Gignac-Deschamps, vraie inimitié ou mauvais dossier ?

Après avoir été en bonne place dans Le Canard Enchaîné, les écoutes de Jean-Pierre Bernès éclaboussent une nouvelle fois Didier Deschamps dans L'Équipe. Notamment avec André-Pierre Gignac. De quoi déterrer la hache de guerre ?

Modififié
606 31
« Remplacer Gignac par Gameiro ou n'importe qui, de toute façon, ça ne peut être que mieux » , puis « Gignac, on va le traîner comme un boulet. Il ne veut pas partir, il ne fout plus rien depuis douze jours. Il a envie d'être payé aux frais de la princesse » . Dans les quatre pages que le quotidien L'Équipe consacre ce samedi aux écoutes de Jean-Pierre Bernès, les punchlines de Didier Deschamps ressortent. Notamment celle à l'attention d'André-Pierre Gignac. Lors du dernier rassemblement des Bleus, Deschamps avait loué l'état d'esprit de l'attaquant, ô combien précieux de par sa bonne humeur dans un groupe. Visiblement, il ne tient pas le même discours en privé. Polémique ? Absolument pas. Car ces propos sont tout simplement à remettre dans un contexte, celui de la saison 2011-2012 de l'OM, qui sentait sacrément le souffre. Reste que l'affaire renvoie à des agissements que les deux protagonistes préfèreraient sûrement effacer.

À la base, Deschamps préfère Gignac que Gameiro


Pour comprendre, il faut remonter au transfert de Gignac à l'OM en 2010. Après le titre, Deschamps cherche un nouvel attaquant. Un grand nom. Il essaie en premier Drogba, puis se rabat sur Luís Fabiano. Dans le même temps, APG a sorti deux bonnes saisons à Toulouse, devenant même indiscutable en équipe de France. Le buteur rêve du seul club qui l'a fait vibrer minot : l'Ohème. Son agent a même été directeur sportif du club olympien au début des années 2000. Il y a donc peut-être moyen et Gignac est prêt à pousser la porte. Mais son conseiller se heurte au mur Deschamps, qui veut un attaquant qui a l'expérience de la Ligue des champions. Cependant, DD assure que Gignac est son choix numéro 1 s'il faut piocher en Ligue 1. Ce qu'il démontre en fin de mercato. Fin août, il donne son aval pour signer le joueur de Toulouse, alors que son directeur sportif, José Anigo, avait activé ses réseaux toujours bien en place du côté de Lorient pour récupérer... Kevin Gameiro. Voilà pour les partisans de l'attaquant de Séville. Malgré la déclaration du jour, à la base, Deschamps préfère APG.

Le vrai-faux transfert à Fulham qui change tout


Mais leurs deux saisons en commun à l'OM seront loin d'être calmes. À la fin d'un premier exercice mitigé, Gignac se fait opérer d'une pubalgie. Deschamps le convainc dans la foulée d'aller à Merano pour suivre une cure et apprendre à bien manger. Gignac accepte, mais goûte peu à la médiatisation de son voyage et aux commentaires de son coach en conférence de presse. L'OM rate son entame de championnat. Trois nuls puis une défaite à Lille, fin août (3-2). Gignac et Rémy ont été associés une partie de la rencontre, mais ça n'a pas convaincu la Dèche, qui le fait savoir au joueur après la rencontre. Le mardi suivant, le dernier jour du mercato, Gignac prend donc un avion pour partir en prêt à Fulham et doit se faire remplacer par Amauri. Sauf que l'information fuite dans les médias dès le matin. À son arrivée à Marseille, l'agent de l'Italo-brésilien est au courant de tout et tente une surenchère. Vincent Labrune, fortement suspecté d'avoir fait fuiter l'information quelques heures auparavant, refuse de céder et Gignac est sommé de prendre un vol retour, alors qu'il s'était laissé convaincre par Martin Jol, le coach des Cottagers. Forcément, derrière, il ne faut pas compter sur un joueur concerné. Gignac revient progressivement dans le groupe, se clashe avec Deschamps à la mi-temps d'un match de Ligue des champions, puis se répète dix jours plus tard à Caen, de quoi rester à l'écart presque jusqu'à la fin de saison. Presque, car il revient pour les dernières journées, portant même le brassard pour le dernier match à Sochaux. Lors d'un gala de charité, APG avait acheté à prix d'or un maillot... de Didier Deschamps. Avant la dernière enchère, il avait apostrophé son entraîneur : « Je paie, mais je veux être capitaine pour le dernier match. » La guerre n'a pas duré bien longtemps.

Par Romain Canuti, à Marseille
Modifié

Dans cet article

Serait-il possible de foutre la paix à Deschamps et à l'équipe de France?


C'est une façon de préparer l'EURO?
L'affaire Benzema est réglée, il ne viendra pas.
Celle de Sakho aussi, il ne viendra pas.
Deschamps est visée par des histoires un peu étranges (lors de son passage à l'OM, il va devoir s'en expliquer un jour, j'imagine).
Et maintenant, et allez qu'on balance de nouveaux des anciens propos, histoire de foutre un peu le bordel dans le groupe...

Sérieux, je suis pas supporter de l'EDF (sympathisant plutôt), mais ça respire la sérénité et la confiance avant d'entamer le tournoi.
Mes excuses, je me suis emporté.
Message posté par -Dan-
Mes excuses, je me suis emporté.


Je rejoint tes propos
Dani de Melo Niveau : CFA2
Note : 1
Message posté par Icko
Je rejoint tes propos


Moi aussi : il s'est emporté !
TheGoatKeeper Niveau : CFA
Message posté par -Dan-
Mes excuses, je me suis emporté.


Itou. la meme, tu as bien raison de temporter

Et, franchement, je me demande linteret des journeaux de balancer toutes ces saletes a 1.5 mois de l'Euro, si ce nest vendre du papier plutot que de supporter lequipe nationale en fermant leur gueule.

Ca me debecte
Note : 1
AHAH le triomphe de la vérité ou de la sérénité?

"toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire"...
GovouLegend Niveau : DHR
Ce sont des propos privés non ?
Ces propos n'ont rien a voir avec l'affaire en cours sur DD non ?
Ces propos sont juste balancés dans l'espoir de foutre la merde non ?

Le secret judiciaire et le niveau de la presse battent des records en ce moment.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
Note : 1
T'excuse pas je vais même ajouter un truc : ces gros fils de p*** de l'équipe sont tellement pas capables de parler jeu, tactique, sport qu'ils sont obligés de faire du sensationnel pour vendre leur torchon.

Qu'ils aillent bien se faire enc*** à sec avec du verre pilé !
Gunner's Dude Niveau : DHR
Cette affaire est juste dégueulasse. Ce sont des propos privés (comme dit plus haut). Or, que le journalisme d'investigation ne se prive pas de dévoiler des propos privés quand ils révèlent des éléments ayant un impact politique est parfaitement normal.
Ici, rien ne justifie un tel déballage, sinon la nécessité de vendre du papier. À la rigueur, Dédé ne serait jamais sélectionné que ces échanges pourraient constituer une explication à sa non-sélection et avoir dès lors un "intérêt" (même dans ce cas de figure, il me semble que les guillemets s'imposent). Un livre récent dénonce "la dictature de la transparence": je ne suis en rien d'accord avec ceux (souvent de droite) qui défendent l'opacité comme nécessité de gouvernement, en revanche ici, l'expression me paraît bien trouvée.
Ce n'est pas le propos qui fait l'intérêt des articles, mais le fait qu'ils soient révélées : comme si le fait qu'une chose soit cachée suffisait à justifier qu'on la dévoile.
Quand le fouteur de merde* se rêve journaliste, voilà ce que ça donne.
Gunner's Dude Niveau : DHR
Cette affaire est juste dégueulasse. Ce sont des propos privés (comme dit plus haut). Or, que le journalisme d'investigation ne se prive pas de dévoiler des propos privés quand ils révèlent des éléments ayant un impact politique est parfaitement normal.
Ici, rien ne justifie un tel déballage, sinon la nécessité de vendre du papier. À la rigueur, Dédé ne serait jamais sélectionné que ces échanges pourraient constituer une explication à sa non-sélection et avoir dès lors un "intérêt" (même dans ce cas de figure, il me semble que les guillemets s'imposent). Un livre récent dénonce "la dictature de la transparence": je ne suis en rien d'accord avec ceux (souvent de droite) qui défendent l'opacité comme nécessité de gouvernement, en revanche ici, l'expression me paraît bien trouvée.
Ce n'est pas le propos qui fait l'intérêt des articles, mais le fait qu'ils soient révélées : comme si le fait qu'une chose soit cachée suffisait à justifier qu'on la dévoile.
Quand le fouteur de merde* se rêve journaliste, voilà ce que ça donne.
TheGoatKeeper Niveau : CFA
Message posté par Gunner's Dude
Cette affaire est juste dégueulasse. Ce sont des propos privés (comme dit plus haut). Or, que le journalisme d'investigation ne se prive pas de dévoiler des propos privés quand ils révèlent des éléments ayant un impact politique est parfaitement normal.
Ici, rien ne justifie un tel déballage, sinon la nécessité de vendre du papier. À la rigueur, Dédé ne serait jamais sélectionné que ces échanges pourraient constituer une explication à sa non-sélection et avoir dès lors un "intérêt" (même dans ce cas de figure, il me semble que les guillemets s'imposent). Un livre récent dénonce "la dictature de la transparence": je ne suis en rien d'accord avec ceux (souvent de droite) qui défendent l'opacité comme nécessité de gouvernement, en revanche ici, l'expression me paraît bien trouvée.
Ce n'est pas le propos qui fait l'intérêt des articles, mais le fait qu'ils soient révélées : comme si le fait qu'une chose soit cachée suffisait à justifier qu'on la dévoile.
Quand le fouteur de merde* se rêve journaliste, voilà ce que ça donne.


Par curiosite, est-ce que ca vaut le coup dy jeter un oeil a ce livre, ou alors le contenu est aussi pauvre que le titre est aguichant?
D'un autre cote est ce bien surprenant? Tout supporter marseillais de bonne foi se souvient des 3 premieres annees de Gignac. Surcharge ponderale, mauvais, blesse. Une arnaque. Il aura fallu qu'une fin de contract proche le motive a perdre 10kg. On oubliera pas non plus bielsa, son systeme ultra offensif (record de buts sur une annee) pour remettre dede dans le bon sens du rail.
Gunner's Dude Niveau : DHR
Message posté par TheGoatKeeper
Par curiosite, est-ce que ca vaut le coup dy jeter un oeil a ce livre, ou alors le contenu est aussi pauvre que le titre est aguichant?


Non, c'est tout naze. Enfin bon, c'est surtout que personnellement je n'adhère absolument pas au propos qui est une défense de la raison d'État et des principes philosophiques qui la sous-tendent. Le livre est de Mazarine Pingeot qui n'est autre que la fille naturelle et ... longtemps cachée ... de F. Mitterrand. Ceci explique probablement cela.
Le journalisme d'investigation est censé répondre à des idéaux de justice auquel rien ni personne ne doit échapper (même s'il y a bien souvent un arrière fond inquisitorial), pas de problème avec ça.

Mais là le Canard fait du Thierry Ardisson : révéler les moindres détails d'une inimitié connue et dépassée depuis longtemps. Vu le moment où ça tombe, difficile de pas voir une volonté de pourrir un peu plus l'image de la sélection et de Deschamps. Et si c'est dépourvu de toute arrière-pensée de ce genre, ben c'est du sensationnalisme digne du premier tabloïd venu.

Non vraiment j'approuve le premier commentaire. C'est dégueulasse.
TheGoatKeeper Niveau : CFA
ok merci, c cool.

Ca m'interpelle quand meme, ms cest un sujet difficile, et a ne surtout pas traiter de maniere trop manicheenne ni trop idealiste a mon sens

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Lamela, l'écran total
606 31