Gillet : « Je suis super chaud »

Après dix années passées à Bari, Jean-François Gillet a décidé de tenter une nouvelle aventure et s'est engagé avec Bologne. Présent, passé, l'Euro 2012, le portier belge en profite pour faire le point sur tout. Avec l'accent.

Modififié
0 1
C'est tombé : vous êtes le nouveau gardien de Bologne. Premières réactions ?

Bah, c'est bien, c'est super même ! Bologne, c'est une grande ville, avec un club qui a une très belle histoire. Me dire que je vais jouer là, c'est un challenge très excitant.

Le choix de Bologne, c'était pour éviter d'avoir Di Vaio comme adversaire ?

(Il se marre) C'est un peu ça, oui ! Non, sincèrement, l'objectif c'était surtout de rester en Serie A. Les dirigeants de Bologne ont été très concrets avec moi, dès le début. Je vais retrouver de très bons joueurs, et pas seulement Di Vaio. Il y a vraiment une bonne base ici, une bonne base pour faire de bonnes choses. Je suis super chaud.

D'autres clubs étaient sur les rangs ?

Oui, il y a eu d'autres propositions, mais personne n'a montré autant d'envie que Bologne. Par contre, en France, il n'y avait rien. Et puis de toutes façons, je voulais rester en Italie.

Vous n'avez pas eu envie, à 32 ans, de faire le grand saut dans un club qui pourrait lutter pour le titre?

Non, ces clubs là, ils sont bouchés à ce poste là. Julio Cesar, Buffon, ce sont de très grands gardiens. Et moi je ne voulais pas faire banquette. Je veux être titulaire. Et ici à Bologne, on m'a proposé un poste de numéro 1. On va faire les choses comme il faut, on a de grandes ambitions.

Vous savez que Bologne, c'est une équipe qui a terminé 17ème en 2009, 17ème en 2010 et 16ème en 2011...

C'est sûr, c'est un gros défi de venir ici. L'objectif ça va être de faire mieux. Non, le vrai objectif, avant tout, c'est d'arriver à 40 points. Après, on verra. Le reste, ce sera du bonus.

Revenons un peu sur votre expérience à Bari. Les adieux étaient émouvants ?

Bien sûr. Je suis resté dix années là-bas. Sincèrement, après tout ce que j'ai vécu là-bas, ce n'aurait pas été réglo de partir comme ça, avec juste un communiqué sur Internet. Du coup, j'ai convoqué une conférence de presse. Mais jamais je n'aurais pensé qu'il y aurait autant de monde. Dès que je suis arrivé dans la salle, il y a eu des applaudissements et les gens ont commencé à chanter. Donc oui, ça m'a fait quelque chose, ça m'a beaucoup ému.

Ca vous rend triste, au fond, de quitter ce club ?

Oui, j'ai passé dix ans ici. J'ai vécu des moments incroyables, avec la remontée en Serie A, et des superbes victoires. J'ai ma maison ici, ma famille est habituée à cette ville. Mais je dois surtout penser à ma carrière.

Les derniers matches de la saison ont été excellents. Ca doit être un peu énervant de se dire qu'on aurait pu jouer comme ça toute l'année ?

Oui. Mais après, c'est normal. On a joué pendant près de 7 mois sans les joueurs qui faisaient la différence. Pourtant, on avait une bonne équipe, mais par rapport l'an dernier, il nous a manqué les joueurs clefs. Ensuite, il y a des gars qui sont arrivés en janvier, certains sont étrangers, ils ont dû apprendre la langue. Du coup, ils ont commencé à vraiment s'acclimater au mois de mai. C'était déjà trop tard pour remonter la pente.

Le match contre la Roma c'est un peu la photographie de la saison de Bari. Un jeu pas dégueu du tout, une malchance incroyable, et une défaite à la fin...

Ce match là, c'était horrible. Jamais on ne doit perdre. De toutes façons, la plupart de nos matches cette saison a été déterminée par des épisodes. Je crois qu'on a tout eu : des tirs déviés, des poteaux, des barres, des autogoals. C'est incroyable. J'ai rarement vu une telle malchance.

Vous savez que vous êtes le premier gardien à avoir arrêté deux pénaltys de Totti au cours d'une même saison?

Ah, bah c'est pas mal, hein ? (il rigole) Surtout que Totti, c'est tout de même un gros tireur. Cela me fait au moins une belle satisfaction cette année.

Vous avez un entraînement spécial sur les pénaltys?

De temps en temps, oui. Je le fais surtout à la fin de l'entraînement. Les joueurs s'entrainent à tirer, nous on s'entraîne à arrêter. Il faut dire, les pénaltys, si tu ne t'entraînes pas, tu n'en sauves jamais aucun. Le tir est tellement proche et violent. Il faut aussi étudier le joueur qui va tirer.

Vous avez entendu parler de l'affaire des paris clandestins ?

Je vais avouer que je n'ai pas trop suivi, j'étais en vacances. D'après ce que j'ai compris, ce que l'on en est encore au niveau des enquêtes, donc personne ne sait trop quoi dire. Tant qu'il y a des interrogatoires, c'est difficile de se prononcer.

Plusieurs jeunes joueurs belges sont convoités en Italie, notamment Hazard et Witsel. Le pays est en train d'avoir une belle génération ?

Oui c'est sûr, il y a une belle génération. Il y a de très bons joueurs qui jouent dans des grands clubs à l'étranger. Par exemple, si Witsel passe du Standard au Milan AC, c'est super pour lui et pour l'équipe nationale. Il y aussi Ogunjimi de Genk qui est très bon.

Est-ce que l'un de vos objectifs, c'est de faire une grosse saison et terminer en beauté avec l'Euro ?

Bah, là, on s'est un peu troué contre la Turquie, on a fait 1-1 alors qu'on a très vite mené au score. Ca nous a mis en difficulté. Maintenant il va falloir être parfait. On va devoir gagner tous nos matches et espérer que la Turquie fasse un faux pas. Mais c'est sûr, terminer la saison par l'Euro, ce serait le top. La cerise sur le gâteau.

On va finir sur la saison qui va bientôt s'ouvrir. Vous avez suivi un peu les recrutements ?

Pour l'instant, le marché n'a pas encore réellement débuté. En Italie, le mercato, c'est surtout à la fin. L'an dernier, Milan a pris Ibrahimovic et Robinho lors du dernier jour du mercato. On en saura plus au mois d'août.

Et pour le moment, qui s'est le mieux renforcé selon vous ?

Pour l'isntant, il y a la Lazio qui se bouge bien. Ils sont en train de se faire une belle équipe là.

Session pronostics. Qui va être champion cette saison ?

Je pense que l'AC Milan est en super position pour se répéter. C'est une équipe qui est habituée à gagner. Et ils sont vraiment super forts.

Et Bologne?

Le mieux possible. D'abord, 40 points, et après, c'est que du plus. Evidemment, si on finit dans la première moitié de tableau, c'est le top. J'ai vraiment hâte de recommencer, je suis super chaud.

Propos recueillis par Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ce serait le comble pour un gilet de ne pas être chaud...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Coentrão, guesh caviar
0 1