1. // Record
  2. // Nombre de buts sur une année civile
  3. // Lionel Messi

Gerd Müller, l’année 1972 pour l’éternité

Bon bah voilà, ça y est. En inscrivant ses 85e et 86e buts de l’année civile, Lionel Messi fait tomber le record d’un certain Gerd Müller, un record vieux de quarante ans. Hors de question cependant de ranger le « Bomber der Nation » dans un tiroir et ne plus jamais en parler. Car le numéro 9 le plus célèbre de l’histoire était quand même un sacré phénomène…

Modififié
0 28
« Je suis vraiment content pour lui. C’est le meilleur joueur du monde actuellement, et ça me fait plaisir de le voir jouer ainsi. […] Les records ne m’intéressent pas plus que ça, mais s’il y en a un qui doit me dépasser, alors j’aimerais bien que ce soit Messi » , déclarait il y a quelques temps le mythique Gerd Müller à Die Welt. Celui qui a donné tout son sens au numéro 9 n’est certes pas un homme de chiffres, mais reste malgré tout un amateur du dépassement de soi. En ce sens, il ne peut qu’apprécier la performance du Barcelonais. Car voilà, ce 9 décembre 2012, sur la pelouse du Betis, Lionel Messi s’est non seulement permis d’égaler le record du « Bomber » , mais aussi de le dépasser. La « Nuit de Séville » , qui renvoie au thriller de 82 entre Allemands et Français, a désormais une signification supplémentaire outre-Rhin. Après avoir soulevé de gros points d’interrogation suite à sa blessure au genou face au Benfica Lisbonne, Lionel Messi est revenu plus tôt que prévu, et voilà que son blaze se retrouve suivi de nombreux points d’exclamation. Les records sont faits pour être battus, voire pour être améliorés. En plus, d’ici la fin de l’année civile, l’Argentin a la possibilité de placer la barre encore plus haut…

Des buts et des titres

Faut-il pour autant jeter les statistiques de Gerd Müller aux oubliettes ? Faut-il oublier cette fabuleuse année 1972 où le « Bomber » a inscrit la bagatelle de 72 buts avec le Bayern (42 buts en Bundesliga, 7 en Coupe d’Allemagne, 11 en Europe et 12 lors de l’officieuse Coupe de la Ligue) ainsi que 13 buts sous le maillot de la Mannschaft ? La réponse est évidemment : NEIN ! Et même si ceux qui s’intéressent au football depuis 1998 rétorqueront : « Ouais, mais c’était plus facile avant, de marquer. » Même si son record a été pété, Gerhard Müller a quand même réalisé une performance hors du commun. Bon, ok, ses partenaires de l’époque n’étaient pas non plus maladroits (on parle de types comme Franz Beckenbauer et Paul Breitner, mais aussi Sepp Maier, Uli Hoeness et « Katsche » Schwarzenbeck), ils l’ont bien aidé, mais dans la surface, et face à des équipes du calibre de Gladbach, Schalke, Cologne ou Hambourg, il n’y avait de place que pour un seul roi. Un roi qui a inscrit 85 pions en 60 rencontres, soit un ratio effrayant de 1,4 but/match. Lionel Messi, qui ne joue pas non plus avec des manches, a franchi cette barre au bout de 67 parties. On va chipoter un peu en disant que l’Argentin a inscrit quatorze pénos, tandis que l’Allemand n’en compte que sept. Il reste quatre rencontres au numéro 10 pour améliorer son record. Mais pour atteindre le ratio du « Bomber » , il lui faudra marquer 100 buts cette année.

Rien que pour ça, le record de Müller ne saurait être oublié. À côté de cet argument, un autre vient s’y coller, de fait : Müller a empilé les buts et raflé les récompenses individuelles, mais il a surtout fait remporter des trophées à ses équipes. Messi a déjà une Coupe du Roi dans sa besace et est peut-être sur la route d’un triplé Championnat/Coupe/C1. En attendant, Müller a permis au Bayern de remporter deux titres de champion (71-72 et 72-73) et surtout un Euro 72, ce qui est déjà un peu plus prestigieux. Comme quoi, marquer plein de buts, c’est bien. Marquer plein de buts pour remporter des titres, c’est mieux. Lors de cette fameuse année 72, les buts de Müller permettent aux Bavarois de remporter le troisième titre de champion de leur histoire, (le deuxième dans la version actuelle de la Bundesliga). C'est le début d'une grande histoire pour celle qu'on appellera bientôt l' « Etoile du Sud » . Après s'être rassasié de titres nationaux et internationaux, l'immense Franz Beckenbauer déclarera même: « Tout ce que le Bayern a gagné, il le doit à Gerd Müller » . Sans doute le plus beau des hommages.

Youtube

Gerd Müller, un être humain

Au-delà de ça, la performance de Lionel Messi est ce qu’elle est, il y aura toujours une place pour Gerd Müller dans l’histoire du football. Non seulement le natif de Nördlingen a donné une nouvelle dimension à son poste, inspirant notamment des obsédés comme Ruud van Nistelrooy ou encore Pippo Inzaghi pour ne citer qu’eux, mais il est surtout resté HUMAIN. Ce n’est pas un hasard si l’on entend à droite à gauche que « Messi est une machine à buts, Messi est un extraterrestre » . Lorsqu'un footballeur met trois semaines à se remettre d'une blessure au genou, Messi met, lui, trois jours, voire trois heures, vu que le lendemain du match contre Benfica en Ligue des champions, il était de nouveau sur pied. Gerd Müller, bien qu'en noir et blanc, était beaucoup plus proche de nous : c’était un joueur professionnel qui buvait et qui fumait, avec ses blessures, ses états d’âme, ses moments de faiblesse. À côté, Messi et son côté froid renvoient l’image d’un cyborg. Bien sûr, c’est absolument génial ce que l’Argentin fait en ce moment, et on peut être à peu près sûr qu’il jouera les quatre derniers matchs des Catalans pour améliorer ses statistiques. En tout cas, s’il est en feu avec le FC Barcelone, on ne peut pas en dire autant avec le maillot de l’Argentine. Du coup, cela va être très difficile de s’attaquer à un autre record de Gerd Müller, à savoir le ratio de buts sous le maillot de l’équipe nationale. Gerd Müller est à 68 pions en 62 rencontres. Et, soit dit en passant, le 1000e but de sa carrière lui a permis de devenir champion du monde en 1974. Des candidats ?



Par Ali Farhat
Modifié

Note : 4
merci so foot de replacer l'histoire du foot
"En tout cas, s’il est en feu avec le FC Barcelone, on ne peut pas en dire autant avec le maillot de l’Argentine."

C'est une blague j'espère
Note : 1
yes man, j'ai vu jouer "die bomber" avec le Bayern et la sélection, c'est vrai que c'était qlq chose.
Très bon article de SF. Muller n'avait pas le 10ème de la technique époustoufflante de Messi
mais sa présence devant le but et sa rage de marquer étaient impressionnantes.
Messi est un peu "jeu video", Muller était plus athlétique. Un virtuose et un killer
Südkurve28 Niveau : CFA
Note : 1
Quel joueur. Respekt, Herr Müller.
Note : 2
Merci Ali Farhat pour les articles les plus précis du site. Mais pour le coup, 1000ème but de Muller en 1974 ? Je trouve le chiffre étonnant ?
Note : 2
Très bon article. Utile pour les moins de vingt ans.
Note : 2
Après vérification auprès de A.F pas d'erreur, autant pour moi.
Note : 1
Très bon article, mon père m'a bcp parlé de cette machine à marquer, il a inventé le style qu'Inzaghi a ensuite repris (pas le seul, j'avais bcp aimé le numéro de SF sur les renards).

Par ailleurs, la déclaration de Müller quant au record de Messi est pleine de classe, personne ne l'oubliera, et le fait qu'un joueur tel que Leo ait battu son record 40 ans après ne fait que rappeler la grandeur de Gerd. Cette déclaration me rappelle Sampras qui s'était félicité de voir Federer battre son record de grands chelems gagnés en disant que le fait de voir un champion pareil le remporter lui faisait plaisir et rappelait la difficulté de ce qu'il a réalisé auparavant.
CupcakeRudy Niveau : Loisir
Note : 1
Pourquoi y'a François l'embrouille à côté de Gerd Müller sur la dernière photo ?!
Note : 3
Gerd Müller était un pur attaquant à la technique fruste et rudimentaire au physique moyen (pas très puissant, pas très costaud, pas très grand)), mais il avait un rare instinct pour sentir le but, pour suivre le ballon et pour être là au bon moment. Il pouvait débloquer n'importe quelle situation pourvu qu'un ballon arrive devant le but.

Pour moi, Il y eut un paquet d'excellents attaquants allemands (Fischer, Riedle, Völler, Klose) ou étrangers (Kempes, Lineker, Laghrissi, Inzaghi, Van Basten, Bergkamp, Hugo Sanchez...), personne n'atteindra "der Bomber" la légende !


Gerd Müller était un pur attaquant à la technique fruste et rudimentaire au physique moyen (pas très puissant, pas très costaud, pas très grand)), mais il avait un rare instinct pour sentir le but, pour suivre le ballon et pour être là au bon moment. Il pouvait débloquer n'importe quelle situation pourvu qu'un ballon arrive devant le but.

Pour moi, Il y eut un paquet d'excellents attaquants allemands (Fischer, Riedle, Völler, Klose) ou étrangers (Kempes, Lineker, Laghrissi, Inzaghi, Van Basten, Bergkamp, Hugo Sanchez...), personne n'atteindra "der Bomber" la légende !


Note : -1
Gerd Müller était un pur attaquant à la technique fruste et rudimentaire au physique moyen (pas très puissant, pas très costaud, pas très grand)), mais il avait un rare instinct pour sentir le but, pour suivre le ballon et pour être là au bon moment. Il pouvait débloquer n'importe quelle situation pourvu qu'un ballon arrive devant le but.

Pour moi, Il y eut un paquet d'excellents attaquants allemands (Fischer, Riedle, Völler, Klose) ou étrangers (Kempes, Lineker, Laghrissi, Inzaghi, Van Basten, Bergkamp, Hugo Sanchez...), personne n'atteindra "der Bomber" la légende !


Gerd Müller était un pur attaquant à la technique fruste et rudimentaire au physique moyen (pas très puissant, pas très costaud, pas très grand)), mais il avait un rare instinct pour sentir le but, pour suivre le ballon et pour être là au bon moment. Il pouvait débloquer n'importe quelle situation pourvu qu'un ballon arrive devant le but.

Pour moi, Il y eut un paquet d'excellents attaquants allemands (Fischer, Riedle, Völler, Klose) ou étrangers (Kempes, Lineker, Laghrissi, Inzaghi, Van Basten, Bergkamp, Hugo Sanchez...), personne n'atteindra "der Bomber" la légende !


CharlesEchalotte Niveau : CFA
Gerd et François l'embrouille sur la dernière photo. Il est vraiment fort celui, il arrive à s'incruster vraiment partout
CharlesEchalotte Niveau : CFA
bien vu cupcake

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La semaine Twitter
0 28