1. //
  2. // 8e
  3. // USA/Ghana (1-2, a.p)

Ghana, le nouvel héritier

Le Sénégal 2002 et le Cameroun 1990 ne sont plus seuls. Le Ghana aussi peut aujourd'hui inscrire sur son CV « s'est qualifié en quarts de finale de Coupe du Monde » . Comme ses prédécesseurs, sur un 2-1 après la prolongation.

Modififié
0 0
L'affrontement contre les Etats-Unis n'était gagné d'avance, surchauffés par les discours de Bill Clinton et les venues de Mike Jagger ou Kobe Bryant dans les tribunes de Rustenburg. La main sur le coeur et l'autre sur l'épaule du voisine son voisin, les Yankees répondaient aux implorations mystiques, les bras au ciel, de Paintsil et du portier Kingson et au bide d'Abedi Pelé, bien posé près de sa loge.

«  Difficile de mettre un Africain sous pression. Bon, ça a ses qualités et ses défauts, mais là pour le coup, le Ghana a bien géré son entame de match » . Marcel Desailly, résume à sa sauce sur Canal le début de match des Ghanéens. Fidèles à ce qu'on a vu depuis leur premier match, les Black Stars la jouent sobres, techniquement sûrs, avec le pivot Gyan devant et des piles électriques sur les côtés. Sacré Ayew Pelé. Pressant comme des tarés dès que les Ricains s'approchent de la ligne médiane, les Ghanéens seront récompensés 5 minutes seulement après le coup d'envoi. Boateng récupère le cuir dans le rond central, s'enfonce dans la défense américaine, profite d'un appel de Gyan côté opposé pour placer une frappe tendue au premier poteau d'un Tim Howard impuissant (5ème). On se dit que les hommes de Bradley répondront sur le plan physique, tant techniquement la supériorité ghanéene saute aux yeux. Faux, les States vivront un calvaire lors du premier acte, passant leur temps à subir les tacles de rageux de Annan, Mensah ou Paintsil, et à courir derrière une balle quasi-insaisissable. Passe de Annan sur Gyan en appui et ouverture sur les diagonales pour Ayew et Inkoom, un peu plus empôté ballon aux pieds que Pelé fils : la leçon est bien récitée côté ghanéen. Les Ricains attendront la 35ème minute, par Findley, pour réellement inquiéter la défense des Black Stars, le véritable talon d'Achille de la sélection de Rajevac. Et se feront encore peur lorsque Howard sort du pied une frappe d'Asamoah, bien servi par la détente incroyable de Gyan.

Dans les vestiaires, Bradley Senior a dû souffler dans les bronches de ses « soldiers » . Ils auront mis 35 minutes à toucher Kingson en première période, ils n'en auront attendu que deux à la reprise. Jonathan Mensah rate son contrôle, qui profite au nouvel entrant Feilhaber. Kingson sort comme un chef pour laisser la maison ghanéene sauve (48ème). Les Etats-Unis réussissent enfin à mettre sous l'éteignoir le régulateur Annan - qui disparaîtra au fur et à mesure de la rencontre - reprennent le contrôle physique de la partie et font reculer le bloc africain. Vient la 62ème minute. Papa Mensah se prend une soute par Dempsey. L'homonyme Mensah de 19 ans tente de sauver les meubles mais découpe le milieu de Fulham dans la surface. Et Donovan transforme le péno. Poteau rentrant. God save America... Heureusement pour le Ghana, leur fébrilité défensive ne sera pas plus durement sanctionnée par le tank Altidore qui ratera deux duels face à Kingson (69ème et 80ème). Les Africains redonneront quelques couleurs à leurs maillots « strippés » sang et or en fin de seconde mi-temps, remontant d'un cran une défense jusqu'alors plantée dans ses 30 mètres. Prolongation donc, la première de ce Mondial.

Le Ghana a la bonne idée de copier/coller le scénario du début de match. Ayew clique la gonfle loin devant. Gyan, qui n'avait fait que le sale boulot jusque là, dézingue Howard d'une belle demi-volée après, à la régulière, avoir déménagé sur le rebond Bocanegra (93ème). Le Ghana tient son exploit et ne laissera pas les Yanks revenir dans la partie, malgré une dernière frayeur (Dempsey,119ème) et peut remercier ses tauliers Kingson et Gyan. L'Afrique est toujours là, mais surtout le Ghana !



Royal Bafokeng Stadium – Rustenburg


Buteurs : KP Boateng (5ème), Gyan (93ème, prolongation) pour le Ghana ; Donovan (62ème, sp) pour les Etats-Unis

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0