Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Europe – Autres championnats – Roumanie – Steaua Bucarest

Gigi « Ugly » Becali, clap de fin pour de bon ?

En prison depuis 2013 pour une affaire liée à son immense et douteuse fortune, l'ancien sulfureux président du Steaua Bucarest Gigi Becali vient de bénéficier d'une réduction de peine et a été remis en liberté. Dans la foulée, il a annoncé son retrait de la vie publique et donc a priori du football, l'une de ses passions avec la religion, la politique, l'argent et les grossièretés. Allez, on dit au revoir à Gigi The Ugly pour de bon ?

Modififié
Il avait l'air tellement au-dessus des lois que la nouvelle avait surpris tout le monde. En mai 2013 pourtant, Gigi Becali avait bien été condamné à de la prison ferme et s'était retrouvé incarcéré au centre pénitencier de Rahova, puis à celui de Poarta Alba. La sentence est infligée à l'un des hommes les plus riches et les plus influents de Roumanie : 3 ans et demi derrière les barreaux, pour une affaire remontant à 1997 et qui montre comment le loustic a pu bâtir son immense fortune en partant de quasi rien. Fils de berger, la légende de Gigi raconte qu'il se serait vu confier par sa famille le pactole résultant de la vente du cheptel de moutons et qu'il aurait profité dans les années 90 du chaos faisant suite à la chute du régime de Ceaușescu, en achetant des hectares entiers de terrain en périphérie de Bucarest, pour les revendre ensuite en réalisant chaque fois de gros bénéfices grâce à la flambée des prix. L'une de ces opérations financières va conduire à sa chute. En 1997, donc, Becali se voit confier 30 hectares de terrain appartenant jusque-là à l'armée, par le ministère de la Défense, en échange d'un autre terrain d'une bien moins grande valeur. Cette transaction aurait entraîné un manque à gagner pour l'État roumain de près de 900 000 dollars et a finalement été portée en justice, après des années d'enquête. La procédure a fini par aboutir en 2013 à la condamnation du sulfureux businessman, mais aussi de l'ancien ministre de la Défense de l'époque, Victor Babiuc. Becali a bien tenté de fuir ses responsabilités et l'inéluctable incarcération en tentant de joindre Israël, mais il a été arrêté à l'aéroport de Bucarest par la police aux frontières et a donc bien dû purger sa peine, en tout cas une partie.

Berlusconi version hardcore


Samedi dernier, les médias locaux révélaient que le condamné venait de bénéficier d'une réduction de peine pour son comportement jugé exemplaire en prison. Il était déjà en traitement de semi-liberté depuis quelque temps, travaillant notamment, dans le cadre d'un programme carcéral, auprès de l'académie de football d'un certain Gheorghe Hagi, son parrain, soupçonné de lui avoir donné un coup de main pour lancer son business durant les nineties. Gigi Becali, qui va fêter ses 57 ans en juin, aurait annoncé, toujours d'après la presse roumaine, son intention de se retirer de la vie publique. Peut-être va-t-il effectivement se mettre définitivement au vert et se ranger des affaires. Ou bien peut-être plus sûrement est-ce une ultime manœuvre d'un homme à la réputation sulfureuse, pour ne pas dire détestable. Un incontournable, sorte de Berlusconi version hardcore, qu'on peut aussi comparer dans le conservatisme et l'idiotie crasse à un Donald Sterling, l'ancien boss des Los Angeles Clippers en NBA. Mégalo, populiste, raciste, homophobe, misogyne, affreux, sale et méchant… Sa vie d'avant, notamment en tant que propriétaire du Steaua Bucarest, est une sorte de quête au grand chelem d'un sport consistant à se rendre le plus détestable possible.

Lady Gaga ? Une disciple de Satan


Becali, c'est ce genre de mec bas de plafond qui n'a pas hésité à traiter un commentateur TV noir de « singe » ou à justifier ainsi son peu d'enthousiasme à propos de la rumeur envoyant Florent Sinama-Pongolle au Steaua en 2012 : « On m'a dit qu'il est chrétien, mais il est aussi noir. Et s'il est noir… » Un autre joueur se serait aussi vu interdire de rejoindre l'équipe, car Gigi The Ugly le suspectait d'être gay. Il avait d'ailleurs refusé que le traditionnel We Are The Champions de Queen soit chanté par ses joueurs, sous prétexte que Mercury était homosexuel et donc fou. Il s'en est pris également à Lady Gaga, considérée comme une disciple de Satan possédée lors de sa venue à Bucarest pour un concert en 2012. Entre autres dégueulasseries – la liste est non exhaustive –, il a également dit un jour des femmes qu'elles n'avaient plus de valeur après avoir donné naissance.

Relais du Christ sur Terre


Le portrait de ce triste personnage ne serait pas complet sans évoquer deux autres grosses affaires encore plus graves dans lesquelles il est impliqué. En mai 2008, il envoie cinq hommes de main à Cluj pour le derby entre Universitatea et le CFR, avec pour mission de remettre aux joueurs du premier club une valise contenant 1,7 million d'euros en liquide. Le but : les motiver à battre le CFR, ce qui aurait permis au Steaua de récupérer in extrémis le titre national à la dernière journée. La tentative capote et Becali se justifie n'importe comment, arguant d'abord d'un intérêt pour un terrain sur place, puis disant que cet argent était destiné aux enfants défavorisés de la ville… Il sera finalement blanchi de cette histoire. Un an après, en 2009, il est en revanche condamné à trois ans de prison avec sursis pour avoir commandité le kidnapping et la torture des voleurs de sa limousine. Lui qui se décrivait à ses électeurs – il a été député européen et député à l'assemblée nationale roumaine – comme le relais du Christ sur Terre a tout de même fini par connaître la prison. Maintenant qu'il en est sorti, mieux vaut pour le Steaua qu'il reste à l'écart de ses affaires pour de bon.


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 2 heures Usain Bolt pourrait jouer en Australie 11
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 38 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 69