinon, on n’aurait pas souhaité le conserver, mais aussi un homme de club qui, dans son analyse et son comportement, fait preuve de beaucoup d’intelligence et de réflexion, poursuivait-il prolixe. Il ne pense pas qu’à lui-même ; il sait quelles sont nos contraintes et les accepte. Il est un peu comme un professeur d’école. » Amen. Homme de « défis » , sans trop de pression, quoi. Oui, ça colle. Et l’intéressé a son propre avis. « J’ai fait un bilan des dix-huit mois ici et, sportivement, il est plutôt acceptable, avec l’objectif Europe atteint, confie-t-il. Je sens qu’il y a quelque chose à faire sur les cinq mois qui arrivent… On peut toujours faire mieux, mais je trouve qu’on s’en est bien tirés. (…). J’ai remercié les joueurs, car c’est aussi grâce à eux… parce qu’un entraîneur sans les joueurs n’est rien du tout. J’espère qu’on fera encore mieux. » Classe. Respect.

S’il n’est pas « [son] truc » de s’inscrire dans la longévité comme Alan Pardew, à Newcastle, Francis Gillot, qui aurait pu gouter à l’ailleurs, voire à une structure bien plus huppée sportivement que celle des Girondins, a choisi de rester. Fidèle, sobre, efficace. Il est probablement la meilleure chose arrivée au club depuis des années. Gillot, la star de l’effectif ? Putain, deux ans… de plus. Bordeaux ne pouvait pas rêver mieux.

Par Laurent Brun, à Bordeaux.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)