En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Olympique de Marselle

Gignac reste à quai

En gardant Lucho et Gignac, l'OM a peut-être fait un plus mauvais mercato qu'en laissant partir Niang et Ben Arfa la saison passée. Car il s'agit désormais de recoller les morceaux. Et concernant l'ancien Toulousain, ce n'est pas gagné.

Modififié
La “magie” du dernier jour de mercato a encore opéré du côté de l'OM. Et aujourd'hui, les dirigeants ne peuvent pas jouer à ceux qui ne savaient pas. Il y a dix ans tout pile, ils avaient déjà fait n'importe quoi, en faisant signer Pascal Nouma après les douze coups de minuit. A l'époque, Pierre Dubiton tente bien de trafiquer le cachet de la poste, mais ça ne change rien et le transfuge de Beskistas est comptabilisé comme joker, empêchant Djorkaeff de signer dix jours plus tard. Cette saison, personne n'a signé le dernier jour. Mais à bien y regarder, c'est peut-être pire.


Gignac a été envoyé de force par le club en Angleterre pour faire de la place au fameux « Grantatakan » . Mais la signature d'Amauri a capoté. Le natif de Fos-sur-Mer est donc rapatrié en lousedé. Dans la foulée, José Anigo déclare que finalement, ce n'est pas plus mal, « comme ça, il mettra plus de buts » . Une humiliation de plus. Depuis la reprise, Gignac est dorloté par tout l'édifice olympien. Au vu de son traitement ce 31 août, chaque petite attention dans la presse à son égard fait écho de la largeur des coups de couteau qu'il a reçus dans le dos. Invité d'RMC en fin d'après-midi, le directeur sportif de l'OM a refait le match : « Depuis le début, on a dit que notre mercato était réglé. Mais à la suite des premiers matchs, on s'est dit qu'il nous fallait peut-être un petit apport offensif. Rien ne pouvait se faire sans départ, et André-Pierre avait un contact avec Fulham. Sportivement, il est évident qu'Amauri l'aurait bloqué. Et puis, ce n'était qu'un prêt, pour le relancer » . Mais l'affaire a foiré. De l'aveu de José, il y aurait eu surenchère de la part du clan Amauri. Comment pouvait-il en être autrement ? Son agent savait pertinemment que l'OM était en train de se couper de son autre attaquant axial de métier. Alors autant demander plus, hein... Vincent Labrune a voulu faire "une Olivier Sadran", son homologue toulousain qui s'était montré intransigeant dans les négociations concernant... Gignac. C'est bien, mais il faut aussi savoir la jouer plus finement, négocier des accords avant et les garder secrets. C'est la rentrée, l'école de journalisme de Pape Diouf rouvre ses portes. Peut-être qu'il donne des cours du soir, qui sait ?

Le sang bleu et blanc


En attendant, pour l'OM, pas d'Amauri, pas de Gyan non plus ( « Sunderland voulait un échange avec Gignac mais lui ne voulait pas aller là-bas » dixit Anigo) mais un retour de l'ancien Lorientais et Toulousain, donc. Quid de son moral et de sa fierté ? Si le directeur sportif olympien n'a pas hésité à dire que le nom d'Amauri venait de l'entraîneur Didier Deschamps, il n'a pas non plus joué la carte du papa poule avec son avant-centre : « Il a vu ce que c'était ailleurs, peut-être qu'il sera content de voir ce qu'il a chez lui » . Le temps des douceurs semble donc définitivement révolu à son sujet. Et ce n'est pas du côté des supporters qu'il va pouvoir chercher du réconfort : ils sont sur la même longueur d'onde. OK, Gignac n'a pas passé une super semaine, mais pas question de commencer à le plaindre pour autant. « Même si c'est brutal, il récolte quelque part ce qu'il a semé, juge Ahmed, ancien responsable des MTP. Il sait déjà qu'il va pouvoir compter sur le soutien des joueurs, qui sont solidaires, ça va » .

En fait, cet épisode est plus vu comme une occasion de réellement repartir de zéro pour celui qui porte le numéro 10. Lui qui n'a cessé de clamer qu'il a le sang bleu et blanc va avoir l'occasion de montrer qu'il aime ce club plus que tout, plus que des dirigeants et un entraîneur qui n'ont pas hésité à le désavouer. « De toute façon à Marseille, il n'y a pas de secret. Si tu donnes tout et marques, tu auras toujours les supporters de ton côté » poursuit l'homme du virage nord. De quoi prendre une bien belle revanche. Car non, les compteurs ne sont pas vraiment revenus à zéro.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 13 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 9 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3