1. //
  2. // Real Madrid/Getafe

Getafe, année 0

Ce soir, c'est le derby de la M30. Luis Garcia et son Getafe new look s'en vont traverser le périphérique madrilène en espérant que les dieux aient pitié de leurs âmes. Mais le sorcier de Getafe y croit vraiment. Fou ?

0 0
Luis Garcia, 38 ans, est un optimiste désespéré. «  C'est ce que disent les gens. Quand ça va mal, je vais chercher la confiance là où elle se trouve. Et puis ensuite, en toute responsabilité, j'exige de saisir les opportunités que te donne la vie » . Jamais, à Getafe, on avait fait signer des contrats aussi longs à ses entraineurs (3 ans). Ni Sanchez Flores, ni Schuster, ni Michel, n'ont eu droit à ce privilège. Mais Luis Garcia est un sorcier, et mieux vaut ne pas énerver un sorcier. Il faut dire que l'ex-entraineur de Levante n'en est pas à son premier sortilège. Avec le plus petit budget du Royaume et une équipe composée exclusivement de vieux lions et de jeunes loups, Levante a réussi un exploit : terminer troisième des matchs retour juste devant Villarreal et l'Atletico de Madrid et à seulement 5 points du Real Mourinho. Levante a même poussé l'insolence jusqu'à se sauver une journée avant la fin sur le terrain du rival historique, Valence. Ce soir, Luis Garcia affronte son premier derby madrilène. Même pas peur.

Getafe a frôlé l'abîme l'an passé et ne se sauve que d'un misérable point. Avoir vu le purgatoire en face ne laisse personne indifférent. «  Je suis un type ambitieux. Souffrir tous les ans, ça ne m'intéresse pas » . Angel Torres, son président, a tranché dans le vif. 13 joueurs sont écartés, Michel est remercié, 12 joueurs sont recrutés et Luis Garcia est chargé de la reconquête. Getafe en a officiellement assez de vivre dans l'ombre des ses voisins. En avril, Angel Torres annonce le rachat de 99% des actions du club par le Royal Emirates Group. Le président-actionnaire devient président exécutif et le business plan est clair : « Nous irons lentement mais sûrement. Le budget augmentera de 20 millions d'euros par an, pour ensuite se maintenir à 65 millions. On va pouvoir enfin commencer à faire quelque chose » . L'objectif ? « La Ligue des Champions dans trois ans » . Eh ouais, mec.

Un Sheikh en bois ?

Sauf que pour l'instant les 65 millions ne sont pas encore arrivés et le club est bien obligé de faire avec son temps. A peine 3 millions dépensés pour s'offrir Sarabia, la pépite de la réserve du Real, et 11 autres joueurs arrivés gratuits (dont les gâchis Dani Guiza et Pedro Leon). Même Luis Garcia a du payer lui-même sa clause libératoire d'un million d'euros pour avoir le droit d'entraîner les madrilènes. Ici pas de costard, de jet ou de champagne. La banlieue rouge de Madrid, ce n'est ni City, ni Paris, ni Malaga. Ici, l'austérité c'est la santé et Luis Garcia de la prêcher: « Nous n'avons pas dépensé un euro en transferts (sauf pour Sarabia, ndlr). Malaga eux, ont dépensé 20 millions dans un seul joueur (Cazorla, ndlr) » . Et 10 millions pour Toulalan.

Au Real, il n'y aura ni Sahin, ni Altintop, ni Khedira. Certes. Mais avant que Norman Foster ne rénove le Coliseo Alfonso Perez, que Fly Emirates ne remplace Burger King sur les maillots bleus, que Dani Guiza ne devienne une icône du glamour, qu'on atteigne les « 14000 abonnés » rêvés par son président et que la banlieue ouvrière de Madrid ne devienne enfin la nouvelle hype européenne, il va falloir se farcir les voisins galactiques. Et ce soir, il n'y a pas que les filets qui risquent de trembler. Même Angel Torres trouve qu'il est « un peu tôt » dans la saison pour rencontrer le puissant voisin. Garcia va devoir trouver une potion anti-Cristiano: « Je ne lui souhaite aucun mal, mais ce serait bien qu'il se lève du pied gauche ou qu'il chope un petit rhume et ne puisse pas jouer samedi » . Un rhume ne suffira peut-être pas cette fois-ci. Car Getafe va devoir faire sans Pedro Leon (interdit de jouer contre le Real), sans charnière centrale (Lopo, Lopez, Albertazzi) et sans aile gauche (Gavilan et Diego Castro toujours aux soins). L'optimisme désespérément, CQFD

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Duel de bonhommes
0 0